Aller au contenu principal

Communiquer pour réduire les problèmes de voisinage

À La Chevrolière, dans l’agglomération nantaise, les agriculteurs se sont mobilisés pour rencontrer la population et réduire les problèmes de voisinage.

L’OBJECTIF ÉTAIT DE CHANGER LE REGARD DES HABITANTS
sur l’agriculture et les terres agricoles qui les entourent.
L’OBJECTIF ÉTAIT DE CHANGER LE REGARD DES HABITANTS
sur l’agriculture et les terres agricoles qui les entourent.
© V. Bargain

"Chaque année depuis que je suis adjointe au maire en charge de l’agriculture et l’environnement, je reçois des appels téléphoniques de nouveaux habitants qui s’inquiètent de certaines pratiques des agriculteurs, explique Sophie Clouet, éleveuse en bovin lait biologique et élue de la mairie de La Chevrolière, en Loire-Atlantique. Ils parlent d’odeurs et de mouches, des champs de couleur orange lors de la destruction des couverts au printemps, du bruit des moteurs d’irrigation, de l’irrigation elle-même… Ils veulent savoir à quoi cela est dû et si ces pratiques sont légales. »


Située à quinze kilomètres de Nantes, La Chevrolière est ce qu’on appelle une commune péri-urbaine. Si elle compte encore une trentaine d’exploitations agricoles, en lait, bovins viande, maraîchage, vigne, porcs, volailles, chèvres…, une part croissante de la population est aujourd’hui d’origine urbaine. «Ces nouveaux habitants ne connaissent pas du tout l’agriculture, constate Sophie Clouet. Et même parmi ceux qui sont issus du milieu rural, beaucoup ont perdu tout contact avec l’activité agricole. 65 % des enfants vivants en milieu rural n’ont jamais mis les pieds dans une ferme! C’est pourquoi nous avons souhaité faire se rencontrer les agriculteurs et les habitants. L’idée était de présenter notre activité et de favoriser les échanges pour faire cesser les incompréhensions, ceci dans un cadre ludique et convivial. »


Changer le regard sur l'agriculture


Du 2 au 7 avril, dans le cadre de la semaine du Développement durable, des agriculteurs, élus, salariés de Cuma, associations… ont donc organisé une série d’animations autour de l’agriculture, les Ruralies chevrolines. « 80 personnes ont suivi le projet pendant quatre mois, précise Sophie Clouet. Sept exploitations ont notamment été directement impliquées. »

Les habitants ont participé à plusieurs visites d’exploitations, pendant lesquelles tous les sujets ont été abordés : l’alimentation et la conduite des animaux, les traitements vétérinaires et phytosanitaires, la traçabilité, les contrôles, le travail, la rémunération…

Près de 500 personnes ont participé à une randonnée pédestre passant sur des parcelles de sept exploitations, avec sur chacune des panneaux expliquant la culture, les interventions, des panneaux Certiphyto, des expositions de matériel agricole, des profils pédologiques…

Une quarantaine d’habitants ont assisté à la traite du samedi matin, avec petit-déjeuner à la ferme. D’autres animations étaient organisées autour des produits locaux, avec un marché de producteurs et un menu spécial « filières courtes » au restaurant scolaire.

Enfin, les habitants ont pu assister au spectacle humoristique de Patrick Cosnet sur la qualité du lait « D’une seule traite ».


« L’opération a répondu aux objectifs que nous nous étions fixés, estime Sophie Clouet, à savoir permettre les échanges entre les populations et faire un peu de pédagogie sur la vie des agriculteurs. Les habitants ont apprécié les panneaux expliquant les cultures et aussi de pouvoir discuter avec les agriculteurs. Les échanges se sont en général bien passés. Nous avons reçu beaucoup de messages pour nous remercier de ces journées. » Face au succès de l’opération, celle-ci pourrait donc être désormais renouvelée tous les deux ans.

Du temps et de la pédagogie


80 personnes ont participé à l’organisation des Ruralies Chevrolines qui ont reçu aussi l’appui de la chambre d’agriculture (panneaux Certiphyto…) ainsi que de nombreux bénévoles. Sophie Clouet, qui a été formatrice pour adultes dans un CFPPA de Normandie puis à l’ADPS de Vendée (formation continue), y a notamment consacré beaucoup de temps. En plus de chapeauter toute l’opération, c’est elle qui a conçu les panneaux explicatifs présentés tout au long de la semaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Le blé égyptien offre aussi une valeur alimentaire intéressante.  © Semental
Le blé égyptien surprend par sa productivité

De la famille des sorghos, le blé égyptien est une espèce qui part vite en végétation et est très…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière