Aller au contenu principal

Concevoir un réseau de distribution d’eau dans les pâtures

La mise en place d’un réseau d’adduction d’eau dans les prairies doit répondre à des critères techniques et pratiques pour faciliter son entretien et assurer sa longévité.

© M. Portier

La corvée de la tonne à eau est encore une réalité dans de nombreux élevages. Gourmande en temps, cette pratique l’est également en matériel et en carburant. Le passage répété du tracteur et de la tonne n’est pas non plus propice au respect des sols.

Autant d’arguments qui justifient la construction d’un réseau d’eau pour alimenter les parcelles de pâturage, lorsque la configuration des lieux l’autorise. Le temps consacré au départ sera largement compensé par des années de tranquillité.

Penser le projet dans sa globalité

Afin d’éviter des modifications ou des extensions de réseau anarchiques, il est préférable de penser le projet dans sa globalité. Il est nécessaire de délimiter l’ensemble des points d’eau en fonction de l’assolement et d’établir un raccordement en étoile à partir de la source en eau. Contrairement à un raccordement à la chaîne, un plan en étoile limite la longueur de tuyau et centralise l’ouverture et la fermeture des différentes branches du réseau.

Article réalisé avec la collaboration d’Eric Favre, agriculteur à Blain (44), qui assure des formations sur les systèmes herbagers.

Adapter la bonne taille de tuyaux

Les tuyaux en polyéthylène sont disponibles en trois diamètres : 19 mm, 25 mm et 32 mm. Sachant que la perte en charge est fonction du diamètre et de la longueur du tuyau, il est recommandé de choisir du 32 mm sur les grandes longueurs ou en cas de forte déclivité. Le 25 mm reste un bon compromis par son prix inférieur. En revanche, le 19 mm est à proscrire, sauf en bout de ligne pour raccorder les bacs. Outre la perte de pression qu’il provoque, ce diamètre de tuyau est plus sensible aux risques de bouchage.


Enterrer les tuyaux ou les laisser en surface

Il est préconiseé d’enterrer les tuyaux, afin d’éviter les problèmes liés au gel. Pourtant, laisser les tuyaux en surface facilite la détection des fuites et des bouchages. Les interventions ou les modifications sur le réseau sont également plus aisées. Le gel ne semble pas poser de problème avec les tuyaux polyéthylène, surtout dans les régions aux hivers doux. Le gel/dégel est même favorable au nettoyage des tuyaux, lorsque l’eau est chargée.

Les points sensibles se situent surtout au niveau des raccords plastiques qui sont de qualité inégale suivant les fournisseurs, ainsi que les robinets. Pour ces derniers, les modèles quart de tour ne supportent pas le gel. Enterrer les tuyaux se justifie en revanche pour traverser un chemin et au départ du réseau. Une profondeur de 10 à 15 centimètres suffit pour protéger le tuyau.

Dans le cas où le tuyau doit traverser une parcelle qui sera labourée ou sous-solée, il est nécessaire de descendre à 50-60 cm pour éviter les risques d’arrachage. Quant à la traverser d’une route, deux heures de tractopelle suffisent lorsque tout le matériel est prêt à être posé. Dans le cas d’un réseau enterré, il peut être utile de protéger et d’indiquer les sorties de tuyau par une buse en béton à moitié enterrée. Cela évitera les mauvaises surprises lors de l’entretien mécanique des bords de champ.


Se simplifier la maintenance

Afin d’intervenir facilement pour une réparation, l’arrivée d’eau de chaque bac peut être équipée d’un robinet. Ce dernier est placé en hauteur, en bordure de champ ou de haie. La sortie du robinet peut recevoir une petite grille filtrante (joint avec grille pour lave-linge). En cas de bouchage, cette grille sera beaucoup plus accessible que celle située à l’entrée du flotteur du niveau constant. Veillez également à la qualité du raccord entre le tuyau et le niveau constant.

Autre moyen d’éviter les mauvaises surprises, remplacez la visserie d’origine de la fixation du niveau constant par de la visserie inox. De la même façon, pour raccorder le tuyau à un robinet, on choisira plutôt un collier inox. Dans le choix des systèmes de niveau constant, privilégiez le même fournisseur pour tous vos bacs. Avec un jeu complet de pièces de rechange, vous aurez une solution rapide de dépannage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière