Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vu par le véto
Cinq vaches qui boitent

L’ESPACE
INTERDIGITÉ
S’EST FISSURÉ
et il en sourd
un jus
nauséabond.
L’ESPACE
INTERDIGITÉ
S’EST FISSURÉ
et il en sourd
un jus
nauséabond.
© J.-M. Nicol

« Forcément, quand elle ne reste pas couchée, elle boite ! Elle a la patte enflée jusqu’au canon et met son pied en appui au sol avec précautions. Une tuméfaction de ce calibre, ça ne vient pas en deux jours.


Antoine m’explique que la boiterie a démarré il y a cinq jours, peu après son vêlage, avec une inflammation du pied bien repérable lorsque la vache est sur le quai de traite. Il ajoute que l’inflammation a gagné le canon et que, contrairement aux autres vaches dans le même cas, la boiterie n’a pas l’air de s’arranger à partir du quatrième jour. Ah bon ! Parce qu’il y a eu d’autres vaches dans le même cas ? - Oui, récemment quatre autres, mais ces quatre-là n’ont pas fait d’histoire pour guérir seules…


J’examine ma cliente et j’en profite évidemment pour prendre sa température - 39,6°C quand même - et constater par voie rectale que le ganglion interne qui draine la patte a doublé de volume. L’espace interdigité est fissuré ; il en sourd un jus nauséabond. À ce stade, pas de doute, il s’agit bien d’un panaris interdigité, mais celui-là, contrairement aux autres, met du temps à mûrir et à s’ouvrir en répandant dans la stabulation et les parcours de quoi contaminer la moitié du troupeau.


UN PHLEGMON


Le traitement antibiotique et les bains de pied javellisés n’empêcheront pas la suppuration ; ils vont contribuer à limiter la fistulisation et la chronicité ; ils peuvent empêcher de graves complications locales et/ou internes et la sur-contamination de la stabulation.


Je laisse la consigne de traiter désormais par antibiotique les futures boiteuses à condition que la boiterie évolue en un ou deux jours, qu’il y ait une inflammation de l’espace interdigité nettement visible, et toujours après avoir constaté de la fièvre… En ajoutant que si ces trois critères ne sont pas réunis, plutôt que de dégainer la seringue pour dépenser en pure perte le coût d’un traitement antibiotique et contribuer aussi à créer des résistances, il convient de lever le pied dans les plus brefs délais pour établir d’abord un diagnostic… avant tout traitement ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
"Mes niches à veaux sur sable sont faciles à nettoyer"

"Les nouveau-nés, jusqu'à 15 jours maximum, sont élevés dans des niches à veaux que nous avons…

Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière