Aller au contenu principal
Font Size

Bien régler son équipement de brumisation-ventilation

Pour pallier le stress thermique, de plus en plus d’éleveurs s’équipent d’un système de brumisation avec brassage d’air, un système utile tant pour les vaches en lactation que pour les vaches taries.

1 - Bien concevoir son installation. La brumisation est toujours associée à du brassage d’air qui permet d’homogénéiser l’ambiance dans la stabulation. L’important est de choisir un système haute pression. Celui-ci produit des gouttelettes de 10 μm qui s’évaporent instantanément à 25 °C en consommant les calories de l’air. Un système basse pression produit des gouttelettes de 60 μm qui mettent 5 secondes à s’évaporer à 25 °C, ce qui leur laisse le temps de tomber sur les animaux ou la litière. La puissance du groupe haute pression est à choisir selon le nombre d’animaux à brumiser. L’idéal est de le placer dans un local technique hors gel. Les ventilateurs doivent être posés à 1,70 m au-dessus du dos des vaches, la rampe de brumisation étant installée 70 cm au-dessus des ventilateurs.

2 - Démarrer la ventilation à 16 °C. Les réglages de la ventilation et de la brumisation se font lors de l’installation du système. C’est ensuite un automate qui gère leur fonctionnement. Les conditions optimales pour des bovins sont une température de 20-21 °C et une hygrométrie de 50-60 %. La ventilation est gérée par des sondes de température (3 par bâtiment). D’avril à octobre, les ventilateurs se mettent en marche à 16 °C, avec une plage de ventilation de 10-14 °C. À 26 °C, ils tournent au maximum. De novembre à mars, la ventilation doit démarrer à 8 °C-12 °C, avec une plage de ventilation de 14 °C.

3 - Démarrer la brumisation à 21 °C. La brumisation est gérée à partir de sondes de température et de sondes d’hygrométrie. Elle doit se mettre en marche à partir de 21 °C-22 °C. Elle fonctionne toujours par cycle temps de marche-temps d’arrêt. Le temps de marche (5 à 10 secondes) et le temps d’arrêt (10 à 60 secondes) sont réglés selon l’hygrométrie. Plus celle-ci est élevée, plus le temps d’arrêt sera long. La baisse de température est fortement corrélée avec l’hygrométrie. Elle peut varier de 2 °C à 14 °C. À 28 °C, avec 65 % d’humidité, le potentiel de baisse est de 5 °C avec un fi le brise-vent ou des volets fermés.

4 - Veiller à la qualité de l’eau. La qualité de l’eau est essentielle pour ne pas boucher les buses. Une analyse préalable est nécessaire pour notamment connaître les teneurs en calcaire, manganèse ou fer qui pourraient entraîner un colmatage. Si besoin, le traitement de l’eau est alors indispensable. Du fait de la pression dans les buses, la poussière ne pose par contre pas de problème. Par la suite, l’entretien consiste surtout à vidanger le groupe haute pression, au bout de 30 heures la première fois puis toutes les 150 heures.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière