Aller au contenu principal

Contractualisation : a-t-on le choix ?

La Loi de modernisation agricole rendra sûrement la contractualisation obligatoire d’ici la fin de l’année. Ses contours sont encore flous. Ce qui est sûr, c’est que cet outil ne pourra à lui seul assurer la régulation des marchés.

© F. Mechekour

La contractualisation cristallise les peurs, et ces peurs ne sont pas sans rappeler celles suscitées par la mise en place des quotas laitiers, il y a vingtcinq ans. Peur de l’avenir ? De l’inconnu ? Pas seulement. Peur aussi de se voir livrer « pieds et mains liés » aux industriels laitiers, comme le montre notre enquête. La volatilité des marchés laitiers depuis deux ans n’a fait qu’amplifier cette méfiance. Et il faut reconnaître que certaines pratiques récentes ne peuvent qu’inciter à la plus grande méfiance: non-collecte en raison de conditions climatiques, fixation unilatérale du prix du lait par certains industriels, rupture abusive de relations contractuelles, projets de contrats comportant des clauses inacceptables… Même dans les coopératives, on entend de nombreuses plaintes des producteurs sur la gouvernance des entreprises.

La contractualisation fait peur aussi parce qu’on ne sait pas très bien ce qui se cachera derrière. « Que veut dire ce mot ? Tout le monde n’en a pas la même définition », nous dit un éleveur du Calvados. Si l’on s’en tient au sens strict, il s’agit de la formalisation écrite des relations commerciales entre producteurs et transformateurs.

Mais les contours de ces relations sont encore flous. Les discussions au sein de l’interprofession piétinent, même si les trois familles s’accordent à dire que le gros oeuvre est achevé. Car l’important est dans la finition: le prix, le volume, sans compter l’épineuse question du transfert de propriété de la production (qui vend le lait : l’éleveur ou l’organisation de producteurs?). Le gros point d’achoppement pour la finalisation d’un cadre interprofessionnel est le système de volumes et prix différenciés, poussé par les coopératives. Les industriels privés n’en veulent pas, et les producteurs sont divisés.

Le projet de Loi de modernisation agricole définit un cadre général de contractualisation. L’objectif du gouvernement est de la mettre en oeuvre d’ici la fin de l’année. Que risque-t-il de se passer si l’interprofession ne se met pas d’accord avant l’adoption de la loi, annoncée pour le début de l’été ? C’est le gouvernement qui tranchera, dans le décret d’application qui sera publié dans la foulée.

Tout le monde est d’accord pour dire que la contractualisation ne pourra à elle seule assurer la régulation des marchés; c’est un outil de régulation parmi d’autres, « vital pour la filière », affirment ses défenseurs. Ce qui est sûr, c’est que pour faire le poids face aux industriels, les éleveurs ont intérêt à faire front tous ensemble. Souvenons- nous qu’en 1984, le rejet en blocs des quotas avait eu, pour les producteurs, comme conséquence de voir la gestion du dispositif leur échapper. Faut-il recommencer la même erreur ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière