Aller au contenu principal

Conduite des exploitations
Charte des bonnes pratiques d´élevage et agriculture raisonnée, même combat !

Inciter les 125 000 éleveurs adhérents de la charte des bonnes pratiques d´élevage à franchir le pas de l´agriculture raisonnée, tel est l´objectif du manifeste signé au Space.


Six ans après les débuts de la charte des bonnes pratiques d´élevage, 125 000 éleveurs de bovins ont signé leur adhésion à cette démarche professionnelle volontaire ; un peu plus de la moitié sont des éleveurs laitiers. Mais, deux ans après la publication de la loi, ils sont tout juste 1600 agriculteurs, dont 200 éleveurs de bovins, à être qualifiés agriculture raisonnée. Pourtant les deux démarches partagent les mêmes objectifs : permettre aux agriculteurs d´améliorer leurs pratiques et de progresser au niveau de l´exploitation. La première se cantonne à l´atelier bovin, la seconde s´intéresse à l´exploitation dans sa globalité : les efforts portent sur tous les ateliers, l´environnement et les conditions de travail. « La suite logique d´un éleveur bien dans sa charte, c´est la qualification, ont affirmé les présidents de la charte des bonnes pratiques d´élevage, Bernard Malabirade et Régis Chevalier, ainsi que le président de Farre, Bernard Guidez, au moment de la signature d´un manifeste au Space. Nous avons donc décidé de coordonner nos efforts. »
L´un des obstacles au développement de l´agriculture raisonnée est sans aucun doute l´absence de plus-value sur les produits issus des exploitations qualifiées, alors que celles-ci sont soumises à un contrôle externe (800 à 1000 euros sur 5 ans), et que le respect des 98 points du référentiel nécessite quelques investissements. Pour la charte, les contrôles sont réalisés en interne par les techniciens d´élevage qualifiés. Autre différence importante : l´agriculture raisonnée est liée à une obligation de moyens, alors que la charte est simplement liée à une obligation de résultats.
Une garantie de marché pour demain
Mais pour Bernard Guidez, cela ne doit pas être un frein. « La qualification permet de progresser au niveau de la gestion fine de l´exploitation. Et je suis très fier de montrer la qualité de mes produits. » Un sentiment partagé par Bruno Martel, éleveur laitier qualifié. « Nous avons toujours considéré que valider la qualité/sécurité/ environnement et communiquer dessus était un enjeu majeur. Demain, cela deviendra contractuel. Grâce à l´agriculture raisonnée, nous allons très facilement intégrer tout ce qui est en train de devenir obligatoire. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière