Aller au contenu principal

C'est parti pour le lait de foin STG !

Ce lait sous signe officiel de qualité européen est déjà connu et utilisé en Autriche, en Suisse et en Allemagne. En France, la certification des fermes peut démarrer.

Au moins 75% en poids de matière sèche de fourrages grossiers (herbe fraîche, foin...), pas d'aliments fermentés donc ni ensilage ni enrubannage, pas d'OGM : voilà en résumé le cahier des charges de la Spécialité traditionnelle garantie (STG) "Lait de foin". Ce signe officiel de qualité européen est déjà connu et utilisé en Autriche, en Suisse et en Allemagne. En Autriche, il représente 480 millions de litres de lait.

En France, l'association Lait de foin a été reconnue par l'Inao comme Organisme de défense et de gestion (ODG) en mai dernier. Et mi-septembre, l'Inao validait le plan de contrôle du cahier des charges, une étape indispensable pour engager les premiers contrôles et certifications de fermes.

20 à 30 fermes laitières d'ici la fin de l'année

Pour l'heure, "entre 20 et 30 fermes sont intéressées et pourront être contrôlées par Certipaq d'ici la fin de l'année", indique Didier Le Hec, un des éleveurs à l'initiative du projet. Une fois certifiées, elles pourront apposer le panneau "Lait de foin" à l'entrée de leur ferme, et les producteurs qui transforment à la ferme pourront étiqueter leurs produits. Des professionnels de l'agroalimentaire se disent intéressés par cette matière première différenciée, mais pour l'heure aucun accord formel n'a été signé.

Cela fait deux ans que des éleveurs laitiers valorisant l'herbe sans fourrages fermentés cherchent à faire reconnaître leurs spécificités : un lait de haute qualité au niveau bactériologique et profil en acide gras, reconnu pour son impact positif sur la texture et le goût des beurres et des fromages, et sur le rendement fromager. En outre, ces systèmes d'élevages répondent aux attentes sociétales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Les vaches taries sont logées dans des logettes larges de 1,25 m et disposent d’un abreuvoir de 2 m de large. Les pH urinaires sont dans les clous. © SCEA de Virly
« Foin et concentrés au menu de la préparation au vêlage de nos 160 laitières »
À la SCEA de Virly, dans l’Indre, les hautes productrices reçoivent désormais, trois semaines avant vêlage, une ration sèche à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière