Aller au contenu principal

Thierry Amarger, éleveur dans le Cantal
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »

À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue sur monorail. Cette solution, éligible au plan Bâtiment, leur permet de maintenir un système basé sur le fumier en les soulageant de la contrainte du paillage.

Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse.
© C. Armager
 
« En 2019, nous avons installé une pailleuse suspendue qui se déplace sur un monorail de 125 mètres de long, au-dessus de l’aire paillée de nos 85 laitières. Nous sommes très satisfaits de ce système, d’abord au niveau du temps de travail. On ne met plus que cinq minutes pour pailler 150 bêtes, hors chargement. Par rapport à la pailleuse traînée derrière le tracteur, on a gagné près d’une heure trente de manutention par jour. Nous n’avons plus besoin d’ouvrir et refermer les différents portails de la stabulation, ce qui évite les changements d’ambiance brutaux. C’est appréciable à 1 100 mètres d’altitude !

Economie de paille

La distribution est aussi plus homogène, ce qui nous permet d’économiser environ 25 % de paille. Comme le paillage est nettement facilité, on n’hésite pas à repailler si la litière a été souillée par une vache en chaleur, ni à maintenir les animaux à l’intérieur du bâtiment en période chaude ou en intersaison.

Fixé à la charpente, un rail électrifié guide la pailleuse dans l’axe central de l’aire aillée. La pailleuse, qui correspond un peu à un épandeur à fumier avec une table d’épandage à hérissons, est guidée par ce rail. Elle peut se poser au sol. Nous la chargeons à l’aide du télescopique. Une botte de 450 kg suffit pour pailler 1 000 m2. Nous le faisons matin et soir, soit 6 kg par vache par jour. La machine est télécommandée depuis le sol ; elle permet de pailler toute la largeur de l’aire de couchage (10 m) en un aller et retour.

Paillage facile et homogène

On peut jouer sur la vitesse d’avancement pour gérer les quantités distribuées. Dans le bâtiment, nous avons dû abaisser le plafond de la salle de traite de 40 cm car la pailleuse passe au-dessus de celle-ci et il faut veiller à une hauteur suffisante sous le rail. Ce matériel est éligible au plan bâtiment (PCAE). On a obtenu 30 % de subventions sur un coût total de 55 000 euros. »

Pallier les contraintes du paillage

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
La collecte des cinq principaux bassins exportateurs a été moins dynamique en juillet, comparée au printemps.
Des marchés laitiers fermes en lait conventionnel
À la mi-septembre, les cotations des produits laitiers se redressent.
Le robot d'alimentation sur roues alimenté par une cuisine revient, pour un troupeau de 300 VL, plus cher qu'une remorque mélangeuse ou qu'une désileuse automotrice, selon l'étude.
Combien coûte un robot d’alimentation aux 1000 litres de lait ?
L’enquête sur l’automatisation de l’alimentation en élevage bovin, publiée en 2020 par l’Idele et les chambres d’agriculture des…
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
Dans la Loire, le Gaec des Gauds a réussi sa conversion bio, sans baisse de productivité laitière, mais avec une profonde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière