Aller au contenu principal
Font Size

Carbon Dairy entre en action

Le plan carbone de la filière laitière française a été présenté au Space, à Rennes, en septembre 2014. Le diagnostic environnemental de près de 4000 fermes s’achèvera en 2015.

Au-delà de la réduction des émissions de gaz à effet 
de serre, il sera vérifié que les leviers d’action améliorent d’autres aspects environnementaux.
Au-delà de la réduction des émissions de gaz à effet
de serre, il sera vérifié que les leviers d’action améliorent d’autres aspects environnementaux.
© E. Bignon

Carbon Dairy, le plan carbone de la filière laitière française, vise à réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) à échéance 2020, répondant en cela aux objectifs européens(1), tout en veillant à la performance technico-économique, sociale et environnementale des élevages laitiers. « Il faudra veiller aux conséquences que peut avoir l’activation de certains leviers sur d’autres productions. Et veiller à ne pas dégrader d’autres aspects de l’environnement : qualité de l’eau, biodiversité… », souligne Armelle Gac, de l’Institut de l’élevage. « L’objectif d’un plan porté par l’interprofession, est que tous les éleveurs et tous les transformateurs partagent la même méthode. Et que la filière communique d’une même voix », résume Sophie Bertrand, du Cniel. Carbon Dairy se décline en quatre actions : développer un outil de diagnostic pour les éleveurs et les conseillers. Cette étape est franchie avec Cap’2ER, développé par l’Institut de l’élevage. Tester des leviers d’actions sur soixante fermes innovantes. Évaluer 3900 exploitations. Rédiger une feuille de route climatique nationale, et communiquer, informer, former, pour montrer que relever le défi est possible.


L’empreinte s’est déjà améliorée depuis 1990


Les presque 4000 fermes du plan auront réalisé leur diagnostic en 2015. Elles mettront en œuvre leurs axes de travail pendant deux ans, puis un nouveau diagnostic sera réalisé. À partir des informations recueillies, une feuille de route par système de production pourra être établie, avec les leviers les plus pertinents à actionner pour réduire les émissions. « Il existe des marges de progrès dans tous les systèmes. Dans chaque système, il y a des exploitations plus ou moins émettrices de GES, même si les systèmes herbagers se démarquent favorablement car ils compensent davantage leurs émissions en stockant du carbone », souligne Armelle Gac. « Nous avons identifié des voies d’atténuation des GES (réduire l’âge au premier vêlage, améliorer l’efficacité alimentaire…), et évalué que le potentiel d’atténuation est compris entre 5 et 15 % si on les actionne sur les élevages laitiers français. » Le Cniel et l’Institut de l’élevage ont rappelé que l’empreinte carbone du lait a déjà baissé entre 1990 et 2010, entre -15 et - 25 % suivant les systèmes. Ceci grâce à la mise aux normes des élevages (meilleure valorisation des effluents), l’optimisation des pratiques de fertilisation, les économies d’énergie, et l’augmentation de la production par vache (moins de vaches pour un même volume de lait produit).


(1) -20 % à horizon 2020 (par rapport à 2005) et -36 à -40 % à horizon 2030 (par rapport à 1990).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière