Aller au contenu principal
Font Size

Baisse des prix en bio

Les prix de vente au consommateur baissent et le prix du lait bio s’effrite. L’écart entre le conventionnel et le bio se réduit.

Les ventes de lait de consommation bio, 
de beurre, et plus récemment de produits ultrafrais, ont progressé sur le premier semestre 2013. Une tendance à confirmer sur le reste de l’année et en 2014.
Les ventes de lait de consommation bio,
de beurre, et plus récemment de produits ultrafrais, ont progressé sur le premier semestre 2013. Une tendance à confirmer sur le reste de l’année et en 2014.
© J.-C. Gutner

« Le scénario catastrophe n’a pas eu lieu. La forte hausse de la collecte de lait bio, suite à la vague de reconversions de 2009-2010, a été absorbée. Par contre, la situation reste tendue. Les prix au détail baissent et le taux de valorisation n’est toujours pas satisfaisant (autour de 65 %) », brosse Laurent Forray, du Cniel.
La bonne surprise, c’est qu’après une année 2012 atone, les ventes au détail ont progressé sur le premier semestre 2013 : +3 % pour le lait de consommation, +6 % pour le beurre… Et encore, ces chiffres ne tiennent pas compte des ventes par « drive »(1), qui sont en plein boom ! Mais dans le même temps, les prix ont baissé : -6 % pour le lait de consommation, -4 % pour le beurre. « La reprise de la croissance est-elle uniquement liée à un effet prix ? Le consommateur est-il en train de s’habituer à des prix bas, ce qui serait défavorable à la différenciation bio », s’interroge Laurent Forray.
Le taux de valorisation en bio s’est légèrement amélioré au premier semestre 2013, grâce à un pic de production très peu marqué le printemps dernier. « Il reste encore du travail à la filière pour améliorer ce taux de valorisation. Deux pistes sont explorées : réduire la saisonnalité de la production et diversifier les débouchés. »


Autour de 400 euros pour 1000 litres en 2013


Dans ce contexte difficile, le prix payé aux producteurs de lait bio s’est encore effrité en 2013. Il était de 406,60 euros pour 1 000 litres en moyenne sur 2012 (403,93 euros en Allemagne). En juin 2013, sur douze mois glissants, il ressortait à 401,60 euros.
La collecte est à l’image du rythme de conversion, calée sur l’évolution du marché, soit une progression inférieure à 10 % par an. La collecte 2013 devrait se situer entre 470 et 480 millions de litres.
Illustrant bien l’évolution des marchés en lait bio, la SAS Biolait a validé l’entrée en conversion de quelques producteurs depuis le mois d’août 2013 (après une pause dans les conversions en 2012), ce qui porte le nombre d’adhérents à 600 exploitations en tout. Cette année, leur collecte se montra à 120 – 125 millions de litres. « La consommation de produits laitiers biologiques reprend en France depuis le printemps 2013, et nous sommes optimistes pour 2014 ».


(1) Achats par internet et retrait des achats
en magasin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière