Aller au contenu principal
Font Size

CINQ BONS PLANS POUR VOTRE NURSERIE

Du plein-air intégral au bâtiment indépendant du bloc traite et totalement fermé, découvrez cinq types de nurseries capables de répondre à vos attentes en termes d’efficacité et de condition de travail.

Il n'existe pas de nurserie parfaite. Le choix dépend de vos priorités et des caractéristiques de votre élevage.
Il n'existe pas de nurserie parfaite. Le choix dépend de vos priorités et des caractéristiques de votre élevage.
© A. Conté

Pourquoi un dossier sur les nurseries ? Parce qu’un veau malade, c’est de la perte de temps et d’argent. Parce que la carrière d’une vache se dessine dès son plus jeune âge. Parce que les conditions de travail n’y sont pas toujours idéales. Toutes ces raisons sont bien évidemment au coeur de la problématique et méritent d’être soigneusement prises en compte avant de se lancer dans un projet nurserie.

Mais soyons clairs. Il n’existe pas de nurserie idéale, « sinon il y a longtemps que cela se saurait », soulignent avec beaucoup de bon sens certains éleveurs et conseillers bâtiments qui ont participé à ce dossier. Cependant, l’absence de nurserie idéale ne veut pas dire qu’il n’existe pas une solution optimale par rapport à vos attentes, vos priorités et les particularités de votre élevage. Au travers de reportages, nous vous proposons donc d’étudier les avantages et les inconvénients de quatre types de nurseries et d’une cinquième solution développée à la ferme expérimentale de Trévarez dans le Finistère. Cette dernière est un cas « extrême » puisque les veaux sont élevés en plein-air intégral.

La nurserie monobloc, c’est-à-dire « construite sous le même toit » que le bloc traite et la stabulation des vaches est idéale pour l’organisation et le confort de travail. L’ambiance (température, humidité, luminosité) dans le bâtiment peut être le talon d’Achille de ce système dans la mesure où le choix de l’orientation de la stabulation des vaches laitières passe avant celui de la nurserie. Cet inconvénient est atténué avec la construction d’une nurserie indépendante puisque l’on peut choisir plus facilement son orientation. On y évite les courants d’air et l’humidité en provenance du bloc traite. Le coût est par contre plus élevé.

Avec une nurserie monopente bien orientée (sud/sudest), on améliore encore plus les conditions d’ambiance et donc sanitaires. Par contre, les conditions de travail sont moins bonnes parce qu’il faut travailler dehors quelles que soient les conditions météo.

Avec les niches à veaux et les igloos, on améliore encore plus la prévention des maladies néonatales du veau. Mais, sauf à installer les igloos sous un hangar, ce système accentue l’exposition de l’éleveur aux intempéries.

La solution plein-air intégral de Trévarez va plus loin dans la bonne gestion du risque sanitaire. C’est également la solution la plus économique. Mais, vous l’aurez compris au fur et à mesure de la description des avantages et des inconvénients de ces cinq solutions, moins il y a de murs, mieux le veau se porte mais plus les conditions de travail de l’éleveur se dégradent. Ce raccourci sera bien sûr nuancé dans les reportages de ce dossier. Lequel ne serait pas complet sans un point sur la réglementation concernant le bien-être animal. ■

Page 34 - Nurserie monobloc : « Notre nurserie offre des conditions de travail idéales » 

Page 38 - Nurserie indépendante fermée : « Les veaux font chambre à part » 

Page 42 - Nurserie mono-pente : « Nos veaux se portent mieux » 

Page 46 - Nurserie semi-extérieure : Six igloos pour les veaux 

Page 50 - Plein-air intégral :  Des veaux élevés dehors dès 2 semaines 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière