Aller au contenu principal

Avec un robot, plus de lait pour gagner autant

Journée Grand Angle lait. Le coût de production, ramené aux 1000 litres de lait, est plus élevé dans les élevages robotisés. Mais il est compensé par un volume de lait par unité de main-d'œuvre plus important.

PHOTO FACU. Dans les réseaux d'élevage, le surcoût de production des élevages robotisés est limité à 10 euros/1000 litres.
© A.Conté

Le nombre d’élevages robotisés ne cesse d’augmenter: on en comptait 4400 en 2014 dont les trois quarts équipés d'une seule stalle, et pas loin de 5000 en 2015. Limitation de la pénibilité physique, gain de temps (2 à 3 h/jour pour 50 vaches - variable selon l’équipement préalable), souplesse horaire, les avantages en matière de travail séduisent. Qu’en est-il au niveau économique ? Une synthèse de plusieurs études a été présentée lors de la journée Grand Angle Lait en avril dernier. Côté investissement d’abord, Valérie Brocard de l'Institut de l'élevage a souligné qu' "un projet de robotisation est un ensemble d'investissements: au prix de la stalle (environ 112 000 € - 100 000 € en multi-stalles), il faut ajouter l’intégration du robot dans le bâtiment (terrassement, maçonnerie, charpente, électricité) et les équipements connexes (tubulaires , silos et vis d’alimentation)". À titre d’exemple, le devis présenté pour une stalle et 60 vaches en bâtiment existant (cas favorable avec une extension limitée à 18 m2 et des réseaux d’eau et d’électricité déjà en place) se chiffre à 155 000 euros auxquels peuvent encore s'ajouter 7100 à 9200 euros d'options. Le coût de fonctionnement doit également être pris en compte au moment d’investir : « un repère utile est 15 €/1000 l soit environ le double de celui d’une salle de traite (voir aussi p...)". Ce coût de fonctionnement augmente après 6-7 ans.

Le pâturage reste intéressant économiquement

Côté coût de production, un surcoût de 20 à 30 euros par 1000 litres hors main-d'œuvre  est observé selon les études (1). "Dans le cas  des réseaux d’élevages, avec des systèmes optimisés, ce surcoût descend à 10 euros/1000 litres (2). On observe un gain de production individuelle (+ 400 l) accompagné d’un supplément de concentrés (+310 kg) et d'une moindre rémunération du lait (- 6 €/1000 l). Celle-ci est surtout due à un effet qualité, note Valérie Brocard. Une autre étude sur 43 élevages bretons montre une augmentation significative des cellules dans un quart des élevages robotisés et de la lipolyse dans deux tiers d’entre eux (1 sur 5 pour les butyriques et 1 sur 4 pour les germes).

Au final, « les élevages robotisés des réseaux ont une productivité de la main-d’œuvre supérieure : ils produisent 420 000 litres par UMO contre 317 000 litres pour ceux qui sont équipés de salle de traite. Mais avec une  rémunération de la main-d’œuvre aux 1000 litres inférieure, de 48 euros contre 70 euros" .

"Le pâturage reste économiquement intéressant en système robotisé", a-t-elle  rappelé. La compilation de huit bases de données montre certes une productivité plus faible des systèmes robotisés pâturant (10 000 à 113 000 l/UMO produits en moins). Mais le revenu disponible aux 1000 litres est supérieur de 19 à 44 euros, soit un gain par UMO de 6 400 à 13 400 euros.

(1) Eilyps 2015 ; Mauger 2014 ; Piveteau 2013.(2) 93 élevages*années
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière