Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Ce n’est pas à la politique de limiter les volumes »

Pour le président lait du syndicat des agriculteurs allemands DBV<sup>(1)</sup>, Karsten Schmal, en visite au Salon de l'agriculture, la limitation de la production est une question à régler entre les producteurs et les entreprises.

Karsten Schmal, président lait de la DBV: "Les contraintes sociétales rendent le développement de la production laitière allemande impossible."
© A. Conté
Les producteurs allemands sont-ils favorables à un système de limitation de la production en cas de crise?
Karsten Schmal - "Non, nous n'avons pas la même vision que les producteurs de lait français. Beaucoup d'éleveurs, en particulier les jeunes — c’est le cas de mon fils — sont totalement contre toute réglementation par la politique. Pour notre syndicat, la limitation de la production en cas de crise est à régler entre les producteurs et les entreprises."
Y a-t-il tout de même une volonté de mettre en adéquation production et marchés?
K. S. - "Il y a des réflexions dans l’air. La stratégie des coopératives allemandes est, de plus en plus, de ne transformer que le lait de leurs adhérents. Cela pose de graves questions. En janvier, un milliard de litres de lait ont été payés seulement 250 €/1000 litres alors que le prix du lait allemand était de 340 €/1000 l  (380 € en décembre). Ce sont des producteurs qui sont dans des structures de négoce depuis longtemps qui sont concernés. Ce ne sont pas ceux qui ont récemment quitté la coopérative DMK (voir Réussir Lait de février p.12), ni les grandes OP commerciales comme la MEG en Bavière (5 milliards de litres) qui négocient pour l’ensemble de leurs adhérents des contrats à long terme.

Six grandes entreprises laitières, qui représentent 50% du lait allemand, se consultent régulièrement. Elles ne parlent pas de prix ni de volume. Mais par exemple, elles établissent en commun un baromètre: elles étudient les tendances des marchés à 12 mois, et les publient tous les trois mois".

Les producteurs allemands cherchent-ils à augmenter leur production?
K. S. - "Non, nous avons  beaucoup de contraintes environnementales, de bien-être animal, etc. Cet ensemble de conditions sociétales rend le développement de la production laitière allemande totalement impossible. La crise de 2015-2016 freine aussi les ardeurs. Nous avons eu beaucoup plus de cessations laitières ces deux dernières années: de 3-4% par an en moyenne, on est passé à un taux de 6-7%. Les petites structures ont mieux résisté à la crise que les grosses structures employeuses de main-d’œuvre."
Quelle est votre position vis-à-vis des 380 000 tonnes de stocks de poudre à l’intervention?
K. S. - "L’Allemagne et la France doivent réussir à persuader Bruxelles d'exclure ces stocks du marché. La Commission doit comprendre que c'est à elle de faire un effort financier pour leur trouver un autre débouché car ces stocks sont une conséquence des choix politiques de l'Union européenne (fin des quotas...). Cela coûterait 250 millions d’euros sur 3-4 ans pour les écouler en alimentation animale (NDLR : pour compenser l’écart entre le prix d’intérêt en alimentation animale et le cours de la poudre sur le marché).

L’axe franco-allemand est très important, parce que si les deux plus grands pays producteurs de lait montent ensemble au créneau à Bruxelles, ils ont du poids. Nous n'avons pas la même vision sur tout, mais nous misons énormément sur le bilatéral avec la France".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

La salle de traite du Gaec de Mont de Mangue est équipé d’un plancher mobile et de griffes légères. Les seaux des lavettes essorées sont suspendus à des chaînes réglables. © MSA Ain-Rhône
Huit points pour un meilleur confort de traite
Les troubles musculo-squelettiques, dus à des mauvaises postures, sont fréquents chez les trayeurs. Améliorer le confort de…
camion de collecte Biolait
Le prix du lait Biolait à 470,59 €/1000 l sur 2019
Avec le retour sur résultat de Biolait, le prix du lait 2019 moyen perçu par les éleveurs adhérents atteint 470,59 €/1000 l…
La Villarde fera son show au Salon international de l’agriculture
SIA : six vaches et six génisses de race Villard-de-Lans seront présentes au Salon international de l’agriculture cette année.…
Selon les années, 5 000 à 10 000 corneilles noires, pies bavardes et corbeaux freux sont capturés en Loire-Atlantique. Ce type d’opération est mené sur différents départements. © Polleniz
La lutte collective contre les corneilles noires a fait ses preuves
Dans différents départements, des opérations concertées de piégeage de corneilles noires permettent de maintenir les populations…
Améliorer la qualité du colostrum profitera aux éleveurs avec un bénéfice pour les veaux et les vaches. La vente de colostrum n'étant que la cerise sur le gâteau. © A. Conté
La Prospérité étend sa collecte de colostrum en Normandie
Doubler les volumes et améliorer la qualité du colostrum collecté sont les deux objectifs de la coopérative des Hauts-de-France.
 © Sunlait
Le prix Sunlait à 340,28 € sur le 1er trimestre 2020

Le transformateur laitier Savencia et l'association d'organisations de producteurs Sunlait ont négocié…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière