Aller au contenu principal
Font Size

Créer de la valeur et en faire profiter les agriculteurs

Les États généraux de l'alimentation (Egalim) s'achèvent fin novembre. Retour sur les premières annonces d'Emmanuel Macron.

Les propositions du président de la République du 11 octobre dernier pourront s'affiner d'ici début 2018. Elles devraient être présentées au Conseil des ministres, puis promulgées avant la fin du premier semestre 2018. Que ressort-il de son discours ? Son objectif est de rééquilibrer le rapport de force entre les producteurs et l'aval, et de répondre à l'attente d'un prix décent pour les producteurs. La loi sera modifiée pour que ce soit les organisations de producteurs (OP) qui proposent un contrat aux acheteurs, et pour que les prix soient construits à partir des coûts de production, affirme-t-il. Parallèlement, le Président souhaite pousser le développement d'organisations de producteurs commerciales (OPC), par exemple en conditionnant certaines aides à la taille des OPC.

Concernant le respect du droit de la concurrence, il veut que l'Autorité de la concurrence puisse être saisie par le secteur agricole pour clarification. Et souligne que le droit de la concurrence européen permet déjà certaines discussions et certains aménagements, comme ce qui existe pour certaines appellations d'origine protégée avec leur plan de régulation de l'offre. A aussi été annoncé un renforcement du contrôle et des sanctions dans le domaine des relations commerciales, avec publication des noms des contrevenants.

Des plans de filière attendus d'ici la fin de l'année

Le Président a indiqué être favorable au relèvement du seuil de revente à perte pour les produits alimentaires et à l'encadrement des promotions. Ce qui fait bondir les associations de consommateurs qui craignent une inflation. Il est également demandé aux filières d'établir des plans de filières d'ici la fin de l'année. L'objectif affiché est de mieux les structurer, de mieux répondre aux demandes des consommateurs, de monter en gamme, de définir des objectifs d'évolution en bio et en produits sous signe de qualité, de relever les défis internationaux...

Qu'attendent-ils des Egalim ?

Les producteurs veulent capter de la valeur et sont prêts à s'engager dans des cahiers des charges pour cela. Les transformateurs appellent à ce que la guerre des prix des distributeurs cesse et à accompagner l'innovation. La grande distribution veut obtenir une vraie place au sein de l'interprofession laitière, pour que la filière soit en mesure de mieux répondre aux attentes des consommateurs. Elle souhaite pouvoir généraliser les accords tripartites, et pour cela faire sauter un verrou législatif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Dominique et Adrien Durécu « Nous valorisons beaucoup mieux nos prairies avec des petites parcelles. Les vaches pâturent plus et mieux. Et le résultat est payant ! » © E. Bignon
« Les vaches pâturent plus et mieux grâce au pâturage tournant dynamique »

La ferme de Dominique Durécu et de son fils Adrien, qui va s’installer au 1er juillet, possède un vrai…

stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière