Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

BÂTIMENTS ÉCONOMES
BÂTIMENTS ÉCONOMES - AVEC LES STABULATIONS SIMPLIFIÉES, LES NICHES À VACHES SONT DE RETOUR

Plusieurs constructeurs proposent des stabulations simplifiées à logettes. Une réponse au besoin de réduire les coûts d’investissements avec des bâtiments parfaitement fonctionnels.

Le premier bâtiment Stabeco construit en France, au Gaec Landat-Marescassier
(Dordogne), est composé d’un bi-pente et d’un mono-pente abritant trois rangées
de logettes. À noter les volets pour régler l’entrée de l’air.
Le premier bâtiment Stabeco construit en France, au Gaec Landat-Marescassier
(Dordogne), est composé d’un bi-pente et d’un mono-pente abritant trois rangées
de logettes. À noter les volets pour régler l’entrée de l’air.
© DR

Les cabanes à vaches des années 70 seraient-elles de retour ? À en croire la multiplication des propositions commerciales dans ce sens, on est fondé à le penser. Les capacités d’investissement des exploitations se sont dégradées. Hausse vertigineuse des coûts de construction et conjoncture économique chaotique ont incité les conseillers bâtiments et les constructeurs à rechercher des solutions moins coûteuses mais tout aussi fonctionnelles que les bâtiments traditionnels. D’où ces nouvelles stabulations à logettes simplifiées très compactes constituées de modules indépendants pour le couchage et l’alimentation. Selon les modèles, les aires de circulation sont plus ou moins couvertes et le bloc traite est généralement aménagé dans un autre bâtiment de construction classique.

NICHES À VACHES RELOOKÉES

Mais si elles s’inspirent des anciennes niches à vaches, ces stabulations ont été largement relookées en fonction des exigences d’aujourd’hui, aussi bien en termes de bien-être animal que de mécanisation. « Nous avons travaillé sur la forme et les dimensions des logettes, sur l’aération du bâtiment et sur son accessibilité afin de pouvoir rentrer avec un tracteur pour le paillage », résume Benoît Belloncle, de la société Intrabois, qui a relancé il y a cinq ans le concept de niches à vaches.

Richard Pigeon, des établissements Roiné, dont le premier bâtiment Stabeco a été mis en service cet été en Dordogne, revendique même une image « super moderne » : « ce bâtiment n’a rien à voir avec les niches à vaches d’il y a 25 ou 30 ans. Il est équipé de racleurs, de tapis, de robots de traite, d’un séparateur de phases… » Tous mettent en avant un concept beaucoup plus évolutif et plus adaptable, en termes de dimensionnement.

Ces constructions modulaires de faible hauteur (de 3,50 à 4,50 m au point le plus haut) sont aussi une réponse aux difficultés posées par les « cathédrales » de plus en plus imposantes qui ont été bâties dans les élevages laitiers, dont la volumétrie est davantage calculée pour le passage des machines tractées qu’en fonction des besoins des animaux. Des bâtiments extrêmement coûteux, avec des surfaces importantes à barder, des volumes froids en faîtage et de plus en plus difficiles à ventiler.

DES CONCEPTS SENSIBLEMENT DIFFÉRENTS

Si toutes sont basées sur un assemblage de modules avec structure en bois, les stabulations à logettes simplifiées apparues récemment sur le marché français sont de conceptions sensiblement différentes.

Intrabois a repris le principe du bâtiment fermé, avec deux rangées de logettes dos à dos dont les bat-flancs en bois sont solidaires de la charpente, et auquel peut être accolée une structure en auvent pour couvrir le couloir d’alimentation. Les aires de circulation sont entièrement couvertes.

Les bâtiments Stabeco, dont la mise au point a bénéficié de l’appui de l’Institut de l’élevage dans le cadre d’un programme de recherche sur les bâtiments économes, sont constitués de modules monopentes ou bi-pentes qui peuvent être agencés entre eux pour satisfaire de nombreuses configurations : deux ou trois rangées de logettes (voire plus), avec couloir de paillage ou pas. Les zones intermédiaires ne sont pas couvertes. Néanmoins, orientation, agencement, hauteurs, débords de toitures et bardage sont adaptés pour tenir compte des vents dominants et faire en sorte que les animaux soient bien abrités.

SUISSE, ALLEMAGNE OU IRLANDE

Un nouvel intervenant vient d’entrer sur le marché : le bureau d’étude Agriplan Environnement qui propose le concept Agrikit dont le premier exemplaire est en cours de construction en Loire-Atlantique. « Il s’agit d’un même module mono-pente que l’on répète en le changeant de sens », explique Christophe Logéat, directeur d’Agriplan. Possibilité, là-encore, de mettre deux ou trois rangées de logettes.

Les concepteurs des bâtiments Stabeco et Agrikit ne s’en cachent pas: ils se sont inspirés de ce qu’ils ont vu en Suisse, en Allemagne ou en Irlande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Anthony, Christian et Evelyne Ripoche. « Cette technique nous a bluffés. Désormais, à tout moment de la journée, les vaches accèdent exactement à la même composition de ration. » © DR
« Nos vaches ne trient plus grâce au compact feeding »
Le Gaec Ripoche, dans le Maine-et-Loire, ajoute de l’eau à la ration pour obtenir un mélange condensé et homogène. Tel le…
Alain Piet. « Le simple fait d’ajouter de l’eau dans la ration a boosté la production laitière. » © E. Bignon
Compact feeding : "Je ne reviendrai pas en arrière"
Le Gaec du Puits, dans le Maine-et-Loire, converti au compact feeding depuis un an et demi, prépare sa ration en…
Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
carcasse de vache laitière Prim'Holstein
[Covid-19] Les prix des vaches de réforme baissent début avril
Les abattages de vaches laitières de réforme et les prix baissent depuis le début du confinement (semaine 12). Les prix baissent…
Etude de l'Institut de l'élevage : Quelles pratiques pour des veaux laitiers plus robustes
L’Institut de l’élevage a conduit une étude multipartenariale(1) sur les pratiques des éleveurs pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière