Aller au contenu principal

Contrats : jouez collectif !

Dès aujourd’hui, il est important que les producteurs s’organisent pour négocier les propositions de contrats des laiteries et se préparer à la fin des quotas. Même si, pour le moment, le prix du lait se porte mieux.

S'organiser pour être prêt à la fin des quotas.
S'organiser pour être prêt à la fin des quotas.
© Milphoto - fotolia.com

Au 1er avril, tous les producteurs livrant leur lait à un industriel privé ont normalement reçu de leur laiterie une proposition de contrat. S’il s’agit d’une obligation réglementaire pour les acheteurs, en revanche les producteurs n’ont aucune obligation de signer cette proposition rapidement.

Tous les syndicats s’accordent sur ce point : ne vous précipitez pas pour signer. À défaut, c’est le contrat tacite (les conditions actuelles) qui continue à s’appliquer. Soyons clair, ce n’est pas la contractualisation qui permettra de réguler les marchés et palliera l’absence de régulation européenne. Mais un « bon » contrat peut apporter une certaine sécurisation aux producteurs. Une référence écrite de l’évolution du prix de base à des indicateurs de tendance interprofessionnels, par exemple, engage le transformateur ; cela n’est pas le cas aujourd’hui.

Vous avez tout intérêt à prendre le temps de négocier les points du contrat qui vous semblent déséquilibrés. Un « bon » contrat doit apporter une plusvalue par rapport à la situation actuelle. Cette proposition de contrat des entreprises doit s’inscrire dans un double cadre: un cadre juridique (le décret contrat) qui fixe un certain nombre d’obligations, et un cadre interprofessionnel (le guide des bonnes pratiques contractuelles) qui n’a pas valeur réglementaire mais donne des lignes directrices. Libre ensuite aux laiteries de définir un certain nombre de conditions qui leur sont propres.

Pour négocier les contrats, jouez collectifs ! Adhérez à une organisation de producteurs, dès maintenant, même si le décret organisation de producteurs et les dérogations aux règles de la concurrence européenne ne seront pas publiés avant la fin de l’année. Et même si le prix du lait se porte mieux, pour le moment.

Un producteur individuel ne pèse pas bien lourd face à une laiterie. Se regrouper, c’est mettre toutes ses chances de son côté pour aboutir à une relation commerciale plus équilibrée et mutualiser les risques.

C’est aussi préparer l’avenir. Il est important que les producteurs s’organisent pour être prêts quand les quotas disparaitront au 1er avril 2015. Les difficultés rencontrées par la Suisse, après la suppression de ses quotas en 2009, le démontrent. Pour cela, il reste quatre campagnes laitières. Réunir des producteurs qui ne travaillent pas de la même façon avec leur laiterie, qui n’ont pas les mêmes visions, les mêmes appartenances syndicales… cela prend du temps.

SOMMAIRE DU DOSSIER


Page 33 : Le cadre législatif des contrats : Décret contrat, projets de décret OP et mini-paquet lait

Page 36 : Les enjeux de l’organisation économique des producteurs

Page 38 : Bien construire son OP en quatre points

Page 40 : Les positions des représentants des producteurs FNPL, OPL, Confédération paysanne, Apli

Page 44 : En régions, des projets et des niveaux d’avancement différents

Page 50 : Les laiteries observent le bal des producteurs, en attendant le décret OP

Page 52 : La multitude d’OP suisses est un handicap

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière