Aller au contenu principal

Alimentation
Conduite simplifiée et sevrage précoce ont fait leurs preuves

Six buvées de lait entier par semaine et sevrage des veaux dès 8 semaines, ça marche ! Voici les résultats obtenus l´hiver dernier sur la ferme expérimentale des Trinottières.


Distribuer six buvées de lait entier par semaine et sevrer les veaux à 11, 10 ou 9 semaines, c´est possible. L´hiver dernier, la ferme expérimentale des Trinottières a décidé d´aller encore plus loin en sevrant les veaux dès 8 semaines. Et d´après l´essai, cette pratique ne pénalise nullement la croissance des animaux. « Dès la troisième semaine, nous sommes passés de deux buvées par jour à une seule le matin, et la buvée du dimanche matin est supprimée pour alléger l´astreinte, rapporte David Plouzin, technicien en charge de l´essai. Et les performances sont au rendez-vous ! »
La simplification de la distribution de lait entier et la réduction de la durée de l´allaitement permettent les mêmes performances que les conduites classiques. ©F. Mechekour

Tourteau de colza fermier
Avant de passer à un repas (cinq litres) par jour, les veaux reçoivent deux litres de colostrum matin et soir en première semaine et six litres de lait entier en deux repas en deuxième semaine. Le foin est démêlé et distribué au râtelier à volonté. Il s´agit d´un foin de première coupe. Pour les concentrés, le premier lot de dix-neuf génisses reçoit un mélange fermier composé de 70 % de maïs grain et 30 % de tourteau de colza fermier, et le second lot un mélange de 70 % de blé aplati et 30 % de tourteau de colza fermier. « Contrairement aux années précédentes, les génisses du lot maïs grain n´ont pas eu une consommation plus élevée que les génisses du lot blé, note le technicien. La moitié des génisses consomment deux kilos de concentrés ou plus la veille du sevrage. » Cet allaitement supprime 43 % des distributions, comparativement à un plan de buvée de deux repas par jour sur huit semaines.
Un tiers de lait en moins
A 6 mois, l´objectif de 30 % du poids vif adulte est atteint mais avec un écart important entre les deux lots. Celui-ci s´explique par des problèmes sanitaires rencontrés cet hiver. Les niveaux de croissance s´élèvent à 210 kg pour le lot blé-colza et 191 kg pour le lot maïs-colza. « Trois passages de grippe durant l´hiver ont fortement pénalisé les croissances. Une fois ces problèmes terminés, les génisses du lot blé ont réussi à bien rattraper leur retard grâce à de bonnes croissances post-sevrage. Par contre, celles du lot maïs grain ont eu plus de mal à encaisser les épisodes de grippe. » Du sevrage à 6 mois, les deux lots ont consommé la même quantité de concentré, soit 2,8 kg.
« Sur le plan économique enfin, ces mélanges fermiers associés à un plan de buvée économe se révèlent très intéressants, souligne le technicien. De la naissance à 6 mois, le coût de revient approche les 120 euros par génisse, soit 0,67 euro par jour. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le tournesol se montre moins souple qu’un maïs pour une récolte au stade optimal. Ici, le stade apparaît un peu dépassé. Seuls les deux premiers étages foliaires devraient être sénescents.
L’ensilage de tournesol en élevage laitier, un essai qui reste à transformer
La coopérative Agrial a testé l’ensilage de tournesol aux niveaux agronomique et zootechnique. Le premier bilan conclut à une…
La contractualisation de la viande issue du cheptel laitier, c’est maintenant
À compter du 1er janvier 2023, la contractualisation voulue par la loi Egalim 2 devient obligatoire pour les vaches de…
Dans le Grand Ouest, 46 % des exploitations étaient en situation critique en 2021 !
Les trésoreries des exploitations laitières du Grand Ouest sont préoccupantes
L’Observatoire de l’endettement et des trésoreries montre une situation 2021 meilleure que 2020 en moyenne pour les éleveurs…
Le prix du lait en Europe monte encore en septembre
Le prix du lait en Europe monte encore en septembre
Malgré la baisse des cotations laitières, le prix du lait continue de progresser légèrement dans certaines laiteries. Les prix…
La protection des races menacées reste au programme des MAEC pour la PAC 2023-2027, comme la  froment du Léon.
Pac : Ne pas louper les MAEC !
Si vous avez peu d’efforts à fournir pour entrer dans une MAEC, il serait dommage de passer à côté. Les éleveurs bio auront…
Danone propose aux éleveurs des volumes de lait supplémentaires à produire, mais peine à augmenter suffisamment le prix.
En Normandie, Danone revalorise le prix du lait
Face à un prix calculé par la formule contractuelle trop bas par rapport à l’inflation des coûts en élevage, Danone a revalorisé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière