Aller au contenu principal
Font Size

Comportements anormaux des bovins : le mal se situe parfois dans le cerveau

Il oscille en écartant les pattes, victime fœtale du virus de la BVD. © J.-M. Nicol
Il oscille en écartant les pattes, victime fœtale du virus de la BVD.
© J.-M. Nicol

« Une patte en vrac fait boiter, une diarrhée ne passe pas inaperçue car elle souille la queue et elle déshydrate l'animal, un trouble respiratoire est moins expressif sauf quand la toux ou l'accélération du rythme respiratoire se manifestent. Chacun de ces symptômes met rapidement sur la voie. Mais à quoi voit-on que la maladie siège dans le cerveau ? À une très grande variété de signes qui affectent le plus souvent la vigilance, la posture ou des mouvements de l'animal.
La baisse de vigilance qui, au pire, évolue vers le coma est un signe très ambigu car également présent au cours d'un grand nombre de défaillances majeures. Une posture anormale souffre de la même ambiguïté car elle résulte souvent d'une douleur que l'animal soulage, sauf si cet animal pointe sa tête constamment vers le ciel, s'il oscille en écartant les pattes ou s'il reste très longtemps immobile ou la tête appuyée au mur, sidéré par un grand mal de crâne.

Des mouvements décomposés, mal coordonnés ou des convulsions sont toujours des manifestations d'un trouble cérébral, tout comme le sont aussi les comportements anormaux comme tourner en rond inlassablement dans le même sens, comme meugler sans cesse, se lécher compulsivement ou mâchouiller à vide ou comme le sont les mouvements incessants des globes oculaires. Quelques-uns de ces signes apparaissent au cours de plusieurs maladies aux origines très différentes. Les convulsions par exemple se rencontrent dans les tétanies magnésiennes, mais aussi dans la carence sévère en vitamine A et dans pas mal d'intoxications, y compris par l'urée. Meugler sans cesse évoque la rage… et plus banalement une forme nerveuse de cétose de vache laitière ; mâchouiller à vide sans arrêt ou tourner en rond évoquent également la cétose mais aussi l'intoxication par du plomb et quelques autres troubles.

C'est pourquoi le diagnostic précis de la maladie nerveuse repose toujours sur la convergence de plusieurs de ces signes et il est impossible à établir sur un animal comateux. »

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière