Aller au contenu principal

[Contenu Partenaire] Dermatite : « une baisse de 39 à 9 % des vaches laitières touchées, grâce au biocontrôle »

Dans la Manche, le GAEC Bourgine lutte contre des problèmes de boiteries avec un produit de biocontrôle, le Certiflore. En un an, le nombre de vaches touchées est passé de 39 à 9 %. Mais, cette démarche ne s’improvise pas et est accompagnée d’un expert boiterie…

« La dermatite est une maladie un peu sournoise, pas toujours visible au premier regard ». Francis Bourgine n’avait pas réalisé l’étendue des dégâts avant l’intervention de son pareur. « Je ne pensais pas avoir autant de bêtes infectées. C’est le pareur qui nous a mis la puce à l’oreille. J’en ai donc parlé avec Sébastien, notre technicien Sanders. Il nous a mis en relation avec un expert sur les boiteries », explique l’éleveur.

L’éleveur suivi par un expert en boiterie des vaches

Un audit a d’abord été réalisé. Toutes les vaches ont donc été observées. C’est là que le verdict est tombé : 39 % des vaches étaient touchées par la dermatite. Pour limiter les problèmes, l’expert a conseillé l’éleveur sur ses pratiques. « C’est enrichissant. Nous avons parlé du raclage, de l’entretien de l’aire paillée. L’expert nous a permis de réfléchir la problématique boiterie dans sa globalité ». Ce suivi est régulier. Le technicien revient tous les deux mois pour réaliser un état des lieux.

Le Certiflore appliqué par pulvérisation

À l’issue de ce premier entretien, Francis Bourgine a débuté l’application de Certiflore. Ce produit de biocontrôle est composé de bactéries. « Ces flores de barrière qui composent le produit agissent par exclusion compétitive vis-à-vis des pathogènes et améliorent ainsi le confort du pied » selon Sanders. L’éleveur applique le Certiflore avec un pulvérisateur à dos une fois par semaine. « On peut l’utiliser en salle de traite ou au cornadis », indique Francis Bourgine. Selon l’éleveur, ce traitement est simple à réaliser. Les bactéries sont dissoutes dans de l’eau. Un produit colorant est ajouté au mélange et permet de visualiser les zones traitées.

15 minutes pour traiter 95 vaches laitières

Ce traitement en biocontrôle a donc permis à l’éleveur de maîtriser sa problématique de boiteries, en passant de 39 à 9 % de touchées en un an. Et Francis Bourgine souligne que cette méthode est peu contraignante : « je mets 15 minutes pour traiter mes 95 vaches laitières ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière