Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

"Cette année a été très déficitaire en fourrages"

Performance en montagne. Au Gaec du Claret, cette année très sèche a fortement limité le pâturage. Le Gaec pense revenir à des vêlages plus étalés.

"Cette année 2017 est l’exacte opposée de l’année 2016 qui s’était caractérisée par une récolte record en quantité (enrubannage et foin) mais médiocre en qualité. C’est un record de faible rendement", résume Lilian Gaillard, un des deux associés du Gaec du Claret, à 1 000 mètres d’altitude en Isère (52 vaches montbéliardes et 88 ha tout herbe). En cause, le climat particulièrement sec de cette année. "Pour assurer la qualité, on a attaqué l’enrubannage très tôt, dès le 20 mai. On a fait 5-6 hectares de plus pour faire 180 bottes en première coupe, sous notre objectif de 200 bottes. Le fourrage est heureusement de très belle qualité." Pour le foin, le Gaec a récolté 390 bottes au lieu de 800 l’an dernier ! "Malgré le stock 2016, nous avons acheté 40 bottes de foin à un marchand de fourrage pour assurer le stock hivernal."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière