Aller au contenu principal

Bongrain accompagne significativement les jeunes installés

Caution bancaire, sécurisation de la marge... Bongrain accompagne les jeunes par les volumes, mais aussi financièrement.

© Bongrain

Apres pres d’un an de discussions avec le groupe Bongrain, les responsables des organisations de producteurs se declarent satisfaits de la politique mise en œuvre par l’entre- prise pour accompagner les jeunes installes. « Notre proposition de garantie de marge a ete retenue », souligne Denis Berranger, president d’une des OP. Le jeune installe, pour beneficier du dispositif, presentera une etude economique, a valider au sein d’une commission, composee de representants de la laiterie et de l’organisation de producteurs, et d’un expert en gestion. Cette commission se reunira tous les trimestres. La premiere aura lieu en janvier 2015, pour des installations au 1er avril 2015. Le plan d’accompagnement se decline en six axes majeurs :

- Un contrat de sept ans, automatique- ment renouvelable cinq ans. — La garantie d’une attribution laitiere minimum de 100000 litres de lait. La commission etudiera les demandes de volumes supplementaires en fonction des volumes disponibles et du projet du jeune.

- Une caution bancaire sur le capital emprunte, c’est-a-dire un parrainage par l’entreprise de 50 % du projet du producteur, jusqu’a 150 000 euros de capital maximum. « Cette caution vise a rassurer les banques, en montrant l’appui de la filiere au projet du jeune. Ce parrainage peut debloquer des situations pour des jeunes qui n’ont pas d’apport ou d’appui financier familial », souligne Denis Berranger.

- La prise en charge d’interets par l’entreprise pour financer des investissements laitiers a hauteur de 20 %, pendant cinq ans, plafonnee a 1 000 euros par an. — La participation a la securisation de la marge du nouvel installe pendant trois ans, declenchee en fonction de l’evolution du ratio cout alimentation/prix du lait, publie par le Cniel, avec un plafond de 7500 euros par jeune et par an. Si le ratio est superieur a 30 % sur trois mois consecutifs, le troisieme mois, le prix de base est majore de 10 euros pour 1000 litres par point en plus (plafond annuel de 7500 euros). Ce dispositif est finance par l’entreprise.

 

Une garantie de marge en fonction du ratio cout alimentation/prix du lait

 

- Si le jeune choisit d’entrer dans ce dispositif, il doit suivre au moins dix jours de formation sur deux ans. Par ailleurs, la reflexion pour conforter les outils existants et sur l’accompagnement des projets de developpement, se poursuit.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière