Aller au contenu principal

Avortements répétés : une démarche standardisée

Un protocole d’investigation est désormais disponible en cas d’avortements répétés.

UNE BOÎTE SPÉCIFIQUE devrait inciter,
dès la première visite du vétérinaire,
à faire l’ensemble des prélèvements
nécessaires de 1re et 2e intention.
UNE BOÎTE SPÉCIFIQUE devrait inciter,
dès la première visite du vétérinaire,
à faire l’ensemble des prélèvements
nécessaires de 1re et 2e intention.
© DR

Quand parler d’avortements répétés et quels examens mettre en oeuvre? L’UMT maîtrise de la santé des troupeaux bovins(1) propose une démarche standardisée.

Tout d’abord, deux seuils ont été retenus pour définir des « avortements répétés ». Le premier concerne la déclaration d’avortements répétés dans un faible laps de temps : il est fixé à deux avortements au moins sur 30 jours (quelle que soit la taille du troupeau). Le deuxième concerne la déclaration de plusieurs avortements sur la saison de vêlage: l’UMT recommande de lancer des investigations complémentaires à la brucellose (2) dès le troisième avortement sur une période maximale de neuf mois pour des troupeaux de moins de 100 femelles mises à la reproduction (et un avortement supplémentaire par tranche de 20 à 30 femelles supplémentaires).

En cas d’avortements répétés, le groupe de travail préconise de rechercher systématiquement trois agents : le virus de la BVD/maladie des muqueuses, l’agent de la néosporose (Neospora caninum), et l’agent de la fièvre Q (Coxiella burnetii). Lorsqu’il est disponible, le placenta (ou un écouvillon vaginal) ou le liquide stomacal de l’avorton devrait systématiquement faire l’objet d’une recherche bactériologique et mycologique.

Les autres agents potentiellement abortifs sont à rechercher en fonction d’éléments épidémiologiques (poches de résistance IBR, présence de tiques pour l’ehrlichiose, monte naturelle pour campylobacter, etc.) ou d’éléments cliniques (métrites et troubles de la sphère ORL des veaux pour la Chlamydophilose, présence de troubles nerveux pour la listériose etc.).

Cette démarche sera mise en oeuvre en Bretagne dès l’été 2011. Les protocoles et grilles d’interprétation sont disponibles auprès des GDS, des laboratoires vétérinaires départementaux et des groupements techniques vétérinaires.

(1) Regroupant Oniris (école vétérinaire de Nantes), l’Institut de l’élevage, les GDS et GTV du Grand Ouest. (2) La déclaration par l’éleveur de tout avortement est obligatoire pour recherche a minima de la brucellose.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
En Europe, les prix du lait montent mais la collecte baisse encore
Les cotations des produits laitiers sont à des niveaux très élevés.
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière