Aller au contenu principal

CONTAGIEUSE ET INCURABLE
CONTAGIEUSE ET INCURABLE - CONTAGIEUSE ET INCURABLE - NE PAS RELÂCHER LA PRESSION SUR LA PARATUBERCULOSE

La maîtrise de la paratuberculose nécessite une action dans la durée associant le repérage et l’élimination des animaux excréteurs et la mise en place de mesures pour éviter la contamination des jeunes.

La paratuberculose n’est pas une maladie récente. En France, des plans de lutte existent dans certaines régions depuis une bonne vingtaine d’années. « Mais son impact économique et sanitaire est grandissant », estime Eric Méens, du GDS de Seine-Maritime.

Provoquée par un germe de la famille des mycobactéries, mycobacterium avium paratuberculosis (MAP), aussi appelé bacille de Johne, la maladie lorsqu’elle se déclare sur un animal est incurable. Les symptômes, au départ peu typiques, évoluent vers une diarrhée chronique, sans fièvre, mais rebelle aux traitements. L’animal s’amaigrit rapidement.

En élevage infecté, les pertes économiques peuvent être importantes. Elles sont notamment liées au coût des traitements infructueux, aux pertes ou réformes anticipées d’animaux ainsi qu’à des baisses de production, observées sur les animaux cliniquement malades mais également sur des vaches sans symptômes.

D’après une étude de l’Ecole vétérinaire de Nantes, la baisse moyenne de production dans un troupeau infecté serait ainsi de l’ordre de 500 kg de lait par vache et par an. L’Afssa, dans un rapport présenté au printemps 2009(1), évalue les pertes économiques globales liées à la maladie entre 100 et 200 € par bovin en phase subclinique et 2 000 € pour un bovin présentant des signes cliniques.

DIARRHÉE CHRONIQUE

La paratuberculose s’exprime en général de façon sporadique dans un troupeau, avec un nombre d’animaux malades limité, de l’ordre de 2 à 3 %. « Mais ces animaux cliniquement atteints ne constituent souvent que la partie visible du problème », soulignent les spécialistes. En effet, la paratuberculose est une maladie complexe, au développement insidieux. Lorsqu’elle s’exprime cliniquement dans un élevage, c’est que dans bien des cas le cheptel est infecté, avec un certain nombre d’animaux porteurs de la maladie sans symptômes mais susceptibles de la développer sous sa forme clinique et, surtout, de contaminer les jeunes.

ATTENTION AUX SUPER EXCRÉTEURS !

MAP est un germe à incubation très longue. En élevage laitier, la maladie se déclare souvent sur de jeunes vaches adultes, notamment après le premier ou deuxième vêlage ou à la suite d’un stress. Mais ces vaches ont en fait été contaminées lorsqu’elles étaient veaux, pendant leurs premières semaines de vie.

Tous les animaux exposés au bacille ne réagissent pas de la même façon. Certains maîtrisent partiellement ou totalement l’infection par réaction immunitaire. Mais si l’équilibre est rompu au profit de la bactérie MAP, l’animal se met à excréter en évoluant dans certains cas vers l’expression clinique. L’excrétion, d’abord intermittente, devient continue et en quantité croissante au fur et à mesure que l’on se rapproche du stade clinique. « Parmi les animaux qui excrètent, certains, que l’on peut qualifier de super-excréteurs, émettent dans leurs bouses de très importantes quantités de bacilles. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
 © J.-M. Nicol
Pas de chaleurs visibles sur mes vaches : que se passe-t-il ?
Les vaches ne parviennent-elles pas à exprimer leur comportement sexuel ou bien oublient-elles vraiment de venir en chaleur ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière