Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Bel garantit 350 euros en 2018 pour 700 exploitations

L'association des producteurs de lait Bel Ouest (APBO) et le groupe Bel ont conclu un accord pour un prix moyen annuel 2018, assorti d'un engagement sur des pratiques d'élevage : sans OGM et pâturage. 

Un prix de référence moyen annuel pour l'année 2018 de 350 euros pour 1000 litres de prix de base 38-32 : tel est l'accord trouvé en décembre dernier par l'association des producteurs de lait Bel Ouest (APBO) et le groupe Bel. "L'objectif est de sécuriser le revenu des producteurs", indiquent les deux parties. Cet accord est adossé à un engagement des producteurs membres de l'APBO sur des pratiques de production : alimentation sans OGM du troupeau laitier et 150 jours minimum de pâturage par an.

L'APBO représente environ 700 exploitations laitières. "Aujourd'hui, toute notre collecte française se concentre dans le Grand Ouest (Orne, Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe). Les éleveurs adhèrent à 80% à l'APBO pour 85% des volumes collectés par Bel en France. Les autres 20% sont pour l'instant indépendants. Nous leur proposerons la démarche. S'ils veulent y entrer, ils devront adhérer à l'organisation de producteurs", précise Bruno Casimir, directeur industriel France et Espagne du groupe Bel.

Une alimentation sans OGM dans 700 exploitations d'ici fin 2018

Pour l'alimentation sans OGM du troupeau laitier, l'accord implique la conversion de l'ensemble des 700 exploitations, d'ici fin 2018. Pour le pâturage, il s'agit d'un engagement volontaire producteur par producteur. "Les précisions techniques seront formalisées dans un cahier des charges élaboré par Bel et l'APBO au cours des prochaines semaines. La certification auprès d'un organisme agréé indépendant sera mise en oeuvre par l'association. Certains circuits de collecte seront réservés aux fermes engagées dans la démarche pâturage", précise Bruno Casimir. Bel estime que plus de 80% des exploitations pourraient répondre au critère de 150 jours de pâturage minimum. "Certaines exploitations sont déjà dans les clous, et d'autres choisiront de semer de l'herbe pour entrer dans la démarche et toucher la prime."

Des primes jusqu'à 21 €/1000 l

Une prime mensuelle valorisera l'alimentation sans OGM à partir du 1er juillet 2018 (il y a six mois de conversion). Et une prime sera versée aux producteurs qui s'engagent sur le cahier des charges lait de pâturage, dès le début de leur engagement. Au total, les primes peuvent atteindre 21 €/1000 l.

L'objectif de Bel est de valoriser cette démarche à travers ses marques (Babybel, Vache qui rit, Kiri, Boursin, Leerdammer...). "Pour garantir au consommateur que nos produits contiennent bien uniquement ces laits différenciés, nous devrons les fabriquer avec notre collecte propre, et donc mettre fin aux accords de collecte", indique Bruno Casimir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

logo de Ferme France
Ferme France s'apprête à sortir les premiers produits étiquetés
L'association Ferme France accueille cinq nouveaux adhérents dont la Laiterie Saint Denis de l'Hôtel (LSDH), et elle se prépare à…
vaches laitières en logettes
Baisse du nombre de vaches laitières en France et en Allemagne
L'Institut de l'élevage pointe la baisse du cheptel bovin lait en France et en Allemagne en fin d'année 2019. La production…
Marc-Antoine Guérin et Mickaël Vallée entourés de Jean-Marc Héliez (nutritionniste) et Amaury Delacour (agronome). « Grâces à nos conseillers, nous avons réussi à améliorer nos résultats en revenant à des fondamentaux. » © F. Mechekour
« Nous avons calé l’assolement aux besoins du troupeau »
Au Gaec de la Grande Artoire, en Ille-et-Vilaine, Mickaël Vallée et Marc-Antoine Guérin ont fait appel à un nutritionniste et à…
Quand les étourneaux plombent les résultats et le moral des éleveurs laitiers
Dans la Manche, la protection des silos de maïs et la distribution le soir sont les seules solutions ayant eu un…
Depuis dix jours avec un déplacement de caillette et maintenant avec un ulcère perforant. © J.-M. Nicol
Le mufle ou les naseaux sales

Quand la bête vient juste de manger de l’ensilage, il est normal que des particules restent…

Vignette
Le nouveau cahier des charges de l'AOP camembert de Normandie retoqué
L’ODG du camembert de Normandie retoque le nouveau cahier des charges. La guerre du camembert reprend.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière