Aller au contenu principal
Font Size

Comment les éleveurs s'adaptent-ils à la flambée des protéines?

Les organismes de Conseil élevage du Sud-Est ont mené une enquête sur les pratiques des éleveurs en termes de stratégie d'approvisionnement et de complémentation en protéines. Une centaine d'éleveurs ont répondu.

D’APRÈS L’ENQUÊTE RÉALISÉE EN RÉGION
RHÔNE-ALPES, trois éleveurs sur dix
envisagent de réduire la quantité de
correcteur azoté distribué aux laitières.
D’APRÈS L’ENQUÊTE RÉALISÉE EN RÉGION
RHÔNE-ALPES, trois éleveurs sur dix
envisagent de réduire la quantité de
correcteur azoté distribué aux laitières.
© C. Reibel

1 - S'équiper pour stocker


48 % des correcteurs azotés achetés sont des matières premières, contre 52 % de correcteurs élaborés. Le prix moyen des premiers est de 288 EUR/t avec 38 % de MAT, contre 480 EUR/t et 41 % de MAT en moyenne pour les correcteurs du commerce.


L'achat de matières premières, en quantité plus importante, permet une économie de plus de 120 EUR/t, soit pour un troupeau de 50 vaches, près de 5000 EUR par an.


Investir dans un silo ou une cellule de stockage semble vite rentabilisé. Ceux qui achètent par 25 tonnes et plus payent leurs correcteurs en moyenne 238 EUR/t, contre 403 EUR/t pour ceux qui achètent par 5 tonnes et moins. A noter que les éleveurs achetant de gros volumes n'étaient pas encore tous impactés par la hausse des cours au moment de l'enquête (été 2012) car ils utilisaient les stocks constitués.


2 - Se regrouper pour économiser


44 % des éleveurs non équipés se disent prêts à acheter en plus grande quantité. Pour les petits troupeaux, l'achat de gros volumes n'est pas facile à gérer (trésorerie, stockage, conservation), mais ils peuvent se regrouper avec des voisins. 60 % des éleveurs souhaitent se regrouper avec d'autres exploitants afin d'acheter de plus grandes quantités. Actuellement, 13 % des éleveurs le font déjà.


3 - Suivre les cours pour anticiper


45 % des éleveurs achètent lorsque leurs stocks sont épuisés, quels que soient les cours. Ces éleveurs payent en moyenne leurs correcteurs 397 EUR/t, soit 62 EUR/t de plus que les autres éleveurs.


Seulement 23 % des éleveurs suivent régulièrement les cours. En premier lieu auprès de leur fabricant d'aliment (62 %), dans les journaux et sur internet (40 % chacun). 22 % achètent le correcteur azoté en passant des contrats à livraison différée, en lien avec le marché à terme ; et 13 % de ceux qui ne le font pas se disent prêts à le faire à l'avenir.


4 - Baisser les correcteurs sans conséquences sur le lait


29 % des éleveurs envisagent de diminuer la quantité de correcteur azoté pour les vaches. Parmi ceux-là, la moitié l'a fait en augmentant la part d'herbe dans la ration. L'autre moitié l'a fait sans compensation. Pour diminuer les achats de correcteurs, 63 % des éleveurs envisagent d'acheter d'autres aliments, et notamment du corn gluten (27 %), des drêches (21 %) et de la luzerne déshydratée (20 %).


Pour les génisses, seulement 13 % des éleveurs envisagent une réduction des correcteurs azotés. Ils misent sur un renforcement du pâturage, un calcul au plus juste des besoins et des croissances compensatrices.


5 - Piloter l'azote par le suivi du taux d'urée


Le pilotage de l'azote de la ration est suivi principalement via le taux d'urée du lait (87 % des éleveurs) et par l'aspect des bouses (84 %). Viennent ensuite le suivi des quantités de lait du tank, du TP et l'état d'engraissement des vaches. Un quart des éleveurs ont encore des taux supérieurs aux repères classiques, et pas toujours pour des productions laitières élevées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière