Aller au contenu principal

Circuits courts : les bons tuyaux

Des producteurs tentent de se faire une place dans l’univers des circuits courts. Mais celui-ci risque de devenir vite concurrentiel. Quels circuits emprunter ? Comment monter un projet gagnant ?

Être professionnel
de bout en bout
pour réussir
Être professionnel
de bout en bout
pour réussir
© J. Chabanne

Magasins collectifs, paniers, produits fermiers locaux dans les supermarchés… les circuits courts ont le vent en poupe. La demande est là, et les producteurs ont parfois du mal à la suivre.

Politiques et élus soutiennent cette agriculture productrice et vendeuse de biens alimentaires, bien conscients de ses atouts: un retour de la valeur ajoutée dans les fermes, de l’emploi non délocalisable, et par conséquent une nouvelle dynamique pour les territoires. Même le commissaire européen à l’Agriculture, Dacian Ciolos, a fait l’éloge des circuits courts, « qui correspondent à une vision de la compétitivité économique de notre agriculture et de son efficacité sociale et environnementale ».

Toutefois, le cabinet d’études Xerfi estime que « la persistance d’un contexte économique dégradé et la difficulté à élargir la cible de clientèle freineront leur développement ». Attention donc au décalage entre volontés affichées et réalités économiques ! Réaliser une étude de marché, établir son « business plan » sont plus que jamais indispensables avant de se lancer.

Il est difficile de recenser des chiffres sur les circuits courts en général, et donc sur les produits laitiers en particulier. Des références régionales existent là où des associations ou des services de chambre d’agriculture ont travaillé la question. Un projet Références circuits courts (avec la chambre régionale d’agriculture de Bourgogne, l’Institut de l’élevage et Trame) vise à produire des références au niveau national sur cinq familles de produits, dont les produits laitiers. Le projet s’achèvera en 2013.

Une chose est sûre, et les différents intervenants de notre dossier le soulignent tous : s’il y a des opportunités à saisir dans les circuits courts, ce créneau ne devient pas une sinécure! Peu gagnent bien leur vie. Trop souvent, les projets font des coûts ajoutés au lieu de faire de la valeur ajoutée. Il faut très bien maîtriser son affaire, d’un point de vue technique. Mais aussi d’un point de vue économique.

Choisir la bonne gamme de produits, ne pas investir du temps et de l’argent là où il n’y a pas de retour sur investissement très rapide, savoir déléguer… Enfin, la vente directe demande d’être visionnaire sur les attentes des consommateurs. Et de cultiver le lien privilégié qu’il y a entre le producteur et ses clients. Or Daniel Chauveau, un des éleveurs qui témoignent dans le dossier, le souligne: « Si la transformation s’est professionnalisée en dix ans, il y a par contre encore du retard au niveau de la commercialisation. »

Ce dossier est l’occasion de présenter quelques circuits de commercialisation, avec leurs atouts et leurs contraintes, et de vous donner des clés pour réussir votre projet.

SOMMAIRE DU DOSSIER

Page 32 : Les différents circuits de vente : Forces et faiblesses...

Page 38 : Les techniques de vente : Quatre conseils de Françoise Phélippot

Page 42 : En Ille-et-Vilaine : De multiples circuits de vente

Page 46 : En Loire-Atlantique : Une marque collective pour dix éleveurs

Page 48 : Dans les Deux-Sèvres : Des yaourts pour les GMS et un magasin de producteurs

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Florian Salmon. « La diversité des systèmes de production rend plus difficile l’investissement collectif en matériel. »  © F. Mechekour
« Je cible mes investissements sur l’atelier lait »
En Ille-et-Vilaine, Florian Salmon a misé sur des robots de traite, la délégation de la distribution de la ration des vaches, le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière