Aller au contenu principal

Sécheresse et canicule : trois éleveurs laitiers témoignent

Manque de fourrage, baisse de production laitière, repro mise à mal... Le manque de précipitations et les vagues de chaleur ont des conséquences plus ou moins marquées sur vos élevages cet été.

 

Mireille Ploton, EARL Touche château, dans l’Indre

Mireille Ploton, EARL Touche château, dans l’Indre
Mireille Ploton, EARL Touche château, dans l’Indre
© C. Pruilh
 
OUI. « Nous n'avons pas d'irrigation sur l'exploitation et c’est surtout le maïs qui m’inquiète. Une partie était déjà complètement desséchée le 10 août, et il y avait très peu de grains. L’autre maïs, semé vers la mi-mai dans une terre plus profonde, a moins souffert, mais il est tout de même mal fécondé. Le vent a tout desséché. À l’ensilage, il faudra mouiller le silo, bien tasser et mettre un conservateur. Les prairies à base de RGA diploïde et trois trèfles, souffrent depuis fin juin, elles sont vraiment grillées depuis la mi-juillet. Heureusement, il reste du stock de maïs 2021 et j’ai beaucoup de stock d’herbe : enrubannage et ensilage de ce printemps. Il n’y a plus qu’à espérer une météo favorable cet automne, et il faudra fertiliser pour bien faire repartir l’herbe en 2023.

Mes 70 Prim’Holstein et Montbéliardes ont particulièrement souffert des vagues de chaleur, avec une baisse de la production laitière (-3 l/VL/j) et des taux, plus une dégradation de la reproduction. Aucune insémination de juillet n’a réussi ; elles sont toutes reportées en août. Enfin, j’ai remarqué qu’il manquait d’accès à l’abreuvement pendant ces périodes de forte chaleur. C’est un point à améliorer en prévision des prochains étés. »

 

Gilles Haelewyn, Gaec 2000, en bio, dans le Calvados 

Gilles Haelewyn, Gaec 2000, dans le Calvados
Gilles Haelewyn, Gaec 2000, dans le Calvados
© E. Bignon

PLUTOT NON. « Sur notre exploitation, nous nous en sortons souvent mieux en année sèche qu’en année humide. Nous tirons mieux notre épingle du jeu en céréales, la quantité et la qualité sont au rendez-vous. C’est aussi moins de stress pendant la moisson. Mi-août, nos maïs fourrage s’annonçaient plutôt corrects. La fécondation s’est bien passée, les grains sont formés. Reste à voir comment le remplissage va se faire. Ici, que l’année soit sèche ou humide, l’herbe pâturée ne suffit pas et nous sommes contraints de complémenter les vaches en fourrages assez tôt. Début août, les laitières recevaient déjà 18 kg de MS de fourrages conservés et d’aliments. Les prairies à base de fétuque, ray-grass, trèfle et chicorée sont restées un peu vertes, mais ne donnent pas de lait. C’est pour ça que la luzerne occupe désormais les deux tiers de notre surface en herbe. Les trois premières coupes ont déjà ramené 9,7 tMS/ha. La quatrième coupe est programmée fin août et j’en espère une cinquième à l’automne. Non seulement, la luzerne assure nos stocks fourragers mais c'est aussi une excellente tête de rotation. »

 

Frédéric Tijs, Gaec de la grosse haie, Meurthe-et-Moselle

Frédéric Tijs, Gaec de la grosse haie, Meurthe-et-Moselle
Frédéric Tijs, Gaec de la grosse haie, Meurthe-et-Moselle
© E. Bignon

OUI. « Nous sommes en tout herbe avec des prairies permanentes sur 180 hectares dont 110 autour du bâtiment, pour un troupeau d'environ 100 vaches Pie rouge des plaines (4000 l/VL/an). L'herbe est grillée depuis début juillet malgré quelques orages. Les coups de chauds de 38°C ont stoppé toute pousse. D'habitude, grâce à nos surfaces, les vaches pâturent quand même un peu l'été, mais là il n'y a vraiment pas d'herbe. Nous distribuons l'ensilage d'herbe réalisé ce printemps.

Ce qui est dur, c'est la succession des sécheresses. Sur les cinq dernières années, seule 2021 a permis de reconstituer des stocks de sécurité. En juin, nous avons acheté en préventif de l'ensilage et du foin de luzerne pour cet hiver. Notre objectif est d'avoir cinq mois de stocks d'avance.

Nous réduisons le nombre d'animaux d'années en années étant donné le manque de fourrage. Nous sommes passés de 35 jeunes femelles élevées par an à 30. Et, de plus de 100 vaches à un peu moins d'une centaine aujourd'hui. Cette année, nous les réformons également plus rapidement, sans les finir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année 2022 laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
manifestation d'agriculteurs devant un tracteur
Les sociétaires Sodiaal du Grand Ouest passent à l'offensive
Très inquiets du prix du lait pratiqué par leur coopérative, des sociétaires Sodiaal de Bretagne et des Pays de la Loire ont…
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
« Winter is coming » et les laiteries tremblent avant d’avoir froid. En cause : la hausse du prix de l’énergie et son possible…
Sébastien Goutagny, Florent Cellier et Mickaël Rageys. « La méthanisation s’imbrique complètement dans notre système d’élevage. L’unité collective alimente en gaz 2 000 foyers et une station de bioGNV. »
« Sur notre exploitation laitière, c’est toujours l’économique qui guide nos choix »
Le Gaec de l’Envolée, dans le Rhône, a misé dès le début sur une stratégie volume en intégrant les conditions de travail et la…
Lactel affiche un objectif de  -5 % de consommation d'eau en 2025 par rapport à 2019.
L’été compliqué de Lactalis
En France, entre pénurie d’eau, inflation et négociation tendue avec la distribution, le transformateur laitier Lactalis revient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière