Aller au contenu principal

« Avec la litière en anas de lin, mes vaches sont toujours propres »

Benoît Rigolle, éleveur dans la Somme, a expérimenté les anas de lin dans la stabulation de ses 50 laitières. Un test concluant qui apporte moins de poussières et un meilleur pouvoir absorbant. Sans compter le gain de temps quotidien.

Benoît Rigolle épand des anas de lin sur l'aire de couchage (350 m2) de ses 45 laitières.   © DR
Benoît Rigolle épand des anas de lin sur l'aire de couchage (350 m2) de ses 45 laitières.
© DR

« Ce n’est pas par manque de paille que j’ai opté pour les anas de lin pour la litière de mes 50 vaches et génisses. J’ai une pailleuse qui génère beaucoup de poussières et de bruit, et comme mes bâtiments sont situés dans un bourg, c’est encore plus gênant. J’ai d’abord testé les anas de lin pour les génisses, avant de l’utiliser pour la litière des laitières en plein mois de décembre par temps doux et humide. J’ai voulu voir ce que ça donnait dans les pires conditions. Le premier constat, c’est qu’il y a beaucoup moins de poussières. C’est bien plus agréable.

Beaucoup moins de poussières

Visuellement, quand les anas s’humidifient, ils noircissent. Cela ressemble un peu au terreau. L’aspect noir est choquant, mais le sol est bien sec, on peut marcher dessus avec des petites chaussures. Les bêtes sont toujours propres, même leurs sabots, c’est impressionnant. D’ailleurs, je passe moins de temps à la traite à nettoyer les trayons. Pas de changement sur les mammites ou les cellules. Même en conditions humides, l’ambiance dans le bâtiment reste agréable. Les températures de litière sont comprises entre 20 et 25 °C. Le plus haut que j’ai vu, c’est 30 °C juste avant le curage au bout de six semaines. Avec la paille, ça pouvait monter bien plus haut…

 

 
Les vaches restent très propres. © DR

 

Trouver la bonne quantité

Il faut faire attention à ne pas mettre trop épais au démarrage. Cela a été mon erreur la première fois. Du coup, je ne pouvais pas remuer sur toute l’épaisseur de la litière. Mieux vaut appliquer de petites quantités au fur et à mesure pour réussir à faire remonter tout ce qui a séché dans le fond.

Avec 20 tonnes, je tiens six semaines, en étalant quelques godets chaque semaine. Tous les jours, pendant que les vaches mangent, je remue la litière 15 minutes au vibroculteur que j’ai modifié pour le monter sur le télescopique. Idéalement, il faudrait le faire à la herse rotative. Les outils restent nickel. Rien à voir avec du fumier qui colle ! Globalement, ça me fait gagner beaucoup de temps car je paillais deux fois par jour.

J’ai la chance de trouver des anas de lin à la coop d’à côté (40 €/t pour les non-adhérents). Par contre, c’est très léger et volumineux. Dans une benne de 18 tonnes, on ne met que 4 tonnes. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière