Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Avec un robot, plus de lait pour gagner autant

Journée Grand Angle lait. Le coût de production, ramené aux 1000 litres de lait, est plus élevé dans les élevages robotisés. Mais il est compensé par un volume de lait par unité de main-d'œuvre plus important.

PHOTO FACU. Dans les réseaux d'élevage, le surcoût de production des élevages robotisés est limité à 10 euros/1000 litres.
© A.Conté

Le nombre d’élevages robotisés ne cesse d’augmenter: on en comptait 4400 en 2014 dont les trois quarts équipés d'une seule stalle, et pas loin de 5000 en 2015. Limitation de la pénibilité physique, gain de temps (2 à 3 h/jour pour 50 vaches - variable selon l’équipement préalable), souplesse horaire, les avantages en matière de travail séduisent. Qu’en est-il au niveau économique ? Une synthèse de plusieurs études a été présentée lors de la journée Grand Angle Lait en avril dernier. Côté investissement d’abord, Valérie Brocard de l'Institut de l'élevage a souligné qu' "un projet de robotisation est un ensemble d'investissements: au prix de la stalle (environ 112 000 € - 100 000 € en multi-stalles), il faut ajouter l’intégration du robot dans le bâtiment (terrassement, maçonnerie, charpente, électricité) et les équipements connexes (tubulaires , silos et vis d’alimentation)". À titre d’exemple, le devis présenté pour une stalle et 60 vaches en bâtiment existant (cas favorable avec une extension limitée à 18 m2 et des réseaux d’eau et d’électricité déjà en place) se chiffre à 155 000 euros auxquels peuvent encore s'ajouter 7100 à 9200 euros d'options. Le coût de fonctionnement doit également être pris en compte au moment d’investir : « un repère utile est 15 €/1000 l soit environ le double de celui d’une salle de traite (voir aussi p...)". Ce coût de fonctionnement augmente après 6-7 ans.

Le pâturage reste intéressant économiquement

Côté coût de production, un surcoût de 20 à 30 euros par 1000 litres hors main-d'œuvre  est observé selon les études (1). "Dans le cas  des réseaux d’élevages, avec des systèmes optimisés, ce surcoût descend à 10 euros/1000 litres (2). On observe un gain de production individuelle (+ 400 l) accompagné d’un supplément de concentrés (+310 kg) et d'une moindre rémunération du lait (- 6 €/1000 l). Celle-ci est surtout due à un effet qualité, note Valérie Brocard. Une autre étude sur 43 élevages bretons montre une augmentation significative des cellules dans un quart des élevages robotisés et de la lipolyse dans deux tiers d’entre eux (1 sur 5 pour les butyriques et 1 sur 4 pour les germes).

Au final, « les élevages robotisés des réseaux ont une productivité de la main-d’œuvre supérieure : ils produisent 420 000 litres par UMO contre 317 000 litres pour ceux qui sont équipés de salle de traite. Mais avec une  rémunération de la main-d’œuvre aux 1000 litres inférieure, de 48 euros contre 70 euros" .

"Le pâturage reste économiquement intéressant en système robotisé", a-t-elle  rappelé. La compilation de huit bases de données montre certes une productivité plus faible des systèmes robotisés pâturant (10 000 à 113 000 l/UMO produits en moins). Mais le revenu disponible aux 1000 litres est supérieur de 19 à 44 euros, soit un gain par UMO de 6 400 à 13 400 euros.

(1) Eilyps 2015 ; Mauger 2014 ; Piveteau 2013.(2) 93 élevages*années
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sébastien (au centre) et Quentin Brousse. « Les bonnes années, nous engrangeons, les mauvaises, nous gérons. » © B. Griffoul
« Nous visons une rémunération constante et correcte »
Sébastien et Quentin Brousse, dans la Creuse, ont saturé l’outil laitier et développent un atelier allaitant complémentaire, tout…
 © C. Pruilh
Avez-vous dû décapitaliser à cause des aléas climatiques ?
Printemps froid, été chaud et sec... Quelles conséquences ont les mauvaises conditions météo chez vous ? Avez-vous dû aller jusqu…
Les associés ont réfléchi ensemble de très longues heures sur leur projet, afin de définir le plan. © C. Julien
Prendre le temps de penser chaque détail de son futur bâtiment
Le projet de nouvelle stabulation des associés du Gaec Honoré prend forme. Le permis de construire a été obtenu, le choix des…
Loïc Adam, vice-président de l'association France OP Lait © L. Adam
« France OP Lait doit intégrer pleinement la filière laitière »
Loïc Adam, vice-président de l'association France OP Lait, affiche deux ambitions fortes : participer aux travaux du Cniel et…
Le film « Les vétos » raconte le beau mais difficile métier de vétérinaire de campagne
Portail réussir
« Les vétos » est sorti en salle le 1er janvier. Le film raconte le quotidien des vétérinaires en bottes dans les élevages. Comme…
Heleen Lansink-Marissen, éleveuse de 85 laitières, aux Pays-Bas. © DR
« Communiquer sur mon métier auprès du grand public est devenu mon second job »

« Les consommateurs ont beaucoup d’a priori sur l’agriculture et l’élevage, mais ils ignorent souvent…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière