Aller au contenu principal
Font Size

ASSURANCES
Choisissez la bonne couverture

Un accident, une maladie, un incendie, une tempête de neige... ça n’arrive pas qu’aux autres. Alors, il faut l’anticiper! Etes-vous bien protégés? Quelles sont les assurances à souscrire? Quels pièges faut-il éviter? Des réponses concrètes dans ce dossier.

© DR

D'après les statistiques nationales publiées par la MSA,plus de 20000 accidents du travail ont contraint les exploitants agricoles à un arrêt de travail en 2008. Parmi ces derniers, les éleveurs laitiers apparaissent les plus nombreux (24%) devant les éleveurs de bovins viande (16%). Une victime sur trois exerçait une activité en rapport avec les animaux (manipulation, contention, soins...), et les pertes d’équilibre ou les chutes sont à l’origine de 29% des accidents. Enfin, en 2008, 69 exploitants sont décédés suite à un accident du travail. Et là encore, les personnes travaillant dans les élevages de bovins sont les principales touchées (19 décès).

«Si le risque est souvent bien évalué pour le matériel et les bâtiments, il est parfois sous- estimé pour les personnes, insis- tent les compagnies d’assurance. Il faut simuler l’impact d’un éven- tuel incident — pouvant conduire jusqu’au décès — sur les personnes travaillant sur l’exploitation et leurs proches ainsi que ses conséquences à l’échelle de l’exploitation.» Ce risque est d’autant plus important qu’il est difficile de se faire remplacer en élevages laitiers (connaissance du cheptel,de la gestion du pâturage,de l’alimentation,etc.) L’entraide avec la famille ou les voisins est envisageable, bien sûr, mais pendant une période restreinte. C’est pourquoi des pistes alternatives, telles que l’adhésion au service de remplacement ou aux mutuelles coups durs, sont aussi à envisager (lire pages 34 et 35). En particulier dans le cas d’exploitations individuelles où l’éleveur travaille seul sur la ferme. La souscription d’assurances complémentaires (assurances décès, arrêt de travail, invalidité, main- d’œuvre de remplacement, risque fiscal, etc) est plus que vivement recommandée pour être en mesure de faire face le jour où...

D’après une enquête menée par l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture auprès d’une cinquantaine d’éleveurs laitiers courant 2008, le risque santé est cité en seconde position derrière le risque prix. Les éleveurs craignent avant tout une grande volatilité des cours, un manque de maîtrise des prix de vente, et la réduction des marges... La conjoncture actuelle n’a pas de quoi les rassurer sur ce point. Mais justement, dans ce contexte peu favorable, attention aux fausses économies! Les exploitants cherchent logiquement à réduire leurs charges, et notamment celles qu’ils jugent a priori superflues. S’il est inutile de se sur assurer, l’excès inverse peut en revanche entraîner des conséquences désastreuses en cas d’incident ou de sinistre. D’où la nécessité de souscrire des contrats d’assurances bien ficelés permettant de se prémunir à la hauteur des dommages subis et d’éviter les mauvaises surprises. En plus des outils de production (matériel, bâtiment, cheptel), la couverture des aléas climatiques n’est pas à négliger. De même que l’assurance perte d’exploitation qui permet de bénéficier d’une indemnisation couvrant les pertes liées à l’arrêt l’activité en cas de sinistre (lire page 42).

N’oubliez pas enfin que le contrat le moins cher n’est pas forcément le plus intéressant. Prenez le temps de bien comparer les contrats en termes de tarif, de couverture de risque, de franchise et de montant de garantie. Et n’oubliez pas non plus les plafonds d’indemnisation, les seuils d’intervention et les exclusions de garanties... 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière