Aller au contenu principal

Couprod, un logiciel pour booster la compétitivité

S'appuyant sur une méthode nationale reconnue, ce nouvel outil permet de calculer son prix de revient et de comparer ses résultats à ceux d’éleveurs dans un même système.

© Institut de l'élevage

La méthode  nationale de calcul du coût de production, mise au point en 2010 par l’Institut de l’élevage, a jusqu’à présent du mal à faire tache d’huile. Le lancement en novembre prochain du logiciel Couprod basé sur cette méthode devrait lui donner un sérieux coup de pouce, espérons-le. Car dans le contexte de volatilité actuel, piloter au plus près l’exploitation est un enjeu vital.  Mieux vaut que tout le monde parle le même langage! Couprod, qui  a bénéficié du soutien financier de FranceAgrimer et de la CNE, a été conçu par l’Institut de l’élevage et un comité d’utilisateurs (chambres d’agriculture, France conseil élevage, coopératives lait et viande, BTPL, association d’éleveurs).

Une répartition des charges de structure entre ateliers automatisée

Concrètement, ce logiciel permet de calculer le coût de production, son prix de revient, et la rémunération du travail. Il est adapté aux élevages bovins laitiers mais aussi aux bovins viande, ovins lait et viande et caprins. Il remplace donc les différents outils Excel dédiés à chaque filière et employés depuis 2010 par près de 400 conseillers dans le cadre du suivi des fermes des réseaux d’élevage Inosys et des formations Vivea « Mon revenu mieux le comprendre pour l’améliorer ».  Il permettra de gagner du temps par rapport aux 4-5 heures nécessaires sous Excel et ouvre de nouvelles possibilités de valorisation.

« La répartition des charges de structure entre ateliers est automatisée grâce à des coefficients adaptés à chaque système de production, coefficients tirés des observations réalisées dans les exploitations des réseaux. Certaines répartitions peuvent être personnalisées si l’utilisateur le souhaite, » précise Thierry Charrouin, responsable du projet à l’institut de l’élevage. Un gestionnaire de l’information permet de faire ses propres traitements. Et pour éviter les doubles-saisies, l’importation de données comptables ou techniques est rendue possible grâce à des vecteurs standards d’informations, pour tous les organismes qui acceptent de rapatrier leurs données.

Un outil prévu pour permettre le rapatriement de données

Le logiciel permet aussi de comparer les résultats économiques de l’élevage (coût de production, coût d’alimentation, frais d’élevage …) à ceux d’un système analogue. Si dans un premier temps ce sont les données issues des fermes des réseaux qui serviront de référence, le dispositif est appelé à s’enrichir avec les données des utilisateurs, sous réserve d’avoir l’accord de l’éleveur et de l’organisme partenaire. Un tableau de bord synthétique met notamment en avant les cinq indicateurs d’analyse de l’atelier laitier (produit/1000 l, coût de production/1000 l, rémunération brute/1000 l, litrage/UMO et rémunération/UMO) retenus  par la Fédération nationale des coopératives laitières dans un souci d’harmonisation nationale . Un graphique permet de visualiser la rémunération/UMO de l’élevage par rapport à celle des exploitations du groupe de référence. Le logiciel permet aussi d’évaluer l’écart par rapport à l’année précédente.

Si Couprod se limite à une approche annuelle a posteriori des données économiques, il permet toutefois de simuler l’impact d’une nouvelle conjoncture sur les coûts de production et la rémunération de l’atelier.

À partir du mois de novembre

Le logiciel, destiné aux techniciens, sera diffusé dans le cadre de formation (330 euros/stagiaire) . Le tarif d’une licence annuelle sera dégressif de 285 à 100 euros (minimum 6 licences). Il sera notamment mis à la carte des services des adhérents de France conseil élevage et promu via l’Apca auprès des chambres d’agriculture. Il est destiné à être utilisé pour du conseil individuel mais aussi comme support d'animation de groupes d’éleveurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière