Aller au contenu principal

ASSURANCES
Choisissez la bonne couverture

Un accident, une maladie, un incendie, une tempête de neige... ça n’arrive pas qu’aux autres. Alors, il faut l’anticiper! Etes-vous bien protégés? Quelles sont les assurances à souscrire? Quels pièges faut-il éviter? Des réponses concrètes dans ce dossier.

© DR

D'après les statistiques nationales publiées par la MSA,plus de 20000 accidents du travail ont contraint les exploitants agricoles à un arrêt de travail en 2008. Parmi ces derniers, les éleveurs laitiers apparaissent les plus nombreux (24%) devant les éleveurs de bovins viande (16%). Une victime sur trois exerçait une activité en rapport avec les animaux (manipulation, contention, soins...), et les pertes d’équilibre ou les chutes sont à l’origine de 29% des accidents. Enfin, en 2008, 69 exploitants sont décédés suite à un accident du travail. Et là encore, les personnes travaillant dans les élevages de bovins sont les principales touchées (19 décès).

«Si le risque est souvent bien évalué pour le matériel et les bâtiments, il est parfois sous- estimé pour les personnes, insis- tent les compagnies d’assurance. Il faut simuler l’impact d’un éven- tuel incident — pouvant conduire jusqu’au décès — sur les personnes travaillant sur l’exploitation et leurs proches ainsi que ses conséquences à l’échelle de l’exploitation.» Ce risque est d’autant plus important qu’il est difficile de se faire remplacer en élevages laitiers (connaissance du cheptel,de la gestion du pâturage,de l’alimentation,etc.) L’entraide avec la famille ou les voisins est envisageable, bien sûr, mais pendant une période restreinte. C’est pourquoi des pistes alternatives, telles que l’adhésion au service de remplacement ou aux mutuelles coups durs, sont aussi à envisager (lire pages 34 et 35). En particulier dans le cas d’exploitations individuelles où l’éleveur travaille seul sur la ferme. La souscription d’assurances complémentaires (assurances décès, arrêt de travail, invalidité, main- d’œuvre de remplacement, risque fiscal, etc) est plus que vivement recommandée pour être en mesure de faire face le jour où...

D’après une enquête menée par l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture auprès d’une cinquantaine d’éleveurs laitiers courant 2008, le risque santé est cité en seconde position derrière le risque prix. Les éleveurs craignent avant tout une grande volatilité des cours, un manque de maîtrise des prix de vente, et la réduction des marges... La conjoncture actuelle n’a pas de quoi les rassurer sur ce point. Mais justement, dans ce contexte peu favorable, attention aux fausses économies! Les exploitants cherchent logiquement à réduire leurs charges, et notamment celles qu’ils jugent a priori superflues. S’il est inutile de se sur assurer, l’excès inverse peut en revanche entraîner des conséquences désastreuses en cas d’incident ou de sinistre. D’où la nécessité de souscrire des contrats d’assurances bien ficelés permettant de se prémunir à la hauteur des dommages subis et d’éviter les mauvaises surprises. En plus des outils de production (matériel, bâtiment, cheptel), la couverture des aléas climatiques n’est pas à négliger. De même que l’assurance perte d’exploitation qui permet de bénéficier d’une indemnisation couvrant les pertes liées à l’arrêt l’activité en cas de sinistre (lire page 42).

N’oubliez pas enfin que le contrat le moins cher n’est pas forcément le plus intéressant. Prenez le temps de bien comparer les contrats en termes de tarif, de couverture de risque, de franchise et de montant de garantie. Et n’oubliez pas non plus les plafonds d’indemnisation, les seuils d’intervention et les exclusions de garanties... 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière