Aller au contenu principal
Font Size

Race, origines, caractère…
Bien choisir son futur chien de troupeau

Pour que le chien devienne un auxiliaire de travail efficace, quelques précautions sont de mise au moment de son acquisition.

Parmi les chiots de la portée, choisissez celui qui vous plaît en évitant les tempéraments
extrêmes.
Parmi les chiots de la portée, choisissez celui qui vous plaît en évitant les tempéraments
extrêmes.
© A. Moreillon

N’importe quel éleveur peut devenir utilisateur de chien. Mais tous les chiens ne deviendront pas de bons chiens de troupeau. Faire le bon choix au moment de l’adoption, c’est mettre toutes les chances de son côté pour créer une relation de travail durable.Voici quelques clés de décision, certaines indispensables, d’autres simplement conseillées, transmises par Thierry Lemorzadec, formateur de chiens de troupeaux.

■ Utiliser une race de chiens de troupeau

Il est indispensable d’opter pour une race de chiens qui travaillent, même si la race en soi n’a pas une grande importance. « Il y a aussi peu de différence entre un Border Collie et un Beauceron qu’entre une Montbéliarde et une Prim’Holstein, estime Thierry Lemorzadec. Le choix de la race est surtout une histoire d’affinité. » Le Border Collie dispose du plus gros potentiel. C’est un chien rassembleur par nature, qui travaille en cercle autour des animaux. Le Border Collie est très motivé par le troupeau et particulièrement vif dans les petits mouvements autour des animaux.

Le Beauceron, aussi appelé Bas-rouge ou Berger de Beauce, est plutôt un chien conducteur, qui reste derrière les animaux. Il est bien adapté aux troupeaux de vaches laitières. Parfois handicapé par sa taille, le Beauceron se comporte mieux sur de longues distances. Les petits chiens, de type Berger des Pyrénées, sont les plus agiles. Certaines races présentent des particularités intéressantes. En jappant, le Berger des Pyrénées prévient par exemple les bêtes stationnées en montagne. D’autres races comme les Bergers malinois, belges et allemands, le Bouvier bernois, le Briard ou encore le Kelpie — un chien de berger australien qui ressemble au Beauceron — peuvent être utilisées.

■ Choisir des lignées qui travaillent

Les origines sont une référence intéressante dans le choix d’un chien. Pour Thierry Lemorzadec, « la priorité est de choisir un chien avec des ascendants qui travaillent et qui sont assez faciles à dresser. Des chiens à forte motivation pour le troupeau et souples de caractère ». S’il est facile de trouver des lignées qui travaillent en Border Collie — première race de chiens de troupeau en France — la recherche s’avère souvent plus compliquée dans les autres races.

Choisissez de préférence un chiot « avec des papiers », issu d’une portée dont les parents sont inscrits au livre des origines françaises (Lof), surtout si vous envisagez un jour de faire reproduire votre chien. Prenez le temps de vous renseigner et de vérifier les origines auprès des associations départementales d’utilisateurs de chiens de troupeau. Au sevrage, le chiot n’est lui, pas encore inscrit au Lof. L’éleveur vous indiquera seulement s’il est confirmable c’est-à-dire s’il est a priori apte à passer les épreuves de confirmation nécessaires à l’inscription au Lof.

Mais attention, tous les « défauts » ne sont pas détectables dans le plus jeune âge, certains apparaissent plus tard qui pourront écarter le chien du standard de la race. Enfin, le chiot doit être identifié par un tatouage ou une puce électronique. Il dispose alors d’une carte d’identification qui s’ajoute à son certificat de naissance. Ce dernier indiquant que la portée a été déclarée auprès de la société centrale canine (SCC). Un chiot border collie de deux mois aux origines reconnues et identifié vaut entre 300 et 400 euros. Un prix élevé n’est pas un gage d’efficacité.

■ S’assurer des bonnes conditions de vie du chiot

Avant tout, le chiot doit être en bonne santé. Au moment de l’achat, il doit être vacciné et posséder sa carte de vaccination. « Les conditions d’élevage de la portée doivent être adaptées au futur mode de vie du chiot, met en garde Thierry Lemorzadec. Ce dernier ne doit en aucun cas avoir été élevé au contact des vaches. La rencontre avec le troupeau n’interviendra pas avant 6 mois et dans un contexte positif pour l’animal. Avec une mise en contact trop précoce, on court le risque de mettre l’animal dans une situation d’échec et de le rendre peureux. »

■ Préférer un tempérament stable

« Ni trop sûr de lui, ni trop peureux, le chiot doit faire preuve d’une certaine stabilité de caractère, surtout si vous cherchez votre premier chien », conseille Thierry Lemorzadec. La peur peut en effet dériver vers l’agressivité. Au contraire, un chien trop décideur risque de devenir envahissant. L’idéal est de faire son choix parmi des chiots de deux mois, âge à partir duquel l’animal peut légalement être vendu. À ce stade, le tempérament commence à s’affirmer. Pensez à observer la portée avec attention. Bon nombre de comportements sont relatifs à la portée. Ainsi les peureux d’une portée ne sont pas forcément des peureux dans l’absolu.

Mieux vaut tout de même éviter les chiots au comportement extrême. Celui qui agace les autres en permanence, par exemple, a surement l’intention de dominer. Le sexe n’a quant à lui pas de réelle importance. Un mâle sera souvent plus physique, plus massif et plus franc qu’une femelle, plus petite, agile et aussi plus précoce. Le choix est surtout fonction de l’éleveur. Il y a des chiens plus ou moins vifs, plus ou moins intelligents. Le chien doit aussi plaire physiquement. Il faut une attirance réciproque entre le chiot et son futur maître. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière