Aller au contenu principal

Bien gérer la litière pour économiser la paille

L’un des moyens pour limiter les besoins en paille est de faire sortir les vaches le plus possible en fonction, bien sûr, de la portance des sols et de l’accessibilité des parcelles. Si vous avez de l’herbe dans vos prairies et/ou des dérobées à valoriser, profitez-en ! Vous économiserez à la fois du fourrage et de la paille. Par contre, si l’alimentation des vaches repose uniquement sur des fourrages conservés, veillez à conserver un temps d’accès à l’auge suffisant pour ne pas pénaliser l’ingestion. Une autre possibilité d’économiser de la paille est de retarder au maximum la rentrée en bâtiment des élèves, et notamment des plus grandes. De plus, si la surface de couchage doit être suffisamment paillée pour rester propre et sèche, point trop n’en faut. « Certains éleveurs ont tendance à pailler trop fortement après curage, ce qui est à l’origine d’un échauffement plus rapide de la litière », souligne Jean-Luc Ménard. En paillage d’entretien, les recommandations sont de 1 à 1,2 kg de paille/m2/jour, avec une surface d’aire paillée utile de 6 m2 par vache. Et il faut compter le double après curage. » Si vous pouvez en disposer, les copeaux de bois ou même les plaquettes issues de l’en-tretien des haies(1) peuvent avantageusement remplacer la première couche de paille. Grâce à leur rôle drainant, ils permettent à la paille qui est au-dessus de rester plus sèche.

ÉBOUSAGE QUOTIDIEN
Au niveau de l’entretien de la litière, l’ébousage quotidien est une pratique qui permet d’économiser de la paille, tout en limitant les risques de contamination par les bactéries coliformes. « Cette technique constitue même le facteur-clé de la réussite de la substitution de la paille par un autre produit », souligne Jean-Luc Ménard. De plus, à quantité de paille journalière équivalente, un paillage réalisé en deux fois — avant chaque retour des animaux après la traite, par exemple — permet d’améliorer la propreté des animaux et de diminuer le risque d’infection des mamelles (en lien avec l’ouverture du sphincter.) La séparation des vaches en chaleur ou taries contribue aussi à mieux maîtriser les quantités de paille nécessaires en limitant le salissement de la litière. Enfin, mieux vaut, dans la mesure du possible, éviter de dépasser les effectifs maximaux, en prévoyant les sorties (tarissement, réformes) avant les entrées (vêlage, arrivée des primipares). ■ V. R.

(1) Après une durée de séchage d’au moins quatre mois.

Lire l'article complet "Quelques idées pour remplacer la paille dans la litière.
Article de 4 pages dans le numéro 208, novembre 2007, de Réussir Lait Elevage, page 86 à 89.

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière