Aller au contenu principal
Font Size

Thierry Amarger, éleveur dans le Cantal
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »

À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue sur monorail. Cette solution, éligible au plan Bâtiment, leur permet de maintenir un système basé sur le fumier en les soulageant de la contrainte du paillage.

Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse.
© C. Armager
 
« En 2019, nous avons installé une pailleuse suspendue qui se déplace sur un monorail de 125 mètres de long, au-dessus de l’aire paillée de nos 85 laitières. Nous sommes très satisfaits de ce système, d’abord au niveau du temps de travail. On ne met plus que cinq minutes pour pailler 150 bêtes, hors chargement. Par rapport à la pailleuse traînée derrière le tracteur, on a gagné près d’une heure trente de manutention par jour. Nous n’avons plus besoin d’ouvrir et refermer les différents portails de la stabulation, ce qui évite les changements d’ambiance brutaux. C’est appréciable à 1 100 mètres d’altitude !

Economie de paille

La distribution est aussi plus homogène, ce qui nous permet d’économiser environ 25 % de paille. Comme le paillage est nettement facilité, on n’hésite pas à repailler si la litière a été souillée par une vache en chaleur, ni à maintenir les animaux à l’intérieur du bâtiment en période chaude ou en intersaison.

Fixé à la charpente, un rail électrifié guide la pailleuse dans l’axe central de l’aire aillée. La pailleuse, qui correspond un peu à un épandeur à fumier avec une table d’épandage à hérissons, est guidée par ce rail. Elle peut se poser au sol. Nous la chargeons à l’aide du télescopique. Une botte de 450 kg suffit pour pailler 1 000 m2. Nous le faisons matin et soir, soit 6 kg par vache par jour. La machine est télécommandée depuis le sol ; elle permet de pailler toute la largeur de l’aire de couchage (10 m) en un aller et retour.

Paillage facile et homogène

On peut jouer sur la vitesse d’avancement pour gérer les quantités distribuées. Dans le bâtiment, nous avons dû abaisser le plafond de la salle de traite de 40 cm car la pailleuse passe au-dessus de celle-ci et il faut veiller à une hauteur suffisante sous le rail. Ce matériel est éligible au plan bâtiment (PCAE). On a obtenu 30 % de subventions sur un coût total de 55 000 euros. »

Pallier les contraintes du paillage

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière