Aller au contenu principal

ASSURANCES
Choisissez la bonne couverture

Un accident, une maladie, un incendie, une tempête de neige... ça n’arrive pas qu’aux autres. Alors, il faut l’anticiper! Etes-vous bien protégés? Quelles sont les assurances à souscrire? Quels pièges faut-il éviter? Des réponses concrètes dans ce dossier.

© DR

D'après les statistiques nationales publiées par la MSA,plus de 20000 accidents du travail ont contraint les exploitants agricoles à un arrêt de travail en 2008. Parmi ces derniers, les éleveurs laitiers apparaissent les plus nombreux (24%) devant les éleveurs de bovins viande (16%). Une victime sur trois exerçait une activité en rapport avec les animaux (manipulation, contention, soins...), et les pertes d’équilibre ou les chutes sont à l’origine de 29% des accidents. Enfin, en 2008, 69 exploitants sont décédés suite à un accident du travail. Et là encore, les personnes travaillant dans les élevages de bovins sont les principales touchées (19 décès).

«Si le risque est souvent bien évalué pour le matériel et les bâtiments, il est parfois sous- estimé pour les personnes, insis- tent les compagnies d’assurance. Il faut simuler l’impact d’un éven- tuel incident — pouvant conduire jusqu’au décès — sur les personnes travaillant sur l’exploitation et leurs proches ainsi que ses conséquences à l’échelle de l’exploitation.» Ce risque est d’autant plus important qu’il est difficile de se faire remplacer en élevages laitiers (connaissance du cheptel,de la gestion du pâturage,de l’alimentation,etc.) L’entraide avec la famille ou les voisins est envisageable, bien sûr, mais pendant une période restreinte. C’est pourquoi des pistes alternatives, telles que l’adhésion au service de remplacement ou aux mutuelles coups durs, sont aussi à envisager (lire pages 34 et 35). En particulier dans le cas d’exploitations individuelles où l’éleveur travaille seul sur la ferme. La souscription d’assurances complémentaires (assurances décès, arrêt de travail, invalidité, main- d’œuvre de remplacement, risque fiscal, etc) est plus que vivement recommandée pour être en mesure de faire face le jour où...

D’après une enquête menée par l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture auprès d’une cinquantaine d’éleveurs laitiers courant 2008, le risque santé est cité en seconde position derrière le risque prix. Les éleveurs craignent avant tout une grande volatilité des cours, un manque de maîtrise des prix de vente, et la réduction des marges... La conjoncture actuelle n’a pas de quoi les rassurer sur ce point. Mais justement, dans ce contexte peu favorable, attention aux fausses économies! Les exploitants cherchent logiquement à réduire leurs charges, et notamment celles qu’ils jugent a priori superflues. S’il est inutile de se sur assurer, l’excès inverse peut en revanche entraîner des conséquences désastreuses en cas d’incident ou de sinistre. D’où la nécessité de souscrire des contrats d’assurances bien ficelés permettant de se prémunir à la hauteur des dommages subis et d’éviter les mauvaises surprises. En plus des outils de production (matériel, bâtiment, cheptel), la couverture des aléas climatiques n’est pas à négliger. De même que l’assurance perte d’exploitation qui permet de bénéficier d’une indemnisation couvrant les pertes liées à l’arrêt l’activité en cas de sinistre (lire page 42).

N’oubliez pas enfin que le contrat le moins cher n’est pas forcément le plus intéressant. Prenez le temps de bien comparer les contrats en termes de tarif, de couverture de risque, de franchise et de montant de garantie. Et n’oubliez pas non plus les plafonds d’indemnisation, les seuils d’intervention et les exclusions de garanties... 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Ferme des 1000 vaches: au Conseil d'Etat, le rapporteur public donne raison au préfet
Malgré la fermeture du site depuis le 1er janvier, la ferme des 1000 vaches dans la Somme était encore au centre d'une audience,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière