Aller au contenu principal

Chirurgie à la ferme, quelques précautions

Les conditions dans lesquelles le vétérinaire opère surprendraient n’importe quel chirurgien qui y verrait à redire sur la préparation de l’animal, les conditions de réveil, la stérilité du matériel et des assistants, la propreté du « bloc opératoire », le confort du chirurgien, sa sécurité et celle du patient. Certes, il y a des risques, il faut donc les minimiser !

1 De la sécurité pour l’animal et des ressources à proximité

« D’abord ne pas nuire ! ». Il faut donc offrir un minimum de sécurité à l’animal qui ne doit pas pouvoir se mettre en mauvaise posture soit en se couchant s’il doit rester debout soit en se levant s’il doit rester couché. Pour contenir l’animal correctement, il faut donc quelques cordes de différentes longueurs – elles font souvent défaut et la ficelle de big est inconfortable – et parfois une chaîne solide pour des animaux lourds et/ou indociles. Il faut également des points de fixation qui permettent d’orienter la tête de l’animal dans la direction souhaitée au cas où il se coucherait.

Si la vache doit rester debout sur le béton, c’est sur un sol raboté sur lequel vous aurez répandu du sable pour une meilleure adhérence car cette vache aura pour la nécessité les pattes arrières entravées. On préfère toujours ne pas laisser la vache au cornadis pour ne pas risquer le couchage et les ennuis. Mais au cornadis, la clé de 17 ne doit pas être loin !

Le couchage (ou le roulement de la vache) nécessite une aire propre, non encombrée, non traumatisante, avec des points de fixation pas trop éloignés et du personnel – cinq conditions à réunir ensemble. Et au cours d'une opération, les forces humaines font partie de l’équation, au moins pour prêter main forte en cas d'incident !

Sur la vache debout, la petite chirurgie des trayons ou de la mamelle peut se faire avec la patte en l'air, dans un travail où elle ne pourra pas se coucher.

2 Un animal à jeun et au propre !

Le préalable à l'anesthésie générale est la mise à jeun de l'animal. C'est très important chez nos pré-ruminants qui, une fois couchés, ne manquent pas de météoriser s'ils viennent de consommer des aliments. C'est aussi une précaution à prendre chez les veaux de quelques jours qui après avoir bu peuvent régurgiter le contenu de leur caillette.

Le réveil peut aussi réserver quelques surprises si le veau en essayant de se lever tombe la tête sous le corps. Il faut le placer sur le ventre, en position de grenouille et y aller voir de temps à autre. À ce stade un accident serait bien dommage. Il est inutile aussi de lui donner à boire sa buvée tant qu'il n'est pas correctement réveillé car il risque aussi de météoriser dans les minutes qui suivent.

Une bonne paille vaudra bien mieux pour la cicatrisation de la plaie que la litière ordinaire.

3 Hygiène et propreté parfaite

Les seaux pour commencer, l'eau ensuite, les torchons qui s'improvisent parfois en champs opératoires pour obstruer précipitamment le flanc ouvert et les mains des aides opérateurs… tout doit être d'une parfaite propreté et tout ce qui peut être stérile doit l'être.

Les seaux… Le véto pourrait avoir à son usage exclusif un seau qui ne serve à rien d'autre et qu'on ne soit pas obligé de récurer de fond en comble avant d'y mettre l'eau.
L'eau… potable dans tous les cas.
Quelques torchons… repassés à chaud (et donc pasteurisés) et conservés dans un sac en plastique à l'abri des poussières et des souillures.

Quant aux mains de l'aide opératoire, elles seront soigneusement lavées au savon chirurgical en maintenant un temps de contact d'une minute minimum et parfois même il sera bon de les recouvrir de gants d'examen trempés dans la solution désinfectante. À partir de là, le véto vous aura à l'œil pour vous empêcher de mettre les mains sur votre cotte????.

4  La surveillance du post-opératoire

Après une chirurgie abdominale ou une césarienne, passées les premières heures au cours desquelles la vache peut manifester de la douleur et être couchée, dès le lendemain :

Elle n'a plus de coliques, ne pousse pas

Elle ne se plaint pas ni à l'arrêt ni en marchant

Elle n'est pas ballonnée du rumen

Elle consomme avec appétit les concentrés et aussi le fourrage

Elle rumine et sa production remonte

Elle se tient debout et peut rester longtemps dans cette position

Sa température rectale est inférieure à 39°2

Quand elle a eu une césarienne,

Elle a expulsé le placenta

Il n'y a pas de caillots de sang à quitter l'utérus

Elle s'occupe de son veau et l'appelle

Quatre à cinq jours après puis dix jours après vous devriez systématiquement contrôler que :

Sa température rectale du matin est inférieure à 39°

Elle fréquente l'auge assidûment et ne reste pas couchée

Elle rumine

La peau et le muscle autour de la plaie ne sont pas tuméfiés

Si cette vache ne satisfait pas à cette description, vous devriez en toucher un mot au véto sans rien faire en attendant ses instructions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière