Aller au contenu principal
Font Size

Découplage en 2006
Calculez vos nouvelles marges

Les marges brutes des différentes productions ne se calculeront plus de la même manière. Après découplage, la hiérarchie des productions est modifiée.


A première vue, c´est très simple. La marge brute d´une production est égale au produit dégagé par cette production moins les charges. Jusque là rien de nouveau. Mais après le découplage en 2006, une partie du produit (les aides découplées) disparaît. L´ancienne marge brute se transforme en une nouvelle marge brute avec un produit plus faible, plus des DPU (droits à paiement unique). Ce qui est plus difficile à comprendre, c´est qu´en changeant, la marge brute bouleverse la hiérarchie des productions.
« Il faudra à l´avenir comparer l´intérêt des différentes productions indépendamment de toutes les primes historiquement touchées, explique Gabrielle Viard, conseillère à la chambre d´Agriculture du Calvados. Et ce n´est pas si évident, avec le poids de l´habitude.
Source : Réseaux d´élevage de Basse-Normandie

Sur ce graphique, on peut voir qu´en 2004, la meilleure marge sur des surfaces labourables était obtenue avec les taurillons, assez nettement devant le blé. Après le découplage partiel des aides et à conjoncture identique, le blé passe devant le taurillon Charolais.
Optimiser un revenu d´activités et un revenu de structure
Bien sûr, d´autres paramètres que les marges sont à prendre en compte pour décider le maintien, l´arrêt ou la mise en place d´une production : des charges de structure supplémentaires, la main-d´oeuvre. Pour Gabrielle Viard, ce calcul des « nouvelles » marges brutes a d´autres intérêts. « Il permet de se familiariser avec de nouveaux repères. Il donne une idée du prix minimum pour continuer une production, et montre que l´intérêt d´une production sera à l´avenir davantage lié à la conjoncture. Enfin, il met en évidence l´importance des coûts de production pour optimiser une production : il n´y aura plus d´optimisation possible par les primes comme par le passé. »
Au-delà des marges brutes, avec le découplage, ce sont les fondements du raisonnement en gestion qui sont à revoir. Désormais, sur son exploitation, il faudra chercher à optimiser séparément un revenu d´activités et un revenu de structure. Le revenu d´activités correspondant au revenu dégagé par les différentes productions. Et le revenu de structure correspondant aux DPU, aux fermages, et aux éventuelles charges d´entretien des terres (broyage.). « Avec cette approche du revenu, on se rend d´ailleurs vite compte que les DPU sont loin d´être une rente, car avec un DPU à 260 euros et un fermage moyen dans le Calvados à 160 euros, si vous retirez 70 euros pour le broyage, il ne reste plus grand chose. »
La nouvelle marge brute n´intègre pas les primes découplées. ©Source : Chambre d´agriculture du Calvados
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière