Aller au contenu principal
Font Size

Bien gérer la litière pour économiser la paille

L’un des moyens pour limiter les besoins en paille est de faire sortir les vaches le plus possible en fonction, bien sûr, de la portance des sols et de l’accessibilité des parcelles. Si vous avez de l’herbe dans vos prairies et/ou des dérobées à valoriser, profitez-en ! Vous économiserez à la fois du fourrage et de la paille. Par contre, si l’alimentation des vaches repose uniquement sur des fourrages conservés, veillez à conserver un temps d’accès à l’auge suffisant pour ne pas pénaliser l’ingestion. Une autre possibilité d’économiser de la paille est de retarder au maximum la rentrée en bâtiment des élèves, et notamment des plus grandes. De plus, si la surface de couchage doit être suffisamment paillée pour rester propre et sèche, point trop n’en faut. « Certains éleveurs ont tendance à pailler trop fortement après curage, ce qui est à l’origine d’un échauffement plus rapide de la litière », souligne Jean-Luc Ménard. En paillage d’entretien, les recommandations sont de 1 à 1,2 kg de paille/m2/jour, avec une surface d’aire paillée utile de 6 m2 par vache. Et il faut compter le double après curage. » Si vous pouvez en disposer, les copeaux de bois ou même les plaquettes issues de l’en-tretien des haies(1) peuvent avantageusement remplacer la première couche de paille. Grâce à leur rôle drainant, ils permettent à la paille qui est au-dessus de rester plus sèche.

ÉBOUSAGE QUOTIDIEN
Au niveau de l’entretien de la litière, l’ébousage quotidien est une pratique qui permet d’économiser de la paille, tout en limitant les risques de contamination par les bactéries coliformes. « Cette technique constitue même le facteur-clé de la réussite de la substitution de la paille par un autre produit », souligne Jean-Luc Ménard. De plus, à quantité de paille journalière équivalente, un paillage réalisé en deux fois — avant chaque retour des animaux après la traite, par exemple — permet d’améliorer la propreté des animaux et de diminuer le risque d’infection des mamelles (en lien avec l’ouverture du sphincter.) La séparation des vaches en chaleur ou taries contribue aussi à mieux maîtriser les quantités de paille nécessaires en limitant le salissement de la litière. Enfin, mieux vaut, dans la mesure du possible, éviter de dépasser les effectifs maximaux, en prévoyant les sorties (tarissement, réformes) avant les entrées (vêlage, arrivée des primipares). ■ V. R.

(1) Après une durée de séchage d’au moins quatre mois.

Lire l'article complet "Quelques idées pour remplacer la paille dans la litière.
Article de 4 pages dans le numéro 208, novembre 2007, de Réussir Lait Elevage, page 86 à 89.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière