Aller au contenu principal

Alimentation
Conduite simplifiée et sevrage précoce ont fait leurs preuves

Six buvées de lait entier par semaine et sevrage des veaux dès 8 semaines, ça marche ! Voici les résultats obtenus l´hiver dernier sur la ferme expérimentale des Trinottières.


Distribuer six buvées de lait entier par semaine et sevrer les veaux à 11, 10 ou 9 semaines, c´est possible. L´hiver dernier, la ferme expérimentale des Trinottières a décidé d´aller encore plus loin en sevrant les veaux dès 8 semaines. Et d´après l´essai, cette pratique ne pénalise nullement la croissance des animaux. « Dès la troisième semaine, nous sommes passés de deux buvées par jour à une seule le matin, et la buvée du dimanche matin est supprimée pour alléger l´astreinte, rapporte David Plouzin, technicien en charge de l´essai. Et les performances sont au rendez-vous ! »
La simplification de la distribution de lait entier et la réduction de la durée de l´allaitement permettent les mêmes performances que les conduites classiques. ©F. Mechekour

Tourteau de colza fermier
Avant de passer à un repas (cinq litres) par jour, les veaux reçoivent deux litres de colostrum matin et soir en première semaine et six litres de lait entier en deux repas en deuxième semaine. Le foin est démêlé et distribué au râtelier à volonté. Il s´agit d´un foin de première coupe. Pour les concentrés, le premier lot de dix-neuf génisses reçoit un mélange fermier composé de 70 % de maïs grain et 30 % de tourteau de colza fermier, et le second lot un mélange de 70 % de blé aplati et 30 % de tourteau de colza fermier. « Contrairement aux années précédentes, les génisses du lot maïs grain n´ont pas eu une consommation plus élevée que les génisses du lot blé, note le technicien. La moitié des génisses consomment deux kilos de concentrés ou plus la veille du sevrage. » Cet allaitement supprime 43 % des distributions, comparativement à un plan de buvée de deux repas par jour sur huit semaines.
Un tiers de lait en moins
A 6 mois, l´objectif de 30 % du poids vif adulte est atteint mais avec un écart important entre les deux lots. Celui-ci s´explique par des problèmes sanitaires rencontrés cet hiver. Les niveaux de croissance s´élèvent à 210 kg pour le lot blé-colza et 191 kg pour le lot maïs-colza. « Trois passages de grippe durant l´hiver ont fortement pénalisé les croissances. Une fois ces problèmes terminés, les génisses du lot blé ont réussi à bien rattraper leur retard grâce à de bonnes croissances post-sevrage. Par contre, celles du lot maïs grain ont eu plus de mal à encaisser les épisodes de grippe. » Du sevrage à 6 mois, les deux lots ont consommé la même quantité de concentré, soit 2,8 kg.
« Sur le plan économique enfin, ces mélanges fermiers associés à un plan de buvée économe se révèlent très intéressants, souligne le technicien. De la naissance à 6 mois, le coût de revient approche les 120 euros par génisse, soit 0,67 euro par jour. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière