Aller au contenu principal

Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?

Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les échanges de marchandises entre les deux zones.

Le 31 décembre 2020, le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union européenne. Quelques jours avant, les Britanniques et l’UE à 27 ont enfin trouvé un accord de libre échange, de quelques 1200 pages. C’est un soulagement pour les filières agricoles françaises et d’autres pays européens très liés commercialement au Royaume-Uni. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les échanges de marchandises. En outre, les Britanniques s’engagent à respecter la législation et les standards sociaux, environnementaux et climatiques de l’Union européenne qui existent et à s’adapter à leur évolution.

Des délais d’acheminement plus longs

Pour autant, avec le rétablissement des frontières, la chaîne d’approvisionnement en alimentation sera perturbée. Des délais d’acheminement plus longs liés aux contrôles sont à craindre. Il y aura des formalités douanières, des contrôles sanitaires et phytosanitaires. Les entreprises de part et d’autre de la Manche devront être enregistrées pour pouvoir effectuer des échanges. Ceci dit, les formalités et les contrôles mettront un peu de temps à se mettre en place. La hausse des coûts administratifs ne devrait pas être perceptible sur les prix à la consommation.

Le Brexit n’en est qu’à sa première scène de son premier acte. Il reste encore beaucoup de questions et de facteurs qui influenceront les équilibres commerciaux entre le Royaume-Uni et l’UE à 27.

A court et moyen terme, l’évolution de la livre sterling sera déterminante sur les prix et la compétitivité des produits européens.

Le Royaume-Uni est déficitaire en produits laitiers, tout comme dans d’autres produits agricoles. Pour réduire sa dépendance à l’UE, le Royaume-Uni cherchera à conclure des accords de libre échange avec d’autres pays. Parviendra t-il à signer des accords sans droit de douane avec de grands pays laitiers compétitifs comme les USA, la Nouvelle-Zélande… ? Même si c’est le cas, ces pays réussiront-ils à fournir les produits laitiers dont veulent les Britanniques ? Rivaliser avec les produits qualitatifs, diversifiés et compétitifs irlandais, néerlandais… n’est pas simple.

A moyen et long terme, la politique agricole britannique sera déterminante. Quel sera le niveau des aides, vers qui et vers quelles actions iront-elles ? Si les aides ne soutiennent plus la production et ne visent que la rémunération de services environnementaux, cela peut avoir des conséquences importantes sur le niveau de production du pays, et renforcer son déficit.

Le Brexit n’a donc pas fini de faire parler de lui. Affaire à suivre…

Lire aussi : Erosion des exportations de produits laitiers français vers le Royaume-Uni

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
En Europe, les prix du lait montent mais la collecte baisse encore
Les cotations des produits laitiers sont à des niveaux très élevés.
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière