Aller au contenu principal

Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?

Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les échanges de marchandises entre les deux zones.

© TheDigitalArtist (Pixabay)

Le 31 décembre 2020, le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union européenne. Quelques jours avant, les Britanniques et l’UE à 27 ont enfin trouvé un accord de libre échange, de quelques 1200 pages. C’est un soulagement pour les filières agricoles françaises et d’autres pays européens très liés commercialement au Royaume-Uni. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les échanges de marchandises. En outre, les Britanniques s’engagent à respecter la législation et les standards sociaux, environnementaux et climatiques de l’Union européenne qui existent et à s’adapter à leur évolution.

Des délais d’acheminement plus longs

Pour autant, avec le rétablissement des frontières, la chaîne d’approvisionnement en alimentation sera perturbée. Des délais d’acheminement plus longs liés aux contrôles sont à craindre. Il y aura des formalités douanières, des contrôles sanitaires et phytosanitaires. Les entreprises de part et d’autre de la Manche devront être enregistrées pour pouvoir effectuer des échanges. Ceci dit, les formalités et les contrôles mettront un peu de temps à se mettre en place. La hausse des coûts administratifs ne devrait pas être perceptible sur les prix à la consommation.

Le Brexit n’en est qu’à sa première scène de son premier acte. Il reste encore beaucoup de questions et de facteurs qui influenceront les équilibres commerciaux entre le Royaume-Uni et l’UE à 27.

A court et moyen terme, l’évolution de la livre sterling sera déterminante sur les prix et la compétitivité des produits européens.

Le Royaume-Uni est déficitaire en produits laitiers, tout comme dans d’autres produits agricoles. Pour réduire sa dépendance à l’UE, le Royaume-Uni cherchera à conclure des accords de libre échange avec d’autres pays. Parviendra t-il à signer des accords sans droit de douane avec de grands pays laitiers compétitifs comme les USA, la Nouvelle-Zélande… ? Même si c’est le cas, ces pays réussiront-ils à fournir les produits laitiers dont veulent les Britanniques ? Rivaliser avec les produits qualitatifs, diversifiés et compétitifs irlandais, néerlandais… n’est pas simple.

A moyen et long terme, la politique agricole britannique sera déterminante. Quel sera le niveau des aides, vers qui et vers quelles actions iront-elles ? Si les aides ne soutiennent plus la production et ne visent que la rémunération de services environnementaux, cela peut avoir des conséquences importantes sur le niveau de production du pays, et renforcer son déficit.

Le Brexit n’a donc pas fini de faire parler de lui. Affaire à suivre…

Lire aussi : Erosion des exportations de produits laitiers français vers le Royaume-Uni

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
David Barbot. « C’est un mode d’élevage simple qui n’apporte que du positif. » © F. Mechekour
[Elevage bio] À l'EARL de l'Epannerie, les veaux commencent à pâturer à 15 jours
Installé en bio dans la Manche, David Barbot élève ses veaux femelles nés au printemps dans un enclos aménagé, dès l’âge de 10…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière