Aller au contenu principal

Découplage en 2006
Calculez vos nouvelles marges

Les marges brutes des différentes productions ne se calculeront plus de la même manière. Après découplage, la hiérarchie des productions est modifiée.


A première vue, c´est très simple. La marge brute d´une production est égale au produit dégagé par cette production moins les charges. Jusque là rien de nouveau. Mais après le découplage en 2006, une partie du produit (les aides découplées) disparaît. L´ancienne marge brute se transforme en une nouvelle marge brute avec un produit plus faible, plus des DPU (droits à paiement unique). Ce qui est plus difficile à comprendre, c´est qu´en changeant, la marge brute bouleverse la hiérarchie des productions.
« Il faudra à l´avenir comparer l´intérêt des différentes productions indépendamment de toutes les primes historiquement touchées, explique Gabrielle Viard, conseillère à la chambre d´Agriculture du Calvados. Et ce n´est pas si évident, avec le poids de l´habitude.
Source : Réseaux d´élevage de Basse-Normandie

Sur ce graphique, on peut voir qu´en 2004, la meilleure marge sur des surfaces labourables était obtenue avec les taurillons, assez nettement devant le blé. Après le découplage partiel des aides et à conjoncture identique, le blé passe devant le taurillon Charolais.
Optimiser un revenu d´activités et un revenu de structure
Bien sûr, d´autres paramètres que les marges sont à prendre en compte pour décider le maintien, l´arrêt ou la mise en place d´une production : des charges de structure supplémentaires, la main-d´oeuvre. Pour Gabrielle Viard, ce calcul des « nouvelles » marges brutes a d´autres intérêts. « Il permet de se familiariser avec de nouveaux repères. Il donne une idée du prix minimum pour continuer une production, et montre que l´intérêt d´une production sera à l´avenir davantage lié à la conjoncture. Enfin, il met en évidence l´importance des coûts de production pour optimiser une production : il n´y aura plus d´optimisation possible par les primes comme par le passé. »
Au-delà des marges brutes, avec le découplage, ce sont les fondements du raisonnement en gestion qui sont à revoir. Désormais, sur son exploitation, il faudra chercher à optimiser séparément un revenu d´activités et un revenu de structure. Le revenu d´activités correspondant au revenu dégagé par les différentes productions. Et le revenu de structure correspondant aux DPU, aux fermages, et aux éventuelles charges d´entretien des terres (broyage.). « Avec cette approche du revenu, on se rend d´ailleurs vite compte que les DPU sont loin d´être une rente, car avec un DPU à 260 euros et un fermage moyen dans le Calvados à 160 euros, si vous retirez 70 euros pour le broyage, il ne reste plus grand chose. »
La nouvelle marge brute n´intègre pas les primes découplées. ©Source : Chambre d´agriculture du Calvados
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière