Aller au contenu principal
Font Size

Comment manager les grands troupeaux demain ?

La gestion de la reproduction a été un élément central dans le colloque international organisé par Clasel, qui a réuni plus de 500 éleveurs en juin dernier.

Si les éleveurs envisagent d’avoir un grand troupeau, il faut qu’ils en connaissent les répercussions et ils doivent être accompagnés dans cette réflexion.
Si les éleveurs envisagent d’avoir un grand troupeau, il faut qu’ils en connaissent les répercussions et ils doivent être accompagnés dans cette réflexion.
© E. Bignon

« L’objectif de ce colloque est de faire réfléchir les éleveurs sur les mutations en cours et non pas de dire qu’il faut absolument avoir un grand troupeau. En revanche, si les éleveurs envisagent d’avoir un grand troupeau, il faut qu’ils en connaissent les répercussions et nous devons les accompagner dans cette réflexion », a expliqué en préambule Laurent Taupin, le président de Clasel. Sur le plan technique, la gestion de la reproduction a été un thème très largement abordé.
« La reproduction a une très forte corrélation avec l’avenir de l’exploitation », a insisté Franck Gaudin, un nutritionniste qui intervient dans des grands troupeaux aux États-Unis. « Le taux de gestation (vaches gestantes/vaches fécondables) calculé tous les 21 jours doit être d’au moins 20 à 25 % sinon on perd de l’argent », a indiqué Dionigi de Grandis, nutritionniste italien. « Or, dans la Plaine du Po (Nord de l’Italie), ce taux est en moyenne de 12 % parce que les éleveurs se sont endormis sur leurs lauriers car le lait est bien payé. »


Synchroniser les chaleurs avec un bon protocole


Deux conditions sont nécessaires pour atteindre cet objectif. « Il faut à la fois bien détecter les chaleurs (vaches inséminées/vaches fécondables) et avoir un bon taux de réussite à l’insémination », a expliqué Franck Gaudin.
Concrètement, si vous avez 100 vaches fécondables dans un cycle de 21 jours et que vous en voyez la moitié en chaleurs, vous aller inséminer 50 vaches. Il faudra un taux de réussite à l’IA de 50 % pour atteindre l’objectif de 25 % de taux de gestation. « Or, le taux de détection des chaleurs pour les bons éleveurs n’est que de 40 %. Et avec un taux de réussite à l’IA de 40 %, on n’est qu’à 16 % de vaches gestantes par rapport aux vaches fécondables sur un cycle de 21 jours. » Le problème s’accentue si les taux de renouvellement et de mortalité des veaux sont élevés.
La synchronisation des chaleurs avec des traitements hormonaux et l’une des solutions proposées par Franck Gaudin pour relever le défi dans les grands troupeaux aux États-Unis. « En synchronisant les chaleurs, nous obtenons un taux de détection compris entre 50 et 60 %. Quand le protocole de synchronisation est bon, le taux de réussite à l’IA est même meilleur que sur chaleurs naturelles. Mais tous les protocoles ne se valent pas. Nous avons observé des différences de 20 % au niveau du taux de réussite à l’insémination en fonction du protocole utilisé. » Le taux de réussite est également lié à la qualité de la ration, des cycles sexuels…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière