Aller au contenu principal

Biosécurité : « Nous protégeons les blocs à lécher et les concentrés »

Le Gaec de chez Liotout, en Charente, a beau cocher beaucoup de cases de la biosécurité, la tuberculose a touché une vache en 2021. Le coupable : très probablement les blaireaux.

Le Gaec de chez Liotout, en Charente, se situe en zone à prophylaxie renforcée pour lutter contre la tuberculose bovine, avec des analyses de routine. Dans ce cadre, un cas de tuberculose est décelé fin juillet 2021 sur une jeune vache en excellente santé. « Nous avons opté pour l’abattage total et nous avons perdu toute notre génétique. Il s’est avéré qu’aucun autre animal n’avait la tuberculose : un vrai gâchis ! », racontent Stéphane et Michel Bessonnet, les associés du Gaec.

Après l’abattage du troupeau de 70 vaches prim’Holstein et de sa suite (135 bovins en tout), « nous nous sommes posé la question de repartir en lait, en viande, voire d’arrêter l’élevage. Finalement, nous avons acheté un troupeau entier de 43 jersiaises, qui sont arrivées le 17 février, et neuf vaches supplémentaires un peu après ». Toutes les stabulations (laitières, taries, génisses) ont été nettoyées et désinfectées.

Déjà pas mal de bonnes pratiques

« Suite à l’enquête épidémiologique et à la formation obligatoire que j’ai suivie, il s’avérait que nous faisions déjà pas mal de choses : un pédiluve à l’entrée de chaque bâtiment, des chaussures dédiées pour l’élevage, des abreuvoirs en hauteur, des cellules fermées pour les concentrés, un box de vêlage distinct du box infirmerie… », détaille Michel Bessonnet.

La faune sauvage a été désignée comme un coupable probable. Depuis 2021, les éleveurs sont tenus de repérer les zones de passage des blaireaux pour les piéger. Ce sont les piégeurs en lien avec les services vétérinaires (DSV) qui se chargent des pièges et des analyses. « Dans notre région, le sol calcaire caverneux offre des terriers sombres, frais et humides ; un milieu très conservateur pour la bactérie Mycobacterium bovis. »

Mettre les aliments et minéraux en hauteur

La faune sauvage est attirée par les minéraux, le maïs et les délivrances. « Des animaux doivent venir régulièrement dans l’exploitation la nuit, même si les caméras qu’ont posées les chasseurs ne montrent pas leur présence. » Le bâtiment est semi-ouvert sur la table d’alimentation, la ration comporte beaucoup de maïs, et le bardage ne descend pas complètement au niveau des racleurs.

« L’enquête de la DSV n’a relevé qu’un point faible : les pierres à sel étaient dans l’auge à même le sol. Du coup, nous les avons placées à 1 mètre pour les génisses et à 1,50 m de hauteur pour les vaches. » Les éleveurs en profitent aussi pour mettre l’argile pour les vaches dans un bac à 1 m de hauteur. Le granulé pour les petites génisses, qui était stocké en big bag sur le sol, est aujourd’hui dans une cellule transportable fermée sur le dessus et avec une trappe en bas.

Clôturer l’exploitation, pour quelle efficacité ?

L’administration a suggéré de clôturer l’exploitation, soit 600 mètres de clôture autour des silos et stabulations. Mais le blaireau creuse et le sanglier défonce. Il faudrait un grillage solide qui s’enfonce dans le sol, pris dans le béton. C’est une solution très contraignante quand il faut ouvrir et fermer la clôture plusieurs fois par jour.

Attention aux effluents

Les effluents sont un autre facteur de risque. « Pour les assainir, il faut au moins six mois de stockage, ou les composter. Dans les exploitations « foyer », l’administration demande que la fumière soit solidement clôturée. Il est demandé aussi d’épandre sur les terres cultivées et non sur les prairies pâturées », énumère Marie Lestrade, du GDS de Dordogne.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière