Aller au contenu principal

C’est la saison des bilans sanitaires

« Il y a maintenant plusieurs mois que je ne pose plus aux éleveurs de ma contrée la question : « Que puis-je faire pour toi ? ». Je ne la pose plus par crainte de leur réponse du genre : « Majore nos prix, minore les tiens et arrange-nous la météo ! » Pour la météo, je n’ai pas mon mot à dire, mais pour le reste, à force, j’ai une petite idée car des marges de progrès, j’en vois encore quelques unes dans le domaine sanitaire.

J’en rencontre un peu du côté des frais lorsque je jette un oeil dans la pharmacie ou que je discute des protocoles de traitements pour les actualiser, bien souvent pour les simplifier. Il y a parfois des traitements compliqués, parfois des vaccinations peu adaptées et des protocoles antiparasitaires des adultes ou des jeunes à reconsidérer. La crise a cela de bon qu’elle nous contraint à revoir les routines.

UN TIERS DE FRAIS POUR DEUX TIERS DE PERTES !

Des marges de progrès, je continue à en voir du côté des manques à gagner. Ils constituent globalement les deux tiers de l’impact économique des troubles de santé et sont rarement à la vue des comptables. Là se cachent des morts qu’on aurait pu éviter, la fièvre de lait qui a finalement mal tourné, la mammite mal évaluée, les veaux morts de ne pas avoir consommé assez de colostrum…

Là se cachent les cellules et les pénalités pour défaut de qualité du lait, un surcroît de réformes subies, la gestion incontrôlée de la reproduction et autres retards de croissance au sevrage ou au pâturage.

Une analyse succincte à partir du recueil de données et un chiffrage des pertes donnent quelques idées des marges de progrès possibles. La discussion entamée lors du bilan sanitaire n’est jamais stérile si, devant une situation dégradée, elle se prolonge par une visite spécialisée et quelques changements qui permettent de redresser la barre et aboutissent à une réduction des pertes. Voilà comment un bilan sanitaire devient un outil de progrès sanitaire et d’amélioration de la performance économique des élevages. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière