Aller au contenu principal

Bonnes perspectives pour le lait bio

Débouchés en hausse, prix rémunérateurs : c’est une vision optimiste du marché du lait biologique qu’ont présentée les acteurs de la filière bio à l’occasion du salon Tech&Bio le 24 juin dernier.

En 2009, la collecte de lait biologique en France s’est élevée à 243 millions de litres, soit 1,2 % de la collecte nationale. 1 151 producteurs ont assuré cette production, principalement en Pays de la Loire (26 %), Bretagne (22 %), Basse-Normandie (13 %) et Franche-Comté (11 %). « Et d’ici 2011, la collecte devrait augmenter de 40 à 45 % », prévoit Laurent Forray, du Cniel. 
Biolait, qui collecte aujourd’hui 43 M de litres de lait auprès de 420 exploitations, dont 120 en conversion, prévoit ainsi d’en collecter 90 M de litres d’ici 2 ans. Colarena Presqu’île (44), qui collecte 40 M de litres auprès de 150 producteurs, devrait doubler sa production d’ici trois ans. Sodiaal, qui collecte 28 M de litres certifiés ou en conversion, prévoit d’en collecter 55 M de litres à moyen terme. Triballat, qui collecte 25 M de litres, prévoit aussi une augmentation. 

Une consommation en hausse pour tous les produits laitiers 

Quatre-vingt neuf établissements collectent désormais du lait de vache biologique et 96 fabriquent des produits laitiers bio. Et, après la mauvaise passe de 2003-2006, les prévisions sont aujourd’hui optimistes. Première raison: une consommation qui croît pour tous les produits laitiers bio. En 2009, les ventes en GMS et hard-discount de lait de consommation bio (43 % du lait bio transformé) a ainsi augmenté de 27,1% par rapport à 2008. « Le lait bio est aujourd’hui le plus gros contributeur à la croissance du marché du lait de consommation », souligne Jean-Paul Picquendar, de Sodiaal. 
La hausse a été de 29,7 % pour l’ultra-frais et de 18,1% pour le beurre. Les ventes de crème et fromage, encore très limitées, ont également progressé, avec pour le fromage toutefois une baisse de la production française. 
Autre source d’optimisme : les importations, qui représenteraient aujourd’hui 70 à 120 millions de litres selon les estimations, devraient à terme diminuer. La consommation et les prix augmentant dans les pays exportateurs, notamment en Allemagne (360-370 €/1 000 l en 2009) et en Angleterre, l’exportation vers la France devrait en effet devenir moins facile et moins nécessaire. «Actuellement, l’importation couvre un tiers des besoins en lait biologique en France, indique Marc Belhomme, co-président du Cilouest. Si l’on récupère une partie de ces débouchés, sur un marché dynamique, il n’y aura pas de problème pour absorber l’augmentation de production liée aux conversions. » 

Garder les valeurs environnementales et éthiques de la bio 

Et ce développement devrait permettre de garder des prix rémunérateurs, même si ceux-ci diminuent légèrement, passant de 420 €/1 000 l en moyenne en 2009 à 410 €/1 000 l en 2010. « Il faut toutefois rester prudent, souligne Pascal Heurtel, président de Colarena Presqu’île et viceprésident d’Eurial. De gros industriels, qui peuvent importer du lait, s’intéressent désormais au bio. Le développement de la production doit se faire en filière, avec en parallèle la recherche de débouchés et la mise à niveau des outils de transformation ». De la recherche et de la communication sont également nécessaires. « Mais le logo AB ne suffit pas, estime Marc Belhomme. La filière doit intégrer les valeurs sociales, environnementales, éthiques et de proximité qui sont celles de la bio. » ■
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière