Aller au contenu principal

Bien prendre la mesure des évolutions à venir pour les exploitations

Benoît Rubin, responsable du service économie de l'Institut de l'élevage, affirme que les évolutions que vont vivre les exploitations d’ici 3-4 ans sont sous estimées. Explications.

Benoît Rubin, responsable du service économie de l’Institut de l’élevage.
Benoît Rubin, responsable du service économie de l’Institut de l’élevage.
© A. Conté

« L’agrandissement des exploitations entraine des ruptures dans leur mode de gestion. Il y a des seuils : il ne suffit pas d’appliquer une règle de trois quand on passe d’un troupeau de taille moyenne à un grand troupeau. Avec la fin du lien au foncier, l’augmentation de volume sans augmentation de surface va avoir des conséquences considérables sur le mode de fonctionnement des exploitations. Dans l’Ouest notamment, on voit déjà nettement un mouvement de spécialisation accompagner le développement des exploitations avec une intensification à l’hectare et à l’animal.

Le modèle français de Gaec familial va perdurer mais un certain nombre d’exploitations vont passer d’un profil de « polyculteurs » à un profil de « spécialisés ». La rupture est très importante d’une part parce que la source de revenu est non diversifiée, d’autre part parce qu’il y a des conséquences importantes sur l’alimentation des vaches et l’assolement. Le travail aussi n’est plus le même. Les équilibres sont différents et les règles de décision changent. Il faut en prendre conscience et anticiper tout ça. On voit aujourd’hui des élevages de 300 vaches en difficultés où ce basculement a été sous-estimé. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière