Aller au contenu principal

Changement de ration
Cultiver du lupin pour être autonome

Grâce au lupin et à l´enrubannage d´herbe, l´élevage Drouin dans la Sarthe a trouvé une solution adaptée à sa recherche de plus d´autonomie.


La culture du lupin a débuté en 1997 dans l´exploitation de Benoît Drouin et de ses parents Monique et François à Rouez dans la Sarthe. « A terme, l´idée était de se passer du tourteau de soja », souligne Benoît. C´est chose faite depuis l´année dernière. Dans le même temps, la part de l´ensilage de maïs a diminué de moitié pour ne plus représenter que 25 % du fourrage et l´ensilage d´herbe a été tout simplement supprimé. Le tout au profit de l´enrubannage d´herbe. Ce choix résulte d´une prise en compte de nombreux paramètres.
Un rendement moyen de 38 quintaux par hectares
« Notre objectif est de trouver une solution capable de nous assurer un maximum d´autonomie tout en étant bien adaptée à notre exploitation. Le critère économique n´est pas le seul à prendre en compte. Il faut avoir une vision globale du projet. »
Le lupin a été préféré à la féverole ou au pois en raison notamment de sa meilleure valeur azotée. « Nous avons des terres légères adaptées à la culture du lupin. Et la récolte est assez facile à réaliser. »
Le rendement moyen est de 38 quintaux. Les variétés Arès (10 hectares) et Amiga (essai sur 1,5 hectare) sont au programme cette année.
Le lupin s´est également imposé parce qu´il est « un très bon précédent à blé ». Le système de rotation est de type : blé-avoine-maïs-lupin. La paille de lupin est broyée. « Nous avons suffisamment de paille avec les céréales. »
La culture de lupin n´a pas nécessité d´investissements supplémentaires. « Nous avions déjà tout le matériel en copropriété avec deux autres éleveurs céréaliers à l´exception de la moissonneuse-batteuse. La récolte est réalisée par ce même voisin dans le cadre d´un système d´entraide et d´une compensation financière. »
Seule une cellule de stockage d´une capacité d´environ 400 quintaux a été achetée en 1997 au prix de 686 euros (4 500 F).
Pour limiter les charges liées à la culture du lupin, Benoît utilise des semences fermières. « Le prix des semences est élevé (152 euros par hectare soit 1 000 francs par hectare). Aussi, nous faisons trier et traiter les graines produites sur l´exploitation contre l´anthracnose pour un coût d´environ 76 euros par hectare (500 francs par hectare). Cependant, afin de renouveler les variétés nous achetons une petite partie des semences qui seront à leur tour triées l´année suivante. »
L´élevage Drouin a bénéficié de la prime Pac oléoprotéagineux de 396 euros par hectare (2600 francs par hectare).
L´emploi du lupin cru et du mélange de lupin extrudé, tourteau de colza, tournesol, et de lin a permis de supprimer l´achat de 50 tonnes de soja par an. Ce soja était utilisé dans la ration des vaches (30 tonnes par an) et des génisses (20 tonnes par an).
Deux fois moins d´ensilage de maïs dans la ration
Un autre axe de travail a consisté a améliorer l´efficacité du système fourrager. « L´herbe pâturée est le fourrage qui coûte le moins cher. Nous avons 24 hectares de prairies autour de la ferme qui sont disponibles pour les vaches. Nous allons augmenter cette surface de 10 hectares. Soit au total 50 ares par vache », précise Benoît.
Les rendements en maïs (10 tonnes de MS par hectare) ne sont pas significativement supérieurs à ceux des prairies (8 à 10 tonnes par hectare). Aussi, la part de l´ensilage de maïs dans la ration a été divisée par deux pour ne plus représenter que 25 % des quantités de fourrages consommées. « Dix hectares de maïs par an, c´est suffisant. Mais nous ne pensons pas pour autant arrêter de produire du maïs. »
L´enrubannage a été préféré à l´ensilage d´herbe pour des raisons pratiques. « C´est plus facile à distribuer. Chaque matin, nous déroulons deux balles de 500 kg avec une dérouleuse. Et puis j´en avais assez des pneus et de la bâche ! » Selon Benoît, le prix de revient est quasiment identique. « Nous faisons faire plus de 200 balles de 550 kg/an par la Cuma. Nous payons 1,52 euro (10 francs) par botte préssée et 5,34 euros (35 francs) pour l´enfilmage d´une botte, soit un coût total de 6,86 euros par botte (45 francs). »
Dans son ensemble, cette nouvelle stratégie semble avoir eu peu de conséquences sur le travail d´astreinte. « Nous aplatissons le lupin et les céréales tous les trois jours à l´aide d´un système automatisé. La charge de travail la plus importante est liée au nettoyage annuel des cellules de stockages. »
chiffres clés
3 UTH (Gaec en cours de création)
Quota : 415 000 litres de lait
65 Prim´Holstein à 7 000 kg, 33 de TP et 44 de TB
105 hectares de SAU dont 65 hectares de prairie, 10 à 12 hectares de lupin, 10 hectares de maïs, 20 hectares de céréales.

Dans la ration, un mélange de lupin extrudé et cru
En hiver, les vaches consomment en salle de traite deux kilos d´un mélange à base de lupin extrudé et un kilo de lupin cru. Le surplus de lupin récolté sur l´exploitation est en effet extrudé chez Valorex. Benoît rachète en retour un mélange contenant 65 % de lupin extrudé et 35 % d´un mélange à base de tourteau de colza, de tournesol et de lin. Ce concentré azoté est acheté 0,25 euro par kilo (1,65 franc par kilo), livré en 2,5 tonnes. « Pour acheminer le lupin vers l´usine, nous pensons faire appel à une Cuma pour limiter les frais. »
Baisse de la production laitière : le TP diminue de 33 à 32 grammes par kilo
Avec la nouvelle ration, le niveau de production laitière est passé de 7 700 à 7 000 kilos. « Il faut encore attendre les résultats d´un ou deux hivers supplémentaires pour mesurer plus précisément l´impact de ce changement de ration. Les résultats du contrôle laitier de l´année dernière ne sont pas vraiment représentatifs dans la mesure où les vaches ont été perturbées par la construction du nouveau bâtiment à logettes », souligne Benoît. Le TP a perdu un point passant de 33 à 32 grammes par kilogramme. Le TB se maintient autour de 44 grammes par kilogramme. Ceci étant, il y aura suffisamment de logettes (68 places) pour accueillir des vaches supplémentaires si cela s´avère nécessaire pour réaliser le quota. Même constat pour la salle de traite équipée en 2 x 6 avec décrochage automatique.
Thierry Jeulin, ingénieur références alimentation à la Chambre d´agriculture de la Sarthe
Avis d´expert : « Plus d´autonomie pour une même efficacité économique »
« La ration proposée depuis 2001 (voir schéma) a permis aux éleveurs d´atteindre leur objectif de maximum d´autonomie alimentaire, sans altérer les performances économiques de l´élevage. Il y a dix ans, la moitié des 1 100 kg de concentrés distribués par vache était achetée. Aujourd´hui, pour une même quantité de concentrés distribuée, la part achetée ne représente plus que 10 % du total consommé (tourteaux de colza, de tournesol et de lin rajoutés lors de l´extrusion du lupin).
La diminution des besoins en maïs a permis de réduire les coûts fourragers. La perte économique liée à la baisse du niveau de production laitière est compensée par une diminution du coût alimentaire (vache + génisse). Celui-ci s´élevait à 95 euros pour 1 000 litres (0,63 francs par litre) de 1991 à 1996. Il est maintenant de 65 euros pour 1 000 litres (0,43 francs par litre) notamment grâce à l´augmentation des surfaces pâturées et des stocks en herbe. Par ailleurs, il reste des places disponibles dans le nouveau bâtiment pour loger des vaches supplémentaires si nécessaire.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière