Aller au contenu principal
Font Size

[Covid-19] Le service de remplacement est peu sollicité par les éleveurs

Les services de remplacement continuent d'être mobilisés pendant la crise du coronavirus. Mais ils accusent une baisse d’activité sensible. 

© J.-C. Gutner

"Dans le contexte de crise sanitaire que nous traversons, le service de remplacement s’est organisé depuis le 16 mars pour assurer la continuité de son activité", informe Sylvain Rancon, directeur de la structure en Haute-Loire, qui embauche une centaine de salariés. A l’heure actuelle, les agents continuent de travailler sur les exploitations dans le respect strict de consignes de sécurité édictées par le gouvernement. Mais l’activité s’est sensiblement réduite. « La baisse avoisine 40 % par rapport à une année moyenne sur notre département », constate Sylvain Rancon. Nous avons fait une demande de chomage partiel. »

Le nombre de demande de remplacement n’augmente pas non plus dans le Grand Est, pourtant l’une des régions les plus touchées par le virus. Dans le Haut-Rhin, par exemple, l’activité du mois de mars se montre similaire à celle de l’année précédente. « La situation peut varier d’un département à l’autre, mais globalement nous enregistrons une activité plutôt stable, relève Céline Barthélémy, responsable des services de remplacement pour la région Grand Est. Nous ne traitons quasiment que les situations d’urgence, comme les maladies ou les accidents. Toutes les missions qui pouvaient être reportées l’ont été. »

Le confinement a en effet contraint les agriculteurs à annuler les congés et les demandes de remplacement le week-end. « Beaucoup d’événements qui engendraient l’utilisation ponctuelles de nos services (manifestations locales, actes chirurgicaux programmés, réunions professionnelles…) n’ont plus lieu, poursuit-elle. Et d’autre part, dans le contexte actuel, les exploitants préfèrent jouer la carte de la prudence en limitant au maximum la venue de personnes extérieures à l’exploitation. » Dans certaines situations encore, le confinement s’est accompagné du retour de la main d’œuvre familiale sur les fermes (scolaires, épouses en chômage partiel, etc.), ce qui peut expliquer aussi un moindre recours au service de remplacement.

Que prévoit le contrat d'assurance?

En complément des indemnités journalières versées par la MSA, un exploitant peut percevoir un complément de revenu par son assureur. « Les arrêts de travail pour les assurés touchés par le Covid-19 sont pris en charge, à condition que ces derniers aient souscrit la garantie maladie dans leur contrat prévoyance,en plus de la garantie accident », affirme Dimitry Lély, directeur agricole pour Groupama Centre-Atlantique. Il en va de même pour les arrêts de travail délivrés à titre préventif pour les personnes présentant un risque de développer une forme grave d'infection. « En revanche, l'arrêt de travail pour garde d'enfant est d’ordre administratif et n'entre pas dans le champ des garanties », précise-t-il.

Lire aussi [Covid-19] Quelles sont les mesures de précaution avec vos salariés?

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière