Aller au contenu principal

Alimentation/Produire ses protéines
Autonomie protéique ne rime pas avec environnement

Un changement de système pour améliorer son autonomie protéique a souvent peu d´incidence sur l´environnement et le revenu.


Lors des dernières journées de l´Association française pour la production fourragère (AFPF), Michel Capitain, de l´Institut de l´élevage, a présenté les résultats d´une étude sur l´impact économique, environnemental et organisation du travail, d´un changement de système en vue de gagner en autonomie protéique.
Dans un système maïs dominant de plaine, on peut opter pour l´introduction de protéagineux (lupin ou pois). Pour maintenir l´équilibre PDIN/PDIE de la ration hivernale, le tourteau de soja est substitué par des protéagineux et du tourteau de colza tanné. Le lupin ou le pois sont produits sur l´exploitation, à la place de cultures de vente. Il en ressort que la dépendance azotée(1) est réduite de 28 % avec du pois et de 31 % avec du lupin. L´EBE est quasiment inchangé (avec un prix du soja de 305 euros/tonne). Sur le plan environnemental, le solde du bilan azoté n´est pas amélioré, la fixation symbiotique par les protéagineux compensant la diminution des entrées d´azote minéral. Cette culture supplémentaire se traduit par un changement de l´organisation du travail.

L´orientation fourrage
Pour améliorer son autonomie, on peut aussi opter pour plus de fourrage et moins d´ensilage de maïs; soit en améliorant la gestion des prairies permanentes pour produire du foin (incidence sur la dépendance azotée faible), soit en produisant de la luzerne à la place d´une partie du maïs. Dans ce cas, on peut faire disparaître le soja de la ration hivernale. Du fait du bon rendement de la luzerne, la surface fourragère est maintenue voire réduite au profit des surfaces en cultures. Le résultat économique est donc équivalent, voire meilleur, au système initial. La dépendance azotée est réduite de 70 à 80 %, du fait d´une baisse des achats d´engrais (fertilisation azotée minérale réduite de 20 à 25 unités d´azote/ha de SFP) et de tourteaux. Le solde du bilan azoté n´est pas amélioré pour les mêmes raisons que les protéagineux. La fertilisation minérale réduite engendre une économie d´énergie, positive pour l´environnement. Enfin, au niveau du travail, ce scénario réduit la pointe de travail de début mai pour la répartir sur le printemps et l´été.


(1) Dépendance azotée = quantité d´azote achetée (kg), soit les engrais azotés achetés et la matière azotée totale des concentrés achetés divisée par 6,25.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
En Europe, les prix du lait montent mais la collecte baisse encore
Les cotations des produits laitiers sont à des niveaux très élevés.
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière