Aller au contenu principal

Bientôt une rémunération pour le lait bas carbone

Les éleveurs vont pouvoir être rétribués pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, en s’engageant dans des contrats sur cinq ans.

La méthodologie de calcul des crédits carbone mise au point par l’Institut de l’élevage et les interprofessions lait et viande, nommée Carbon Agri, est conforme au label bas carbone. Elle devrait être très prochainement reconnue par le ministère de la Transition écologique. Cette labellisation ouvre la voie à une rémunération des éleveurs pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre à compter de 2022. Dès cet automne, les éleveurs pourront faire certifier des projets de réduction de l’impact carbone de leur exploitation. Le principe est simple : ils émettront des crédits carbone qu’ils vendront à des entreprises ou collectivités désireuses de compenser leurs émissions. La Poste, la ville de Paris, certains conseils généraux et diverses entreprises ont déjà fait part de leur intérêt pour la démarche.

Coup de pouce financier, plus qu'une manne

La filière se base sur l’outil de diagnostic environnemental Cap’2ER. « Sur une ferme laitière moyenne, une réduction de l’empreinte carbone de 14 % conduira à économiser 350 à 400 t de CO2 sur cinq ans », illustre Jean-Baptiste Dollé, de l’Institut de l’élevage. La valorisation sera négociée entre les éleveurs et les acheteurs potentiels. « Sur les marchés internationaux, le prix de la tonne de CO2 tourne autour de 10 à 15 euros. Soit une recette de 4 000 à 5 000 euros pour un éleveur sur cinq ans. Nous espérons que la prise en compte de cobénéfices environnementaux (biodiversité, etc.) permettra de monnayer la tonne de CO2 autour de 20 euros. » L’association Carbon Agri a été créée en avril dernier à l’initiative des fédérations d’éleveurs de ruminants. Elle portera des projets collectifs de plusieurs centaines d’exploitations pour optimiser les moyens humains et financiers. Et prévoit de déposer trois projets rassemblant 500 fermes chacun d’ici la fin du premier semestre 2020. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière