Aller au contenu principal

Alimentation
Bovins : les nouvelles normes Inra réévaluent très légèrement les recommandations en calcium

L´Inra vient, pour le calcium, de réévaluer les besoins en entretien, et d´introduire des coefficients d´absorption réelle pour les principaux aliments.


Après les normes Inra sur le phosphore fin 2002, c´est au tour des normes calcium et magnésium d´être révisées à partir de l´exploitation informatique de l´ensemble des données expérimentales disponibles. Pour le phosphore, cette révision avait abouti à une baisse d´environ 15 % des recommandations des apports. Pour le calcium et le magnésium, les effets pratiques sont nettement moins marqués. « La révision des normes devrait conduire à une très légère réévaluation de la complémentation en calcium », affirme François Meschy, de l´Inra, suite à une présentation des nouvelles normes lors des journées 3R à Paris le 8 décembre dernier.
L´enjeu économique n´est pas le même que pour le phosphore, avec un kilo de calcium à 5 centimes, contre 40-45 centimes pour le phosphore. Ni l´enjeu environnemental : l´objectif, en ajustant au plus juste les apports de phosphore aux besoins des ruminants, était aussi de réduire les rejets de phosphore dans les effluents d´élevage. Mais « il était logique, de raisonner pour le calcium et le magnésium, de la même façon que pour l´énergie, les protéines ou le phosphore, en système net absorbable », explique le chercheur.

Pour le calcium, les nouvelles normes introduisent deux changements. Le premier est une réévaluation des besoins d´entretien des vaches en production qui se voient majorés de 10 à 15 %. Ces besoins dépendent du nombre de kilos de matière sèche ingérée, et du poids vif de l´animal(1). Par exemple, les besoins d´entretien d´une vache de 650 kg ingérant 23 kg de matière sèche sont désormais évalués à 20,5 gCa/jour. A noter que les besoins de production restent inchangées (1,25 g/l pour les vaches).

Des calculs à faire ration par ration
Le deuxième changement est l´introduction de valeurs différentes du coefficient d´absorption du calcium suivant les aliments, comme cela a été fait pour le phosphore. Autrement dit, dans ces nouvelles normes d´apports, on ne considère plus que 1 g de calcium de luzerne équivaut à 1 g de calcium de maïs. Cette absorption réelle, exprimée au travers d´un coefficient (le CAR) varie de 20 % pour les pulpes de betteraves à 55 % pour les aliments concentrés. Il existe aussi des différences substantielles entre graminées et légumineuses (voir tableau). Ces nouvelles recommandations ne vont pas bouleverser les pratiques actuelles. « Elles peuvent amener à modifier le rapport d´aliment minéral utilisé dans certaines rations (un « 10-10 » remplaçant par exemple un « 21-10 »). Mais les calculs doivent être faits ration par ration ».
Pour le magnésium, les données expérimentales disponibles ne sont pas suffisantes pour réévaluer les besoins d´entretien. Il n´est par ailleurs pas possible de donner des valeurs d´absorption de magnésium aux différents aliments pour deux raisons. D´une part, l´absorption est très différente chez les bovins et chez les ovins. D´autre part, l´absorption varie suivant la teneur totale de la ration en potassium. L´Inra propose donc un coefficient de correction global en fonction de la concentration moyenne de la ration en potassium.
Ces nouvelles recommandations et équations seront bien sûr intégrées dans le nouveau « livre rouge » Inra qui devrait être publié à l´automne 2006. Elles seront dans la foulée intégrées dans les logiciels de rationnement Inration et Prev´alim. Pour la cohérence du système, un travail analogue va être réalisé pour le potassium et le sodium.


(1) Besoins d´entretien (g/j) = 0,008 poids vif (kg) + 0,663 matière sèche ingérée (kg).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière