Aller au contenu principal

CINQ BONS PLANS POUR VOTRE NURSERIE

Du plein-air intégral au bâtiment indépendant du bloc traite et totalement fermé, découvrez cinq types de nurseries capables de répondre à vos attentes en termes d’efficacité et de condition de travail.

Il n'existe pas de nurserie parfaite. Le choix dépend de vos priorités et des caractéristiques de votre élevage.
Il n'existe pas de nurserie parfaite. Le choix dépend de vos priorités et des caractéristiques de votre élevage.
© A. Conté

Pourquoi un dossier sur les nurseries ? Parce qu’un veau malade, c’est de la perte de temps et d’argent. Parce que la carrière d’une vache se dessine dès son plus jeune âge. Parce que les conditions de travail n’y sont pas toujours idéales. Toutes ces raisons sont bien évidemment au coeur de la problématique et méritent d’être soigneusement prises en compte avant de se lancer dans un projet nurserie.

Mais soyons clairs. Il n’existe pas de nurserie idéale, « sinon il y a longtemps que cela se saurait », soulignent avec beaucoup de bon sens certains éleveurs et conseillers bâtiments qui ont participé à ce dossier. Cependant, l’absence de nurserie idéale ne veut pas dire qu’il n’existe pas une solution optimale par rapport à vos attentes, vos priorités et les particularités de votre élevage. Au travers de reportages, nous vous proposons donc d’étudier les avantages et les inconvénients de quatre types de nurseries et d’une cinquième solution développée à la ferme expérimentale de Trévarez dans le Finistère. Cette dernière est un cas « extrême » puisque les veaux sont élevés en plein-air intégral.

La nurserie monobloc, c’est-à-dire « construite sous le même toit » que le bloc traite et la stabulation des vaches est idéale pour l’organisation et le confort de travail. L’ambiance (température, humidité, luminosité) dans le bâtiment peut être le talon d’Achille de ce système dans la mesure où le choix de l’orientation de la stabulation des vaches laitières passe avant celui de la nurserie. Cet inconvénient est atténué avec la construction d’une nurserie indépendante puisque l’on peut choisir plus facilement son orientation. On y évite les courants d’air et l’humidité en provenance du bloc traite. Le coût est par contre plus élevé.

Avec une nurserie monopente bien orientée (sud/sudest), on améliore encore plus les conditions d’ambiance et donc sanitaires. Par contre, les conditions de travail sont moins bonnes parce qu’il faut travailler dehors quelles que soient les conditions météo.

Avec les niches à veaux et les igloos, on améliore encore plus la prévention des maladies néonatales du veau. Mais, sauf à installer les igloos sous un hangar, ce système accentue l’exposition de l’éleveur aux intempéries.

La solution plein-air intégral de Trévarez va plus loin dans la bonne gestion du risque sanitaire. C’est également la solution la plus économique. Mais, vous l’aurez compris au fur et à mesure de la description des avantages et des inconvénients de ces cinq solutions, moins il y a de murs, mieux le veau se porte mais plus les conditions de travail de l’éleveur se dégradent. Ce raccourci sera bien sûr nuancé dans les reportages de ce dossier. Lequel ne serait pas complet sans un point sur la réglementation concernant le bien-être animal. ■

Page 34 - Nurserie monobloc : « Notre nurserie offre des conditions de travail idéales » 

Page 38 - Nurserie indépendante fermée : « Les veaux font chambre à part » 

Page 42 - Nurserie mono-pente : « Nos veaux se portent mieux » 

Page 46 - Nurserie semi-extérieure : Six igloos pour les veaux 

Page 50 - Plein-air intégral :  Des veaux élevés dehors dès 2 semaines 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière