Aller au contenu principal

Chargeur à bras télescopique, nouveau "couteau suisse" de l´exploitation

La location pour 20 à 50 heures par an et équipement pneumatique à surveiller !


En Ille-et-Vilaine, la location pour 20 à 50 heures par an
Le Gaec de la Vallée de la Seiche à Nouvoitou (35) loue un chargeur télescopique pour réaliser ses gros travaux de manutention. Thierry, l´un des associés explique : "Nous louons le chargeur quand il y a de la main-d´ouvre disponible, pour la valoriser. S´il y a du travail à faire, mais pas de main-d´ouvre disponible, nous faisons alors appel à l´ETA." Le Gaec est adhérent à une Cuma de distribution équipée d´une mélangeuse automotrice. L´alimentation des 100 vaches est réalisée par un salarié de la Cuma. Il n´est donc pas nécessaire pour eux d´avoir un chargeur automoteur pour les travaux de tous les jours.
En revanche "s´il n´y avait pas la mélangeuse automotrice, explique Thierry nous aurions sans doute investi dans un chargeur télescopique avec un godet désileur." Ils estiment que le coût serait à peu près le même, mais avec plus d´heures de travail.
Le chargeur télescopique sert avant tout pour sortir le fumier des bâtiments et le reprendre au champ pour l´épandage. Le volume d´heures de travail peut varier de 20 à 50 heures par an environ. A 800 francs hors taxe la journée de location, ce choix leur parait être le bon. "Pour dix heures de travail par jour, le coût doit se situer à environ 100 francs hors taxe par heure avec le gasoil", estime Thierry. "Et avec la location, nous savons exactement ce que ça nous coûte ajoute Jean-Michel, car il n´y a pas de frais à rajouter." Le Gaec utilise les services de la Société Française de Location basée à une dizaine de kilomètres, qui livre le matériel directement à l´exploitation. Seul problème, la location n´étant pas très développée en agricole, la société ne dispose pas de certains accessoires, comme la fourche à griffe. D. L.

Equipement pneumatique : attention à l´indice de charge
Les pneus d´un automoteurs de manutention sont généralement très sollicités, notamment ceux de l´essieu avant, lorsque la charge est placée très en avant de l´essieu. Les manufacturiers de pneumatiques ont donc développé des produits spécialement adaptés, plus résistants à l´abrasion et avec des carcasses supportant de plus fortes charges. Pour chaque modèle d´automoteur, le constructeur recommande un type de pneu précis. Il est donc fortement conseillé de respecter cette indication. Par exemple, un pneu Goodyear IT 520 de 460/70 R24, adapté aux automoteurs de manutention a une capacité de charge cyclique à 2 bars de 3 750 kg alors qu´un pneu de taille équivalente en série standard (14.9 R24) a une capacité de 2 890 kg à la même pression. Remplacer le pneu d´origine par un pneu non adapté peut donc entraîner un éclatement, avec les risques que cela implique, notamment lors de la manutention de charges en hauteur.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière