Aller au contenu principal

Les premiers chantiers d'ensilage de maïs ont démarré

La sécheresse associée aux fortes températures de fin juillet, a provoqué des stress hydriques importants, dans la plupart des régions. Avant d'ensiler, un diagnostic du potentiel du maïs s'impose.

Début août, certains maïs commençaient déjà à griller sur pied. Les éleveurs ont pris la décision d'ensiler.
© F. Mechekour

 

"Avant de prendre la décision d’ensiler, il convient de faire un diagnostic au champ, en veillant à bien rentrer à l’intérieur des parcelles où les maïs peuvent être très différents des bordures, rappelle Arvalis. Ce diagnostic prend en compte le stade des plantes, le nombre de grains par m2, l’aspect de l’appareil végétatif et son potentiel d’évolution."

 

"Une plante aujourd’hui complétement desséchée n’a pas d’avenir. Elle ne repartira pas, même en cas de retour de la pluie", précise l'Institut du végétal. La parcelle peut être récoltée. "Malgré un taux d’amidon en retrait du fait du manque, voire de l’absence de grains, ces maïs peuvent présenter de bonnes valeurs alimentaires, proches de la normale (0,85 à 0,95 UFL/kg MS)." Ces valeurs s’expliquent notamment par une bonne à très bonne digestibilité des tiges et des feuilles.

Consulter les grilles d'évaluation et des exemples sur www.arvalis-infos.fr

 

En outre, Arvalis vient de publier la carte des dates prévisionnelles de début des récoltes des maïs fourrage (établie le 7 août). "Cela étant, les modèles de prévision de stade prennent mal en considération le stress hydrique, précise l'institut. Dans les situations les plus critiques, les chantiers d'ensilage ont débuté depuis quelques jours." L'objectif est surtout de sensibiliser éleveurs, Cuma et ETA de l'avancement de la maturité des maïs pour déclencher les chantiers de récolte à temps.

 

carte

 

 

grille mais.pdf (294.59 Ko)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière