Aller au contenu principal

Comment manager les grands troupeaux demain ?

La gestion de la reproduction a été un élément central dans le colloque international organisé par Clasel, qui a réuni plus de 500 éleveurs en juin dernier.

Si les éleveurs envisagent d’avoir un grand troupeau, il faut qu’ils en connaissent les répercussions et ils doivent être accompagnés dans cette réflexion.
Si les éleveurs envisagent d’avoir un grand troupeau, il faut qu’ils en connaissent les répercussions et ils doivent être accompagnés dans cette réflexion.
© E. Bignon

« L’objectif de ce colloque est de faire réfléchir les éleveurs sur les mutations en cours et non pas de dire qu’il faut absolument avoir un grand troupeau. En revanche, si les éleveurs envisagent d’avoir un grand troupeau, il faut qu’ils en connaissent les répercussions et nous devons les accompagner dans cette réflexion », a expliqué en préambule Laurent Taupin, le président de Clasel. Sur le plan technique, la gestion de la reproduction a été un thème très largement abordé.
« La reproduction a une très forte corrélation avec l’avenir de l’exploitation », a insisté Franck Gaudin, un nutritionniste qui intervient dans des grands troupeaux aux États-Unis. « Le taux de gestation (vaches gestantes/vaches fécondables) calculé tous les 21 jours doit être d’au moins 20 à 25 % sinon on perd de l’argent », a indiqué Dionigi de Grandis, nutritionniste italien. « Or, dans la Plaine du Po (Nord de l’Italie), ce taux est en moyenne de 12 % parce que les éleveurs se sont endormis sur leurs lauriers car le lait est bien payé. »


Synchroniser les chaleurs avec un bon protocole


Deux conditions sont nécessaires pour atteindre cet objectif. « Il faut à la fois bien détecter les chaleurs (vaches inséminées/vaches fécondables) et avoir un bon taux de réussite à l’insémination », a expliqué Franck Gaudin.
Concrètement, si vous avez 100 vaches fécondables dans un cycle de 21 jours et que vous en voyez la moitié en chaleurs, vous aller inséminer 50 vaches. Il faudra un taux de réussite à l’IA de 50 % pour atteindre l’objectif de 25 % de taux de gestation. « Or, le taux de détection des chaleurs pour les bons éleveurs n’est que de 40 %. Et avec un taux de réussite à l’IA de 40 %, on n’est qu’à 16 % de vaches gestantes par rapport aux vaches fécondables sur un cycle de 21 jours. » Le problème s’accentue si les taux de renouvellement et de mortalité des veaux sont élevés.
La synchronisation des chaleurs avec des traitements hormonaux et l’une des solutions proposées par Franck Gaudin pour relever le défi dans les grands troupeaux aux États-Unis. « En synchronisant les chaleurs, nous obtenons un taux de détection compris entre 50 et 60 %. Quand le protocole de synchronisation est bon, le taux de réussite à l’IA est même meilleur que sur chaleurs naturelles. Mais tous les protocoles ne se valent pas. Nous avons observé des différences de 20 % au niveau du taux de réussite à l’insémination en fonction du protocole utilisé. » Le taux de réussite est également lié à la qualité de la ration, des cycles sexuels…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière