Aller au contenu principal

Cap main-d’œuvre, deux mois de formation pour aspirants salariés

Pour remédier à la pénurie de main-d’œuvre en élevage, la chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire et ses partenaires ont mis en place une formation courte originale. Zoom sur l’initiative Cap main-d’œuvre.

Un tiers des stagiaires de la formation Cap main-d’œuvre (ici, la promotion 2021) poursuivent leur carrière professionnelle dans l'élevage.
Un tiers des stagiaires de la formation Cap main-d’œuvre (ici, la promotion 2021) poursuivent leur carrière professionnelle dans l'élevage.
© Chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire

« Nous cherchons beaucoup de personnes pour travailler en élevage », insiste Ornella Faye, chargée d’étude à la chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire. Face à des difficultés récurrentes de recrutement et ne sachant plus vers qui se tourner, les producteurs du territoire ont souhaité la création d’une formation à destination des futurs salariés d'élevage.

Dès 2013, la formation Cap main-d’œuvre est créée à l’initiative de la chambre d’agriculture du département. La stratégie s’avère payante : un tiers des personnes qui ont suivi cette formation travaillent ensuite en élevage. Pour cette neuvième pépinière, au départ ils étaient quinze. Avec deux départs en cours de formation, treize personnes font finalement partie de la promo 2021. Un tel dispositif permet aussi de filtrer les profils, entre le projet idyllique, ou au contraire, le projet très concret.

Les professionnels qui interviennent tour à tour sont également un gage de réussite de la formation. « Ils sont tous passionnés par leur métier et ont vraiment envie de parler de ce qu’ils font. L’interaction était au rendez-vous en salle de classe, nous savions pourquoi nous étions là », reconnaît Magalie Chabauty, stagiaire de la précédente session. Elle mentionne également l’ouverture d’esprit des agriculteurs sollicités lors des travaux pratiques.

Cap main-d’œuvre se déroule sur 28,5 jours, étalés sur une période de deux mois. Différents modules théoriques et pratiques sont abordés pour balayer l’ensemble des problématiques en élevage, de l’alimentation au sanitaire, en passant par la gestion du troupeau. « Tous les ans, nous ajoutons ou supprimons de nouveaux modules, en fonction du retour d’expérience des apprenants », souligne l’organisatrice. Le but est d’ajuster sans cesse pour correspondre au mieux à la demande des éleveurs. Un stage en exploitation est aussi inclus, pour que l’apport ne se résume pas uniquement à la théorie.

Une initiative régionale à destination de passionnés

Le public vient de tous les horizons. Si l’objectif premier est de former les stagiaires au métier de salarié en élevage bovin laitier, « il y a davantage de personnes qui veulent être salariées en élevage caprin qu’en bovin laitier. En effet, les personnes qui ne connaissent pas ont souvent moins peur des chèvres », explique Ornella Faye qui pilote la formation et coordonne les différents acteurs : éleveurs, candidats et intervenants.

Cap main-d’œuvre est cofinancée par la région Centre-Val de Loire et rémunérée par Pôle emploi. Un partenariat fructueux réunit les formateurs du lycée agricole de Fondettes, les différents conseillers et la fédération des Cuma, pour garantir une base solide aux futurs salariés.

La formation n’est pas diplômante et ne permet pas l’installation d’un futur jeune agriculteur. Elle délivre un certificat, et apporte surtout l’occasion d’avoir une première approche. Certains continuent leur parcours de passionné avec un BPREA ou un CS.

Une formation qui tombe à pic

Avant, Magalie Chabauty (42 ans) était commerçante en mercerie. Il y a sept ans, elle change de cap : direction l’élevage. Aujourd’hui salariée en exploitation, elle raconte : « après cinq ans de pratique, j’ai ressenti le besoin de me former. Sur Facebook, je suis tombée sur la formation. Grâce à Cap main-d’œuvre, tous les matins, je vais au travail avec plaisir » conclut-elle, ravie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-François et Olivier Glinec, avec Groupie, croisée montbéliarde de 11 ans, fille de la doyenne du troupeau de 16 ans.
« Nos vaches font en moyenne 7,5 lactations »
Dans le Finistère, avec un système très économe, le troupeau du Gaec de Trevarn bat tous les records de longévité. Si le niveau d…
Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Xavier (à gauche) et Estelle, avec leur salarié, Florian Caillaud, et les enfants du couple, Agathe et Arthur. « Nous cherchons à augmenter la production sans dégrader le coût de production, mais nous investissons aussi régulièrement pour avoir un outil fonctionnel, agréable et transmissible. »
« Notre système compense le faible potentiel fourrager de nos terres »
Le Gaec Beneteaud, en Charente-Maritime, a misé sur un système intensif à base de maïs et ray-grass italien pour compenser le…
Le prix du lait français toujours distancé
Les prix du lait en Allemagne, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis... sont plus élevés qu'en France. Un écart qui s'est creusé…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière