Aller au contenu principal

Comment les éleveurs s'adaptent-ils à la flambée des protéines?

Les organismes de Conseil élevage du Sud-Est ont mené une enquête sur les pratiques des éleveurs en termes de stratégie d'approvisionnement et de complémentation en protéines. Une centaine d'éleveurs ont répondu.

D’APRÈS L’ENQUÊTE RÉALISÉE EN RÉGION
RHÔNE-ALPES, trois éleveurs sur dix
envisagent de réduire la quantité de
correcteur azoté distribué aux laitières.
D’APRÈS L’ENQUÊTE RÉALISÉE EN RÉGION
RHÔNE-ALPES, trois éleveurs sur dix
envisagent de réduire la quantité de
correcteur azoté distribué aux laitières.
© C. Reibel

1 - S'équiper pour stocker


48 % des correcteurs azotés achetés sont des matières premières, contre 52 % de correcteurs élaborés. Le prix moyen des premiers est de 288 EUR/t avec 38 % de MAT, contre 480 EUR/t et 41 % de MAT en moyenne pour les correcteurs du commerce.


L'achat de matières premières, en quantité plus importante, permet une économie de plus de 120 EUR/t, soit pour un troupeau de 50 vaches, près de 5000 EUR par an.


Investir dans un silo ou une cellule de stockage semble vite rentabilisé. Ceux qui achètent par 25 tonnes et plus payent leurs correcteurs en moyenne 238 EUR/t, contre 403 EUR/t pour ceux qui achètent par 5 tonnes et moins. A noter que les éleveurs achetant de gros volumes n'étaient pas encore tous impactés par la hausse des cours au moment de l'enquête (été 2012) car ils utilisaient les stocks constitués.


2 - Se regrouper pour économiser


44 % des éleveurs non équipés se disent prêts à acheter en plus grande quantité. Pour les petits troupeaux, l'achat de gros volumes n'est pas facile à gérer (trésorerie, stockage, conservation), mais ils peuvent se regrouper avec des voisins. 60 % des éleveurs souhaitent se regrouper avec d'autres exploitants afin d'acheter de plus grandes quantités. Actuellement, 13 % des éleveurs le font déjà.


3 - Suivre les cours pour anticiper


45 % des éleveurs achètent lorsque leurs stocks sont épuisés, quels que soient les cours. Ces éleveurs payent en moyenne leurs correcteurs 397 EUR/t, soit 62 EUR/t de plus que les autres éleveurs.


Seulement 23 % des éleveurs suivent régulièrement les cours. En premier lieu auprès de leur fabricant d'aliment (62 %), dans les journaux et sur internet (40 % chacun). 22 % achètent le correcteur azoté en passant des contrats à livraison différée, en lien avec le marché à terme ; et 13 % de ceux qui ne le font pas se disent prêts à le faire à l'avenir.


4 - Baisser les correcteurs sans conséquences sur le lait


29 % des éleveurs envisagent de diminuer la quantité de correcteur azoté pour les vaches. Parmi ceux-là, la moitié l'a fait en augmentant la part d'herbe dans la ration. L'autre moitié l'a fait sans compensation. Pour diminuer les achats de correcteurs, 63 % des éleveurs envisagent d'acheter d'autres aliments, et notamment du corn gluten (27 %), des drêches (21 %) et de la luzerne déshydratée (20 %).


Pour les génisses, seulement 13 % des éleveurs envisagent une réduction des correcteurs azotés. Ils misent sur un renforcement du pâturage, un calcul au plus juste des besoins et des croissances compensatrices.


5 - Piloter l'azote par le suivi du taux d'urée


Le pilotage de l'azote de la ration est suivi principalement via le taux d'urée du lait (87 % des éleveurs) et par l'aspect des bouses (84 %). Viennent ensuite le suivi des quantités de lait du tank, du TP et l'état d'engraissement des vaches. Un quart des éleveurs ont encore des taux supérieurs aux repères classiques, et pas toujours pour des productions laitières élevées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière