Aller au contenu principal

Comment manager les grands troupeaux demain ?

La gestion de la reproduction a été un élément central dans le colloque international organisé par Clasel, qui a réuni plus de 500 éleveurs en juin dernier.

Si les éleveurs envisagent d’avoir un grand troupeau, il faut qu’ils en connaissent les répercussions et ils doivent être accompagnés dans cette réflexion.
Si les éleveurs envisagent d’avoir un grand troupeau, il faut qu’ils en connaissent les répercussions et ils doivent être accompagnés dans cette réflexion.
© E. Bignon

« L’objectif de ce colloque est de faire réfléchir les éleveurs sur les mutations en cours et non pas de dire qu’il faut absolument avoir un grand troupeau. En revanche, si les éleveurs envisagent d’avoir un grand troupeau, il faut qu’ils en connaissent les répercussions et nous devons les accompagner dans cette réflexion », a expliqué en préambule Laurent Taupin, le président de Clasel. Sur le plan technique, la gestion de la reproduction a été un thème très largement abordé.
« La reproduction a une très forte corrélation avec l’avenir de l’exploitation », a insisté Franck Gaudin, un nutritionniste qui intervient dans des grands troupeaux aux États-Unis. « Le taux de gestation (vaches gestantes/vaches fécondables) calculé tous les 21 jours doit être d’au moins 20 à 25 % sinon on perd de l’argent », a indiqué Dionigi de Grandis, nutritionniste italien. « Or, dans la Plaine du Po (Nord de l’Italie), ce taux est en moyenne de 12 % parce que les éleveurs se sont endormis sur leurs lauriers car le lait est bien payé. »


Synchroniser les chaleurs avec un bon protocole


Deux conditions sont nécessaires pour atteindre cet objectif. « Il faut à la fois bien détecter les chaleurs (vaches inséminées/vaches fécondables) et avoir un bon taux de réussite à l’insémination », a expliqué Franck Gaudin.
Concrètement, si vous avez 100 vaches fécondables dans un cycle de 21 jours et que vous en voyez la moitié en chaleurs, vous aller inséminer 50 vaches. Il faudra un taux de réussite à l’IA de 50 % pour atteindre l’objectif de 25 % de taux de gestation. « Or, le taux de détection des chaleurs pour les bons éleveurs n’est que de 40 %. Et avec un taux de réussite à l’IA de 40 %, on n’est qu’à 16 % de vaches gestantes par rapport aux vaches fécondables sur un cycle de 21 jours. » Le problème s’accentue si les taux de renouvellement et de mortalité des veaux sont élevés.
La synchronisation des chaleurs avec des traitements hormonaux et l’une des solutions proposées par Franck Gaudin pour relever le défi dans les grands troupeaux aux États-Unis. « En synchronisant les chaleurs, nous obtenons un taux de détection compris entre 50 et 60 %. Quand le protocole de synchronisation est bon, le taux de réussite à l’IA est même meilleur que sur chaleurs naturelles. Mais tous les protocoles ne se valent pas. Nous avons observé des différences de 20 % au niveau du taux de réussite à l’insémination en fonction du protocole utilisé. » Le taux de réussite est également lié à la qualité de la ration, des cycles sexuels…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière