Aller au contenu principal

Betterave fourragère : la qualité au rendez-vous même en année compliquée

Les surfaces en betteraves fourragères progressent ces dernières années en France (+ 6.6% en moyenne sur 5 ans). Les derniers résultats d'essais sont moins élevés que les années précédentes, mais témoignent de la productivité et de la tolérance de cette culture face aux aléas climatiques.

Sur la dernière campagne, la betterave fourragère a affiché une production moyenne supérieure à 13 tMS/ha.  © E. Bignon
Sur la dernière campagne, la betterave fourragère a affiché une production moyenne supérieure à 13 tMS/ha.
© E. Bignon

L’Association pour le Développement de la Betterave Fourragère Monogerme met en place, depuis plus de 20 ans, un réseau d’essais qui lui permet d’évaluer les variétés de betteraves fourragères. Trois essais, avec un protocole commun, ont été semés en 2020 dans l’Eure, la Seine-Maritime et le Nord. Chaque essai comporte les mêmes variétés et suit un dispositif à 4 répétitions.

Un contexte difficile sur la dernière campagne

Outre le contexte sanitaire lié à la pandémie de Covid qui a conduit à des semis tardifs et à la réduction forcée du réseau d’essais, les conditions climatiques et la pression des ravageurs ont été particulièrement difficiles. Après un printemps humide accompagné par endroit d’une présence très importante de pucerons, c’est finalement une longue période de sécheresse estivale et les symptômes de la jaunisse dans certaines régions qui ont marqué la dernière campagne. « Dans l’Eure, ces conditions ont fortement impacté le rendement des betteraves qui se situe environ à la moitié du potentiel de cette zone », signale l’ADBFM. Néanmoins, le rendement moyen du regroupement des 3 essais du réseau dépasse encore les 75 tonnes de racines par hectare. Et, plus intéressant encore, la betterave fourragère, sans irrigation, a pu maintenir un taux de Matière Sèche de plus de 17% (moyenne des 24 variétés) et garantir ainsi une production moyenne supérieure à 13 tonnes de Matière Sèche par hectare. "Si la betterave est capable de faire beaucoup mieux (rendement moyen sur 12 ans supérieur à 17 t MS/Ha), une année comme celle-ci démontre bien que dans des conditions très défavorables la betterave fourragère est encore capable de produire près de 15000 UF/ha d’un aliment de qualité et apprécié des bovins."

Sur le même thème : La betterave fourragère a la cote en Nouvelle-Zélande

Vidéo: La betterave et le foin forment un duo gagnant chez Franck Tournier dans le Doubs

Une offre variétale diversifiée

L’offre variétale en betteraves fourragères continue de s’étoffer avec une large gamme de variétés adaptées à tous les animaux et à tous les usages, du pâturage jusqu’aux rations mélangées. Rappelons que trois types de variétés sont disponibles :

-Le type «Moyennement riche en MS» : ce sont des betteraves polyvalentes pouvant être pâturées et/ou distribuées entières ou en morceaux.

-Le type «Riche en MS»: Ces betteraves sont plus productives (MS/ha) et se conservent mieux. Il est préférable de ne pas les donner entières.

-Le type «très riche en MS»: Ces variétés plus récentes sont aussi les plus productives en termes de Matière Sèche par hectare. Leur teneur élevée en sucres solubles limite leur utilisation à des rations bien adaptées. Elles doivent être distribuées en morceaux.

En outre, la plupart des variétés de betteraves fourragères sont aujourd’hui tolérantes à la rhizomanie, certaines sont également tolérantes au rhizoctone brun. Pour ces maladies, la génétique constitue le seul moyen de lutte.

Retrouver le tableau variétal et le graphique des essais 2020

Lire aussi La betterave permet de diversifier notre ration

En savoir plus

Vous pourrez retrouver ces informations sur le site www.betterave-fourragere.org. De nombreuses rubriques techniques sont en ligne ainsi qu’une carte collaborative des prestataires de service. Elle recense les entreprises ou CUMA qui proposent des services de prestation de semis, de récolte et de distribution des betteraves fourragères.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière