Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ça saigne encore !

« Il n’y a pas bien longtemps, je vous racontais l’histoire d’un nouveau-né escaladeur, mort d’une hémorragie interne d’origine ombilicale. Cette petite génisse a moins de 24 heures quand je suis appelé parce qu’elle saigne du nombril.

Elle saigne depuis peu, en fait depuis qu’elle a été déplacée pour rejoindre sa case individuelle. Un caillot de sang déforme maintenant le vestige ombilical et du sang en goutte, le sang souille ses poils et la paille en est teintée. Avec tout ça, elle commence à être un peu pâle et, avec ce froid, elle ne résistera pas longtemps si elle en perd encore.

Il n’est pas question pour moi de lui serrer un bout de ficelle autour de l’ombilic en attendant les complications… La voilà attachée sur une palette, ventre en l’air, rasée, désinfectée et anesthésiée localement au cas où il faudrait inciser la peau à la recherche d’une artère ombilicale enfouie dans les profondeurs du ventre. Un torchon « chirurgical » parfaitement propre et trempé dans un désinfectant me sert de champ opératoire improvisé.

UNE ARTÈRE BIEN DILATÉE

Je dissèque l’emballage du vestige ombilical pour évacuer les caillots qui l’encombrent et découvre par un heureux hasard les deux artères ombilicales qui ne devraient pas s’y trouver si tout était normal. De l’extrémité de l’une des deux goutte un peu de sang tandis que le cordon se gonfle et se dégonfle au rythme rapide du pouls. Lui qui aurait dû à cette heure-ci être pratiquement vide de sang, je vous assure qu’il était bien plein et bondissant !

J’extériorise cinq centimètres de cordon de plus, histoire de couper tout ce qui aurait pu être de près ou de loin souillé, je pose deux ligatures sur chacune des deux artères et je coupe ce qui dépasse.

Nouvelle désinfection, suture de la peau, quatre jours d’antibiotique et prise de colostrum à la sonde pour ne rien laisser au hasard. Et tout ira bien ainsi. Un cordon ombilical ou un ombilic qui saigne ou bien des cordons mal rompus qui dépassent, c’est un boulot de véto, avec ses ciseaux et ses ligatures. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière